contraception-MPI

Nous avons expliqué déjà ici à Medias-Presse-Info l’incroyable scandale des MNU (médicaments non utilisés) qui depuis 2007 ne sont plus récupérables. Ils sont incinérés par Cyclamed qui auparavant les triait. 250.000 tonnes ont été incinérées l’an dernier. Merci Mme Bachelot ! Les centaines de dispensaires comme ceux de la Croix-Rouge ou de l’Ordre de Malte se sont trouvés privés de médicaments et ont dû fermer. Finalement le gouvernement a décidé qu’ils pourraient s’approvisionner gratuitement à un certain nombre de groupements pharmaceutiques agréés. Mais ceux-ci ont exigé d’avoir une gestion de la pharmacie par des professionnels ; lesquels sont pour la plupart dans une situation désespérée et ont autre chose à faire. Chaque jour en France une pharmacie de proximité ferme. Bref, les pharmaciens s’occupent de sauver leur officine. Si bien qu’en pratique il a fallu les remplacer par des médecins ayant fait de l’humanitaire, comme ceux de Rosa Mystica. C’est ainsi que nous voyons cheminer au dispensaire des informations venant de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). Celle d’aujourd’hui mérite notre attention.

On apprend à propos de la fameuse « pilule du lendemain » lévonorgestrel commercialisée sous le nom de Norlevo que « l’efficacité contraceptive est réduite chez les femmes dont le poids est supérieur ou égal à 75 kg et le lévonorgestrel n’est plus efficace chez les femmes dont le poids est supérieur à 80 kg». Anodin d’avoir ainsi berné les gens depuis plusieurs années ? Certes non ! Cela signifie que des personnes potentiellement enceintes (ou pas) ont pu l’être. Confiant dans le médicament, elles ont laissé évoluer la grossesse. Mais bon an mal an il a bien fallu qu’elles s’en rendent compte. C’est alors le recours à un avortement. Si, comme on entend dire « Je le garde ! », il n’est pas exclu que l’enfant n’ait pas eu à souffrir de ce « traitement intempestif » d’une très forte dose d’hormones balancée au tout début de son développement.

Inutile de dire que dans un dispensaire de la Croix-Rouge, il y a bien d’autres sujets de préoccupations médicales en raison de la fréquentation de nos clients essentiellement SDF.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Que d’ignorance, mais que d’ignorance… C’est affligenat

    « Confiant dans le médicament, elles ont laissé évoluer la grossesse. »

    Vous croyez sincèrement qu’une femme qui a pris la pilule du lendemain lui fait aveuglément confiance ? Bien sur que non. On vérifie par la suite que la grossesse a bien été arrêtée… Ça reste une contraception d’urgence (ie exceptionnelle) et en aucun cas un moyen de contraception fiable que l’on peut oublier !

  2. Pingback: 21 Décembre 2013 | conflitmondial

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com