pape-françois-3-mpiLa  tension, à quelques jours du débat et du vote au parlement, sur la loi Cirinnà concernant le mariage homosexuel, l’adoption et la location de l’utérus, nommé GPA pour moins choqué, monte en Italie.

Ces derniers mois, on pouvait craindre un épiscopat italien tout dévoué à rester silencieux sur la question à cause particulièrement de Monseigneur Nunzio Galantino, secrétaire de la Conférence épiscopale d’Italie, et nommé à ce poste par François, dont la position se veut conciliante, le fameux  oui aux unions et non aux adoptions, oui aux droits patrimoniaux non aux droits matrimoniaux :

« Parmi les catholiques il y a des positions différentes, mais aucun de nous n’espère une loi, qui, pour garantir les droits des individus et pour répondre à une situation réelle, risque de déformer la réalité. Or la réalité est celle d’une société italienne qui peut et veut compter sur le bien inestimable de la famille composée d’un père, d’une mère et d’enfants même si cette même société connaît aussi la présence croissante d’unions différentes » auxquelles l’État « a le devoir de donner une réponse » a-t-il dit récemment dans une interview accordée au Corriere della Sera en exprimant ce souhait :« Pourquoi ne pas comprendre que la Stepchild adoption ne doit pas être nécessairement liée au thème de l’union civile et qu’elle doit être traitée dans une autre séance. » Aussi a-t-il souligné, en s’appuyant sur certaines paroles de François, « les chrétiens conscients n’ont pas besoin d’évêques-pilotes », que les évêques italiens « pourront participer au Family Day mais ils ne pourront prétendre que tous les autres évêques y participent. » 

Façon claire et nette de se démarquer du cardinal Bagnasco, le président de la Conférence épiscopale italienne qui vient dernièrement de prendre une position ferme pour le Family Day et contre la loi Cirinnà dans son intégralité. Déclaration qui lui avait valu d’être rayé de l’agenda pontifical de la semaine dernière. Le père Lombardi a bien essayé de calmer la polémique en expliquant que le pape François avait eu d’autres rendez-vous de dernières minutes, il n’a guère convaincu. Vatican Insider, le journal vaticaniste de référence, et son journaliste Tornielli, celui qui vient d’écrire un livre avec le pape sur la miséricorde, titrait il y a deux jours : « Family Day, le pape en dehors de la mêlée » pour continuer ainsi :

« Le pape a parlé différentes fois des menaces sur la famille, mais il ne souhaite pas être impliqué dans les décisions qui dépendent des conférences épiscopales ou dans des manifestation de place contre le dessein de loi qui sont de la responsabilité des laïcs. » et « On ne peut pas ne pas exclure que le Pontife, (…), ne souhaite pas être présenté comme le sponsor du Family Day. » 

Le pape n’est-il pas évêque de Rome ? Et comme tête de la Sainte Église n’est-ce pas à lui de défendre, en tout premier, avec fermeté et convictions, publiquement la doctrine et la morale catholiques? Si on comprend Tornielli, il semble bien que ce ne soient plus ces prérogatives que l’actuel occupant de la chaire de Pierre désire assumer !

Cependant, l’Italie étant, du Nord au Sud, divisée sur la question, le débat se faisant tous les jours plus public et vif, des manifestation Lgbt étant prévues pour contrer le Family Day,  le cardinal Bagnasco bénissant cette révolte du peuple catholique italien qui se rendra en masse le 30 janvier clamer son opposition au mariage pour tous, François a bien du dire un mot, si petit soit-il, dans le débat. Recevant en audience, vendredi 22 janvier 2016, le Tribunal de la Rote, (c’est-à-dire le Tribunal qui s’occupe des mariages) à l’occasion de l’inauguration de l’Année Judiciaire, il a rappelé cette évidence : « Il ne peut pas y avoir de confusion entre la famille voulue par Dieu et d’autres types d’unions. » 

Voilà. Pas plus. Pas moins. Pas grand chose en somme. Tous les opposants à la loi Cirinnà, n’ayant rien d’autre de plus consistant à se mettre sous la dent, devront se contenter de ces quelques paroles pontificales comme soutien.  Il n’y a pas à dire, nous aurions aimé entendre, venant du pape, des paroles plus fermes, le rappel de la doctrine sur toutes les formes de concubinage et du catéchisme sur le péché d’homosexualité. Bien au contraire, en parlant « d’autres types d’unions » transparaît plutôt l’acceptation du péché de concubinage, entre personnes de même sexe y compris. 

