Alain Escada, président de Civitas, répond aux questions de Piero San Giorgio, auteur bien connu d’ouvrages survivalistes, à propos du ré-enracinement.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. A votre ATTENTION !

    STOP au spectacle transgenre et pornographique qui salit l’image de sainte Jeanne d’Arc !

    http://petit.io/petition/federation-pro-europa-christiana/stop-au-spectacle-transgenre-et-pornographique-qui-salit-l-image-de-sainte-jeanne-d-arc

  2. Si l’on se représentait le Christ régnant matériellement et directement sur le monde (comme dans l’islam), on courrait le risque de considérer des rois ou même d’autres dirigeants comme des précurseurs du Christ-Roi, et donc de sacraliser leur pouvoir : rois de France, personnage politique providentiel, chef religieux charismatique… Il faut éviter de confondre une certaine préparation ou préfiguration avec la prétention de faire déjà régner Dieu sur la terre ! L’erreur d’une telle illusion, potentiellement dangereuse, tient d’abord à l’image qu’on s’est faite de la Royauté du Christ : en réalité, celle-ci sera spirituelle en même temps qu’efficace, s’exerçant par l’attrait (ou finalité) et non par le pouvoir. C’est ainsi que règne l’amour. Et on peut penser que l’organisation politique humaine se fera alors dans une adéquation parfaite au Christ, dans la liberté des enfants de Dieu !
    Ainsi, il n’y a pas lieu d’attendre de nos jours des royaumes par anticipation, même s’il s’agit d’un stimulant psychologique qui fonctionne comme un motif d’encouragement collectif. Certes, on a tous besoin d’encouragements, mais il doit suffit de croire que nous pouvons réaliser de belles choses sur terre, même éphémères : il est inutile de rêver que l’on bâtit le royaume de Dieu. On ne devancera jamais le jugement de Dieu en voulant arracher l’ivraie – et en arrachant le bon grain en même temps. On peut certes dès maintenant juger et combattre ceux qui font le mal mais, quand elle évoque les deux témoins investis du pouvoir temporel et spirituel, l’Apocalypse nous révèle aussitôt qu’ils sont aussi martyrs (Ap 11).
    Cf. La Venue glorieuse du Christ, éditions du Jubilé.

    • Ou plutôt, :
      Si l’on attend un royaume de Dieu sur terre au moment de la Parousie, on sera enclin à attendre des royaumes par anticipation avec des précurseurs du Christ Roi sur la terre : roi de France, personnage politique providentiel, chef religieux charismatique… Mais la Bible ne précise rien sur ces personnages providentiel, au contraire, elle avertit sur la venue de l’Antéchrist.
      Cf. La Venue glorieuse du Christ, éditions du Jubilé.

  3. Les chrétiens « quiétistes » du XIX° siècle attendaient encore quelque chose de Dieu… Les chrétiens « bisounours » d’aujourd’hui n’attendent plus rien de Dieu. C’est là le drame.
    Attendre la Venue glorieuse du Christ nous stimule, nous regonfle pour traverser la terrible épreuve de l’antichrist.
    Ce que nous réaliserons restera petit pendant un moment, mais ensuite, à la Venue glorieuse, ce sera magnifié, transfiguré, décuplé.

  4. Félicie Aussi says:

    La vie est faite pour s’épanouir, pour faire éclore durablement en nous les qualités humaines.

    Comment s’épanouir dans un système politique qui nous bouffe matériellement et spirituellement, pervertit les enfants, impose de fausses valeurs révoltantes, vante la perversion, a une justice immorale et partiale envers le peuple, favorise les minorités déviantes et les étrangers tout en frustrant le peuple, punit les gens obligés de se défendre, isole les gens pour se maintenir…, nous sommes dans une sorte d’enfer dont il faut sortir en nous débarrassant du système politique.

    Dans la situation actuelle, qui est réellement extraordinaire d’aberration, de folie sans vergogne de dirigeants qui s’accaparent du pouvoir par la tromperie, le quiétisme n’est que de la lâcheté.

    Dans toutes les situations, spécialement dans l’actuelle, il n’y a qu’une attitude humaine valide. Elle se résume par : Aide-toi, le Ciel t’aidera.

