La « grosse » propagande ecclésiastique pour dissuader les Italiens de voter les partis identitaires, nationalistes ou populistes, aura fait chou blanc. Les Italiens, qui ont été aux urnes dimanche dernier pour renouveler les deux Chambres du Parlement, le Sénat et la chambre des députés, ont nettement rejeté les politiciens du système qui préconisent l’accueil à tous prix. Ces résultats sonnent comme un désaveu également du message immigrationniste du pape François. Un désaveu que le pape et la majeur partie des évêques et cardinaux italiens ne veulent ni voir ni entendre. La société multi-culturelle se fera, avec ou sans le consentement des peuples, c’est à peu près le langage qu’ils continuent à tenir.

Si le pape est sorti hier de son silence en réaffirmant, dans un énième discours, sa position en faveur de l’accueil sans restriction de tous les clandestins qui entrent illégalement dans des pays qui ne les ont pas invités, le secrétaire d’État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, avait déjà commenté, quelques jours auparavant, les résultats du vote. Avec un mépris absolu pour les Italiens !

« Les citoyens doivent se sentir en sécurité et protégés mais en même temps nous ne pouvons pas fermer les portes à la face de ceux qui sont en train de fuir des situations de violences et de menaces »

a-t-il déclaré, en se servant lui-aussi d’un langage sentimental, destiné à faire pleurer dans les chaumières sur le sort des « migrants ». Que ces colonnes d’arrivants soient surtout composées d’hommes jeunes et virils, et non de femmes, de vieillards et d’enfants, restés chez eux, n’interpelle aucunement ces altruistes humanistes sur le véritable objectif économique des ces faux « réfugiés ».

Selon le puissant prélat en poste au Vatican « le défi qui attend la politique » consiste à concilier « deux exigences imprescriptibles, sécurité et accueil ». Là-aussi, quel vœu pieu et… si hypocrite ! Cela fait des décennies que les politiciens, tant italiens que français, allemands, britanniques d’ailleurs, promettent à leurs concitoyens de respecter ces deux exigences, mais seulement une est réellement honorée : l’accueil. Pour la sécurité, l’échec est patent dans toute l’Europe !

Mais ces considérations concrètes n’ont pas de prise sur ces mentalités idéologiques charmées par les messages utopiques de lendemains multi-culturels et fraternels paradisiaques. C’est pourquoi le cardinal Parolin a expliqué aux micros de l’agence SIR (Service d’Informations Religieuses), en marge de la rencontre de la Commission Internationale Catholique sur les Migrations, que

« Le Saint-Siège sait qu’il doit travailler dans les conditions qui se présentent. Nous ne pouvons avoir la société que nous voudrions, nous ne pouvons pas avoir les conditions que nous voudrions. Le Saint-Siège continuera son œuvre d’enseignement, qui demande beaucoup de temps. »

Enseignement qui porte sur les vérités de la foi catholique auprès des populations autochtones ou allogènes, pourrait-on croire. Que nenni ! L’important sera pour le Vatican

« de réussir à éduquer la population à passer d’une attitude négative à une attitude plus positive envers les migrants ».

Que voilà un beau coup de griffe aux électeurs anti-système et anti-immigration, « à l’attitude négative » donc, de Meloni ou de Salvini, les bêtes noires des évêques italiens. Et le Secrétaire d’État de continuer en soulignant que

« de la part du Saint-Siège, il y aura toujours cette volonté de proposer un message fondé sur la dignité de la personne et la solidarité ».

Autre manipulation du langage pour dénigrer tous ceux qui proposent en tout premier, dans un contexte économique et sécuritaire particulièrement inquiétant, la solidarité envers les Italiens d’abord !

Tout le discours de cet humaniste en chapeau de cardinal est du même tonneau manichéen, réducteur, et totalement déconnecté d’un réel qui témoigne, chaque jour davantage, de l’échec du « vivre-ensemble » : d’un côté il y a les bons, ouverts, solidaires, gentils, de l’autre les méchants, fermés, égoïstes, peureux !

« Il faut créer une vision positive de la migration »

insiste le cardinal Parolin. L’objectif consiste à « dissiper les préjudices et les peurs » et dans la ligne des appels du pape François « d’abandonner la culture dominante de l’exclusion et du refus ».

« Aux attitudes de fermeture nous voyons s’opposer positivement celles de bien des jeunes qui retiennent la migration comme une dimension normale de notre société. »

« Un signe des temps » comme le définit le prélat. Le temps de la fin des Nations ?

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

18 commentaires

  1. Daniel Daflon says:

    Quel salaud ce pape, trahir ses freres chrétiens dont beaucoup sont cruellement persécutés dans le monde. Un vrai judas.

  2. cadoudal says:

    Dingoglio compte se rendre à Tel Aviv pour donner des cours particuliers de tolérance aux migrants à Netanyaou , ?

    là bas, les migrants sont jetés en prison.

    les frontières , c’est sacré.

  3. Pierre Sanders says:

    Croire que les gens votent par peur des migrants est une grosse sottise dont l’avantage est que la propagande de Bergoglio n’atteindra pas son objectif, à savoir désarmer les Européens moralement et psychologiquement. Ils votent contre l’invasion, parce qu’ils n’acceptent pas de se laisser dépouiller de leur territoire, de leur culture et de leur civilisation.

