Fuyant un pays ravagé par la misère et la guerre civile, 1.300.000 d’entre eux sont devenus des migrants en deux ans. Leurs parents avaient fui la dictature, leurs grand-parents la guerre et le génocide.  Comme souvent, ce sont les plus riches, les plus instruits, qui ont pris la route de l’exil. Ce sont les hommes qui sont majoritairement partis : 70 % de ces migrants sont des hommes, venant aussi bien des villes que des campagnes. 26 % ont entre 40 et 49 ans, la tranche d’âge la plus représentée. 16 % sont diplômés de l’université et 30 % ont le niveau bac. Ceux-là rêvent des Etats-Unis et d’Israël.. 75 % trouvent un travail grâce à des amis ou des membres de leur familles déjà implantés en Europe occidentale et en Amérique. Dès leur arrivée en Union européenne, 43 % travaillent pour des contrats de trois mois, se déplaçant à leur guise dans les pays de la zone Schengen, notamment l’Italie qui est pour eux un eldorado.

–          506.500 d’entre eux, de la minorité catholique, se sont installés en Pologne. Un pays qui, selon les médias, est cro cro méchant avec les migrants…

–          342.000 d’entre eux se sont installés en Russie, pays offrant un soutien massif à l’un des trois camps. Le second étant soutenu massivement par les Etats-Unis.

–          146.700 sont arrivés en Italie

–          122.500 en Tchéquie

–          23.500 aux Etats-Unis, où il existe une forte diaspora

–          22.500 se sont implantés au Belarus.

–          20.300 ont traversé toute l’Europe pour atteindre le Portugal.

–          17.100 tentent leur chance en Hongrie, pays aux frontières soi-disant fermées.

–          13.900 sont allés en Israël, « retournés » disent les méchantes langues, tant le contentieux de haine existe entre les gens de ce pays et la population de l’Etat hébreu, s’accusant mutuellement de purification ethnique et de massacres de masse.

–          13.300 se sont expatriés en Finlande

–          10.200 sont arrivés en Allemagne, venus également rejoindre ceux qui étaient venus auparavant.

1.300.000 migrants de ce pays ont donc déferlé sur l’Europe. Pourtant, aucun nom dans la rubrique faits-divers. Ces migrants-là ne violent pas, n’agressent pas, n’harcèlent pas les femmes, ne poignardent pas les chrétiens dans les foyers d’asile. Et pour cause, chrétiens, ils le sont… Migrants inconnus, migrants anonymes, dont on ne parle jamais. Ils ne sont pas Syriens, ils ne sont pas Irakiens. Ni Afghans. Ni Erythréens. Ces damnés de la terre, ces forçats de la faim (ils ont subi le plus grand génocide du 20e siècle en Europe, 10 millions de morts par famine provoquée), sont des fantômes. Fantômes à la peau claire et aux cheveux (généralement) blonds. D’où viennent ces 1,3 millions de migrants dont personne ne parle ? Tout simplement d’Ukraine…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

Les commentaires sont fermés

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com