Alors que le Synode confirme la volonté majoritaire d’abandonner la morale catholique malgré quelques exceptions de catholicité chez les prélats comme le cardinal Sarah, une voix vraiment et clairement catholique s’est faite entendre dans l’aula synodale. Une femme, laïque, médecin, a rappelé tout simplement son devoir au pape. Anca-Maria Cernea a redit à ces prélats leur mission et celle de l’Eglise lors d’une intervention courte mais cinglante (traduction de Jeanne Smits) : 

Très Saint Père, Pères synodaux, Frères et Sœurs, je représente l’Association des médecins catholiques de Bucarest.

J’appartiens à l’Eglise catholique grecque romaine.

Mon père était un leader politique chrétien, emprisonné par les communistes pendant 17 ans. Mes parents étaient fiancés, mais leur mariage a eu lieu 17 ans plus tard. Ma mère a attendu mon père pendant toutes ces années, bien qu’elle ne sache même pas s’il était encore en vie. Ils ont été héroïquement fidèles à Dieu et à leurs fiançailles.

Leur exemple montre que la grâce de Dieu peut surmonter des circonstances sociales terribles, ainsi que la pauvreté matérielle.

Nous, en tant que médecins catholiques qui défendons la vie et la famille, nous voyons que tout ceci est avant tout une bataille spirituelle.

La pauvreté matérielle et le consumérisme ne sont pas la première cause de la crise de la famille.

La première cause de la révolution sexuelle et culturelle est idéologique.

Notre Dame de Fatima a dit que les erreurs de la Russie se répandraient à travers le monde entier. Cela s’est fait d’abord sous une forme violente, le marxisme classique, qui a tué des dizaines de millions de personnes.

Aujourd’hui cela se fait la plupart du temps à travers le marxisme culturel. Il y a continuité entre la révolution sexuelle de Lénine, à travers Gramsci et l’École de Francfort, et l’idéologie contemporaine des droits gay et du genre.

Le marxisme classique avait la prétention de redessiner la société, par le biais de la spoliation violente de la propriété. Aujourd’hui la Révolution va plus profond ; elle prétend redéfinir la famille, l’identité sexuelle et la nature humaine.

Cette idéologie se qualifie elle-même de progressiste. Mais elle n’est rien d’autre que la vieille proposition du serpent, pour que l’homme prenne le contrôle, que Dieu soit remplacé, que la rédemption soit organisée ici-bas, dans ce monde.

C’est une erreur de nature religieuse, c’est la gnose.

Il appartient aux pasteurs de la reconnaître, et de mettre le troupeau en garde contre ce danger. « Cherchez donc d’abord le royaume de Dieu et Sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît. »

La mission de l’Eglise est de sauver les âmes. Le mal dans ce monde vient du péché. Et non de la disparité des revenus ou du changement climatique.

La solution est celle-ci : l’évangélisation. La conversion.

Et non pas un contrôle gouvernemental sans cesse grandissant. Ni un gouvernement mondial. Ce sont eux, aujourd’hui, les agents principaux du marxisme culturel ; ce sont eux qui l’imposent à nos nations, sous la forme du contrôle de la population, de la santé reproductive, des droits gay, de l’éducation aux questions de genre, etc.

Ce dont le monde a besoin aujourd’hui, ce n’est pas d’une limitation de la liberté, mais de la vraie liberté, la libération du péché. La rédemption.

Notre Eglise a été opprimée par l’occupation soviétique. Mais aucun de nos douze évêques n’a trahi la communion avec le Saint-Père. Notre Eglise a survécu grâce à la détermination et à l’exemple de nos évêques qui ont tenu bon face aux prisons et à la terreur.

Nos évêques ont demandé à la communauté de ne pas suivre le monde. Et non de coopérer avec les communistes.

Aujourd’hui nous avons besoin que Rome dise au monde : « Repentez-vous et convertissez-vous, car le royaume de Dieu est proche. »

Ce n’est pas seulement nous, le laïcat catholique, mais également nombre de chrétiens orthodoxes qui prions avec anxiété pour ce synode. Car, comme ils le disent, si l’Eglise catholique cède à l’esprit du monde, il va être très difficile pour tous les autres chrétiens d’y résister.

Dr Anca-Maria Cernea

Merci madame.