Face à une si pauvre résistance intellectuelle, doctrinale, morale, venant de l’autorité la plus haute, les partisans, parmi lesquels se rangent bien des catholiques, du mariage pour tous,  de l’adoption et de la GPA ont de beaux jours devant eux, non seulement en Italie mais dans le monde entier,  pour faire avancer leurs revendications.

Ce n’est pas au-dessus de la mêlée que se range le pape François mais en-dessous !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. Il est, en effet, bien au-dessous de bien des attentes.

  2. Le pape a-t-il reçu des menaces ??..

  3. Les gens ont reprochés à Benoit 16 d’être rétrograde, conservateur, inquisiteur et je ne sais quoi encore quand il à rappelé la doctrine et la morale sur le sujet.

    François lui ne se mouille pas vraiment, il laisse ça de côté et les gens râlent aussi.

    Finalement, Voltaire avait peut être raison quand il disait dans le Sottisier « le pape est une idole à qui on lie les mains et à qui on baise les pieds. »

    En tout cas, Benoit 16 n’avait pas peur d’aller à contre courant et il se fichait pas mal d’être populaire ou pas, il tenait le gouvernail dans la tempête.

    Mal aimé de beaucoup, c’était pourtant un homme extraordinaire d’attentions pour les autres, il savait être drôle aussi et sa délicatesse n’avait d’autre égal que sa gentillesse.

    Sandra

  4. À l’époque Benoit 16 fut traité de rétrograde, de vieux jeux et je ne sais quoi encore lorsqu’il eu le courage de rappeler la morale et la doctrine sur le même sujet.

    François le populaire lui ne se mouille pas, il laisse à d’autre le soin de le faire, tandis que Benoit 16 tenait fermement le gouvernail de la barque pendant la tempête.

    Je crois que Voltaire devait peut être avoir raison lorsqu’il écrivait dans le Sottisier « le pape est une idole à qui on lie les mains et à qui on baise les pieds. »

    Les gens n’ont décidément rien compris au grand homme qui leur faisait face alors, qui était aussi simple et délicat, pleins d’attentions pour ses hôtes et qui savait être très drôle aussi.

    On est en droit de se demander ce que fait l’actuel timonier de cette barque ??

  5. Dans l’excellente revue »Vérité et Espérance,Pâque Nouvelle »du 4° trimestre 2015,n° 97,nous découvrons dans la biographie ou autobiographie du Cardinal Danneels ex archevêque de Malines Bruxelles, que ce dernier parle d’un groupe « Saint-Gall »,qu’entre eux les membres désignent comme « la mafia »,un groupe dont il est membre.
    Cette « mafia » existe depuis 1996 ,foncièrement hostile au cardinal Ratzinger devenu Benoît XVI contre lequel le groupe avait voté lors du conclave de 2005 en faveur de Bergoglio,suite à la démission volontaire ou forcée du Pape Benoît,c’est le candidat de ce groupe qui fût élu sous le nom de François.
    Comment des hommes d’Eglise peuvent-ils se comporter de la sorte?
    Un cardinal a pour mission d’aider et de conseiller le Pape,un cardinal n’est pas consacré il est « créé » ,c’est le terme.Si donc un cardinal est créé par un Pape le successeur de ce dernier peut très bien lui retirer ce titre honorifique s’il n’est plus conseiller,il y a déjà eu des précédents dans l’histoire de l’Eglise.
    Voilà une réforme d’importance pour nettoyer la curie et le collège des cardinaux,sans quoi comment l’Esprit Saint peut-il être encore invoqué par ces hommes en rouge?
    Sont-ils encore catholiques ?
    Qu’est ce qu’un Pape élu grâce aux voix de cette « mafia »?
    Rappelons-nous des fumées de Satan dénoncées par Paul VI!
    Adresse ou se procurer la revue Vérité et Espérance-Pâque Nouvelle,sursumcorda@skynet.be
    SURSUM CORDA asbl,Vinâve d’île,20 bte 64. 4000 Liège Belgique.

  6. Parfois ce François me rappelle un autre François.

    Au lieu de taper sans cesse sur les prêtres qui ne sont pas assez ceci ou trop cela, il ferait mieux de mener la barque à bon port.

    À quoi sert le capitaine de vaisseau s’il est incapable de montrer la route à suivre à ses matelots?

    Nous avions un capitaine à bord, mais ils lui ont savonné une planche avant de le mettre dessus pour le pousser par dessus bord.

    Alors oui, certains sont capable de cela, ce ne sont que des hommes, pas des Saints, ni des anges.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com