  5. Oui, « Félicie Aussi » a raison. Aide-toi, le Ciel t’aidera est une maxime ancienne et toujours d’actualité, et qui le restera toujours.
    J’ai de la difficulté à exprimer en peu de lignes ma réflexion. Je crains d’avoir eu des expressions trop condensées ci-dessus, et mal compris. Peut-être que les modérateurs pourraient supprimer mes précédentes réflexions et ne laisser que celle-ci, davantage « travaillée », un peu plus longue mais moins ambigue, et qui devrait tous nous encourager…

    Le millenium de saint Irénée est le temps du « relèvement des justes » qui auront été « laissés » (AH, V, 30, 4) et vivifiés. Ce millenium fait réellement passer « à travers le jugement eschatologique », il ne prétend pas accomplir l’espérance messianique avant le jugement, c’est pourquoi il ne tombe pas dans la condamnation du magistère.
    Il est possible de penser le mystère de la Royauté du Christ manifesté dans la gloire comme une évidence de lumière qui apparaîtra dans les conditions de la vie culturelle et politique, et qui unira les hommes dans un même dessein.
    Joachim de Flore (1135-1202) avait rêvé de ce temps où la volonté de Dieu sera désormais « faite sur la terre comme au ciel » (Mt 6, 10) et où les doux « posséderont la terre » (Mt 5, 4), mais pour son époque, avant la venue glorieuse et sans le passage par le Jugement. Il était tombé dans l’idéologie, en imaginant faire advenir le royaume de Dieu sur terre, et ses partisans se crurent supérieurs aux autres hommes. L’idéologie commence dès que l’on imagine la réalisation du royaume de Dieu avant la venue glorieuse du Christ.
    Il y a des précautions pour prévenir ce genre de dérives : gardons le sens de l’adoration et du Jugement à venir, et ne nous imaginons jamais supérieurs aux autres. C’est devant tous que le Fils de l’homme apparaîtra dans la gloire –« comme l’éclair qui part de l’orient brille jusqu’à l’occident, ainsi se produira la venue du Fils de l’homme » (Mt 24, 27)–, et tous ceux qui l’accueilleront pourront participer à sa puissance.
    Il existe d’autres tentations encore.
    L’erreur du quiétisme est celle d’un excès de passivité, excès lié à une minimisation du Jugement. Attendre la Venue glorieuse du Christ ne signifie pas attendre sans rien faire. Cette tentation, présente au XVIII° ou XIX° siècle, fait place de nos jours à d’autres genres de tentations.
    La tentation de nos sociétés sécularisées est de ne rien attendre de Dieu. Or, ne pas attendre que le Christ chasse l’Antichrist et instaure son royaume, c’est risquer de vouloir, tôt ou tard, arracher soi-même l’ivraie ; notre monde est plein de ces dérives totalitaires pleines de belles intentions. C’est une autre erreur, potentiellement très dangereuse.
    On peut encore imaginer, comme dans l’islam, que le Christ revienne régner matériellement et directement sur le monde ; c’est s’exposer à la tentation de sacraliser les autorités humaines… Avec tout le risque dictatorial qui s’en suit…
    Comprendre correctement la Venue glorieuse du Christ permet de se réjouir de tout ce qui peut préparer le règne de Dieu (saints rois de l’histoire de France, personnages politiques providentiels, chefs religieux charismatiques…), mais sans confondre une certaine préparation ou préfiguration avec la prétention de faire déjà régner Dieu sur la terre.
    Comprendre la Venue glorieuse nous fait envisager nos possibilités d’action avec douceur et humilité. Savoir que la Venue glorieuse sera précédée de l’Antichrist, c’est savoir que l’on peut certes dès maintenant juger et combattre ceux qui font le mal mais se souvenir aussi que, lorsqu’elle évoque les deux témoins investis du pouvoir temporel et spirituel, l’Apocalypse nous révèle aussitôt qu’ils sont aussi martyrs (Ap 11)… Ce n’est pas être défaitiste que de dire cela, c’est simplement être réaliste. Ce n’est pas déprimant non plus, car les saints martyrs apparaîtront avec le Christ glorieux et régneront avec lui.
    Comprendre la Venue glorieuse, c’est vivre dans une ferme espérance, car la Royauté du Christ sera spirituelle en même temps qu’efficace, s’exerçant par l’attrait (ou finalité) et non par le pouvoir. C’est ainsi que règne l’amour. Et alors, sur la terre l’organisation politique humaine se fera dans une adéquation parfaite au Christ, dans la liberté des enfants de Dieu. Une telle espérance nous vivifie déjà, et nous donne le désir de travailler à préparer le plus possible cette organisation humaine enfin « juste », car totalement dans la lumière de l’amour du Christ !

    F. Breynaert (docteur en théologie), La Venue glorieuse du Christ, édition du Jubilé.

  6. Merci à MM. SAN GIORGIO et ESCADA; ce fut instructif et convainquant ! De quoi encore envisager davantage, si ce n’est à la campagne, d’au moins débuter en ville, par un petit élevage et potager.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com