  4. J’en suis arrivé à me demander si l’homme en blanc est un vrai chrétien, je n’en vois pas les signes ??

    • Cadoudal says:

      (références : Crétineau-Joly– « l’ Eglise romaine et la révolution-)-

      lettre du F.:.M.:. Nubius au F.:.M.:. Volpe ( 3 avril 1824)

      « nous devons arriver par de petits moyens bien gradués , quoique assez mal définis,
      au triomphe de l’ idée révolutionnaire par un pape .
      ce projet m’ a toujours paru d’un calcul surhumain. »

    • Hilarion says:

      Indestructible par des attaques extérieures, les ennemis de l’église catholique l’ont infiltrée suivant la stratégie du cheval de Troie. Les premiers effets se sont fait sentir après Vatican II. N’est-ce pas après Vatican II que les églises ont commencé à se vider avec le concours de la hiérarchie éclésiastique

      • Comme on l’a lu au livre des Chroniques dimanche dernier : « Il n’y eut plus de remède à la fureur grandissante du Seigneur contre son peuple.» Préparons-nous !

  5. Damien says:

    Ils feraient aussi bien de se préoccuper des enfants avortés.

    • Patate says:

      et de la propagation de la Foi en particulier

  6. armand says:

    C’est lui qu’on devrait mettre dans un camp de rééducation et à grands coups de trique car il a beaucoup péché contre les européens.

  7. Sebastien Wolf says:

    Ce mec n’est même pas catholique, donc n’a pas le prérequis principal pour être pape.

  8. Aube de la Force says:

    Ainsi l’Eglise conciliaire ne se préoccupe plus d’enseigner la doctrine catholique mais « d’éduquer » les peuples selon les impératifs de l’économie mondialiste, mais enrobés sous les termes vagues d’un amour du prochain passe-partout.Encore un effort et on enverra les réfractaires dans des camps de rééducation.Bergolio recherche comme Lénine le maximum d’idiots utiles pour faire passer une véritable dictature où le droit de s’exprimer en dehors des options qu’il a prises se censurera de lui-même.

  9. Aube de la Force says:

    Un message d’Espérance pour tous ceux qui s’accrochent dans la tourmente.

    A chaque révolution nous passions quelque objet de la forme du tonneau, ou alors la vergue brisée ou le mât d’un navire et … de plus en plus, nombre de choses de cette espèce qui étaient à notre hauteur…se trouvaient maintenant bien plus haut que nous et semblaient ne s’être que peu éloignées de leur position initiale.Je résolus de m’arrimer solidement au tonneau auquel je me tenais actuellement..et de me jeter à la mer; le résultat fut exactement ce que j’avais espéré.Il pouvait y avoir une heure ..que j’avais quitté le bateau quand ce dernier ayant subi par rapport à moi une immense dénivellation….plongea droit dans le chaos d’écume de la pointe.Le tonneau auquel j’étais attaché ne dépassa que de très peu dans sa descente le mi-chemin entre le fond du gouffre et l’endroit où j’avais sauté par dessus bord avant qu’une grande modification n’intervînt dans l’état du tourbillon…… L’inclinaison des flancs du vaste entonnoir se fit à vue d’oeil de moins en moins raide;les spires du tourbillon devinrent progressivement de moins en moins violentes par degrés, le nuage d’écume et l’arc irisé disparurent et le fond du gouffre sembla s’élever lentement. Le ciel était dégagé, les vents s’étaient tus et la pleine lune se couchait, radieuse dans l’ouest quand je me trouvai à la surface de l’océan, bien en vue des rivages.

    Extrait de « Descente dans le maelström » d’ Edgar Poe.

  10. Boutté says:

    Pas très catholique tout ça . Si l’on suit ce Pape il n’aura bientôt plus de troupes ; rien que des cadavres !

    • Aube de la Force says:

      Désolée de pas avoir été assez claire par cette métaphore.Le bateau à quitter est bien entendu celui de la Fraternité inconsciente du gouffre et sous contrôle de Monseigneur Fellay.Le retour à la lumière passe par la confiance accordée aux véritables héritiers de l’enseignement de Monseigneur Lefebvre.

  11. passant par ici says:

    « éduquer », que vient faire ce verbe dans cette histoire ? sommes nous donc des enfants en matière de politique ? le rôle des religieux n’est pas d’éduquer, mais d’enseigner la vérité de la bonne nouvelle.

    qu’ils éduquent donc qui ils pourront, ces gens n’ont pas l’autorité qu’ils invoquent, puisque de Jésus-Christ, il n’est pas question ici. s’il fallait confondre la tolérance et la charité surnaturelle, nous vivrions définitivement dans un monde de chiens et de carnassiers. quek est donc le désordre intérieurs de ces sérieux penseurs, pour nous asséner, leur charabia méprisant ?

    Qu’ils retournent donc, ces éducateurs mondialisées, aux études ecclésiastiques qu’ils n’auraient jamais dû abandonner si prématurément. lorsqu’ils auront des faces de ressuscités, que leur bouche parlera de la Vérité surnaturelle, alors nous saurons qu’ils ne sont pas les créatures, des oligarques, des sociétés de pensées, des sociétés de malfaisants qui pervertissent la vérité évangélique.

    s’il suffisait de porter l’habit ecclésiastique pour être digne du saint curé d’Ars, le monde n’aurait pas besoin du saint curé d’ars ! la propagande sulpabilisatrice, le bourrage de crâne éhonté, les injonctions paradoxales, et le sentimentalisme idiot, cela suffit !

    je prie pour ces prêtres, ces prélats misérables, et je prie davantage encore pour ne pas leur ressembler.

  12. Jacques says:

    Mais Begroglio, nous n’avons pas peur, nous n’en voulons pas.

  13. Vincent says:

    Un bon gauchiste est toujours lâche, il ne résous pas les problèmes il fuit les solutions (elles lui font mal) et au final il nie le problème : immigration viol et génocide = chance pour les blancos.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com