Un communiqué de la Salle de Presse du Vatican fait part de la récente démission de Mgr Dario Edoardo Viganò, préfet de la Secrétairerie de la Communication du Vatican, nommé à ce poste en 2015 par le pape François.

Cette décision advient après le scandale dévoilé au grand jour concernant une lettre du pape émérite Benoît XVI au sujet de la collection intitulée La Théologie du pape François que le Préfet de la Communication avait censurée pour ne publier que les paragraphes louangeurs en faveur du pape argentin et de son pontificat.

Dans une lettre adressée au Pape François et datée du 19 mars, Mgr Viganò évoque « les récentes polémiques concernant [s]on travail (…) qui déstabilise la complexe et grand œuvre de réforme qui lui fut confiée » et remercie le Pape pour son soutien « paternel et solide » manifesté durant son mandat. L’ex-Préfet de la Communication explique qu’il a décidé de se retirer par respect pour les gens qui ont travaillé avec lui durant ses années, et pour éviter que le Motu Proprio sur la réforme de la communication puisse être d’une façon ou d’une autre « retardée, endommagée, ou même bloquée ».

Le pape François, dans un courrier daté d’aujourd’hui, tout en acceptant cette démission « non sans quelques efforts », demande cependant à Mgr Viganò de rester au sein du Secrétariat, afin de pouvoir donner sa « contribution humaine et professionnelle » au nouveau Préfet et à la réforme des médias. Il remercie le démissionnaire pour « sa disponibilité » et « sa docilité » envers ses collaborateurs et les organes de la Curie romaine, pour son « humilité » et son profond « sensus ecclesiae ».

En bref, les polémiques suscitées par la lettre censurée de Benoît XVI, censure dont on a du mal à croire qu’elle fut exécutée sans en référer au pape, valent une démission qui n’en est pas tout-à-fait une, Mgr Vigano restant nécessaire au dicastère pour la Communication… La théologie du pape François a des conséquences surprenantes, qui s’ajoutent à celles plus que scandaleuses sur la foi et la morale catholiques…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

4 commentaires

  1. Pierre MARY de Montamat says:

    Effectivement, on fait à demi sauter un fusible, vieille tactique bien connue.

    Mais la vérité, le mensonge, la tromperie, la falsification, par un homme ayant de hautes fonctions ecclésiales, tout cela, François n’en parle pas. Pôvre de lui…

  2. Onclin says:

    Qui fera sauté ce pape François? Voir la réponse dans Bulle Unam Sanctam du 18 novembre 1302 – Boniface VIII: « Si donc le pouvoir terrestre dévie, il sera jugé par le pouvoir spirituel ; et si un pouvoir spirituel inférieur dévie, il le sera par celui qui lui est supérieur ; mais si le pouvoir suprême dévie, c’est par Dieu seul et non par l’homme qu’il pourra être jugé, comme l’atteste l’Apôtre :  » L’homme spirituel juge de tout, et n’est lui-même jugé par personne  » 1Co 2,15. » Or « L’homme spirituel » ici c’est exactement le Christ.

  3. pamino says:

    « la lettre censurée de Benoît XVI » est trop poli ; il s’agit d’une contrefaction délibérée, et nous avons ici à faire avec un petit faussaire en soutane.

  4. Lionel says:

    Démissionner, c’est le minimum qu’il ait pu faire!

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com