Mgr Lefebvre écrivit à ses prêtres en octobre 1980 : « L’abandon des principes catholiques concernant la foi et la morale par des épiscopats entiers manifeste la profondeur et l’extension de cette crise moderniste. …. Ce sont les laïcs qui doivent rappeler la doctrine de l’Eglise aux évêques. … »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

20 commentaires

  1. Cette personne, le Dr Anca-Maria Cernea, a entièrement raison à tous points de vue. les erreurs de la Russie pour lesquelles la Sainte-Vierge a demandé la consécration de la Russie à son Coeur immaculé, ce sont les erreurs du communisme qui se sont répandues à travers le monde et non, comme certains le croient l’orthodoxie.

    ND n’a jamais dit que la Russie serait perdue sans consécration, elle a dit que les erreurs de la Russie (communistes, donc!) se répandraient dans le monde. Et c’est bien ce que nous constatons. Elles se sont répandues mais elles ont quitté la Russie qui a fait sa contrerévolution et dénoncé les abominations communistes. Ce n’est pas le cas en France où le régime politique est toujours celui de la Révolution. Et au contraire, aux erreurs de la révolution française se sont ajoutées celles du communisme qui sont en Occident à présent, sous une forme plus hypocrite encore qu’en URSS et ce sont ces erreurs qui, nous le voyons depuis Vatican II, ont même touché « le lieu saint », comme l’a révélé ND de La Salette. Et comme le prophétisait l’exorcisme de Léon XIII: « Ils ont porté leurs mains impies sur le Siége de Pierre en sorte que le pasteur étant frappé,le troupeau puisse être dispersé. »

    « Ce n’est pas seulement nous, le laïcat catholique, mais également nombre de chrétiens orthodoxes qui prions avec anxiété pour ce synode. Car, comme ils le disent, si l’Eglise catholique cède à l’esprit du monde, il va être très difficile pour tous les autres chrétiens d’y résister. »
    L’Eglise de Rome a déjà cédé à l’esprit du monde avec Vatican II, elle ne fait que continuer à lui céder toujours plus. Rien que de discuter de l’homosexualité et de la communion aux divorcés est déjà un énorme pas de plus vers le précipice, quel que soit le résultat.

    • Volodymyr Bellovak says:

      Donc, si on pousse votre raisonnement jusqu’à sa conclusion logique et ultime; il faudrait quitter l’Eglise ( catholique romaine ) et se faire orthodoxe ?

      • Pourquoi ce manichéisme ? Ce n’est pas parce que les orthodoxes ne sont pas les affreux que vous voudriez voir en enfer, qu’il nous faut quitter l’Eglise catholique, même si Rome actuellement nous précipiterait volontiers en enfer.

        • « les erreurs de la Russie pour lesquelles la Sainte-Vierge a demandé la consécration de la Russie à son Coeur immaculé, ce sont les erreurs du communisme qui se sont répandues à travers le monde et non, comme certains le croient l’orthodoxie. »

          Ce sont les 2, RS87. La Ste Vierge ne sépare pas, comme l’ont fait les franc-macs, l’Eglise de l’Etat. Le catholicisme est incompatible avec le communisme, alors que l’orthodoxie a vécu avec pendant des siècles en Russie. Donc, la consécration de la Russie va bien CONVERTIR la Russie. Le Coeur de Marie est catholique est non pas orthodoxe. Il est rattaché à Rome et pas ailleurs, comme Celui de Son Fils.
          C’est vous qui êtes induit en erreur.

          • Volodymyr Bellovak says:

            Enfin, je vous rappelle que les orthodoxes acceptent le divorce; en cette matière ils ne peuvent guère etre pris en exemple, sauf par les modernistes ( le pape François a d’ailleur fait référence à eux explicitement )…

            • Volodymyr Bellovak says:

              ( réponse adressée à RS87 )

            • C’est bien la preuve que Rome prend tout ce qui est mauvais partout mais jamais le bon. D’ailleurs il n’y a guère plus que le patriarcat de Moscou qui résiste à la vague de Vatican II qui a emporté presque tous les autres patriarcats orthodoxes. C’est bien pourquoi cette doctoresse de l’article dit que les orthodoxes se font du soucis, parce que ce que fait Rome retentit chez eux.

              Néanmoins le patriarcat de Moscou tient ferme en ce qui concerne le mariage entre un homme et une femme, avec les racines chrétiennes de l’Europe etc.

              Il ne s’agit pas de dire que les orthodoxes sont parfaits, mais qu’actuellement, on a un problème d’identité et un problème d’autorité religieuse. Et dans ces deux domaines, nous avons des alliés qui pèsent, alors que nous sommes de plus en plus isolés.

              • @ RS87 « Rome prend tout ce qui est mauvais partout mais jamais le bon. »

                N’exagérez pas.
                Depuis le 1er évêque de Rome, saint Pierre, on ne peut pas dire que les suivants n’ont jamais pris le bon.
                Il est évident qu’il y a une crise aujourd’hui, mais elle ne date pas non plus de Vatican II.
                N’étant pas dans l’Eglise, on peut dire que le patriarcat de Moscou est en crise depuis bien plus longtemps…

                • Je ne parle que depuis Vatican II, évidemment…

                  • Vatican II découle des erreurs passées. Tout est lié.

                    Il est vrai qu’à l’époque que nous vivons, les bonnes choses consistent surtout à résister face aux innovations.
                    Mais, parmi les bonnes choses, l’Eglise s’est quand même pas mal assouplie face aux rôles des laïcs, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi. S’il y a un problème dans ce domaine, c’est qu’il y a un excès, qui est justifié, à tort ou à raison, par la crise des vocations sacerdotales et religieuses. Cette crise des vocations n’est, elle-même, peut-être pas si justifiable, car Dieu n’appelle-t-Il pas toujours autant ? Ce sont les âmes qui ne répondent plus. Et pourquoi ? Parce que, plus qu’une question religieuse, c’est une question de « progrès social » dû à notre époque actuel ancré dans le matérialisme apporté par une République laïque, et qui en est venu (par matraquage) à attirer davantage que de consacrer sa vie à Dieu.
                    C’est pourquoi il est indispensable que l’Etat ne soit pas séparé de l’Eglise. Ou que s’il l’est, qu’il reste catholique ; c’est fondamental.
                    Vatican II a dû faire face à tout cela, qui venait d’avant. C’est, en 1905, qu’il y a eu séparation de l’Eglise et de l’Etat en France. C’était Pie X le pape : qu’a-t-il pu faire ?
                    Les orthodoxes s’accommodent de Poutine, mais jamais un catholique ne pourrait s’accommoder d’un Poutine apostat, qui ne favorise en rien les catholiques.
                    J’espère que vous comprenez ce que je veux dire.

            • Tchetnik says:

              Les Orthodoxes n’acceptent pas le divorce à proprement parler. C’est un contresens que bien des Orthodoxes font aussi du reste. Ils considèrent le mariage comme aussi unique et indissoluble avec, par économie, une possibilité de comprendre et pardonner une séparation, mais ce n’est ni facile, ni automatique.

          • Révisez votre histoire. L’URSS et pas seulement la Russie ont été sous régime communiste durant 70 ans, ce qui est beaucoup mais n’a rien à voir avec « des siècles » comme vous dites. 70 ans ? C’est-à-dire que des russes ont connu le régime tsariste, puis le régime communiste et enfin ont pu voir la fin du régime communiste dans une même vie. En France cela fait 216 ans que la Révolution nous dirige… Il y a longtemps que plus personne n’est là pour témoigner de l’Ancien régime.

            De plus les orthodoxes ont été persécutés autant que les autres religions sous les bolcheviques. Lisez donc « pardonne-moi Natacha » cela vous apprendra les horreurs de la persécution communiste en Russie contre les orthodoxes; ils écrivaient entièrement à la main les bibles faute d’en trouver même au marché noir etc.

            Si la Révolution n’avait vécu que 70 ans en France, comme nous serions heureux, mais la France est toujours sous régime révolutionnaire, sans que pour autant vous assimiliez le catholicisme à la Révolution, alors faites-en autant pour l’orthodoxie dans les pays de l’Est, qui n’étaient d’ailleurs pas tous orthodoxes, mais tous sous régime soviétique et beaucoup parmi les républiques soviétiques étaient très satisfaits du communisme, comme chez nous beaucoup sont enchantés du régime Américain… depuis 65 ans.

            • Oui j’aurai dû écrire des années, au lieu de « siècles », mais l’impérialisme du 19è n’était guère mieux pour les catholiques.
              Les communistes n’ont aucune religion (« religion, l’opium du peuple »), donc il est normal qu’ils persécutent aussi les orthodoxes. Mais cela n’empêche pas qu’il y a plus d’orthodoxes que de catholiques en Russie. Ce qui n’est pas normal, puisque les catholiques sont dans la vérité, et les orthodoxes schismatiques sont dans l’erreur.

              • En tant que Catholique, il est normal de dire que les Orthodoxes seraient dans l’erreur et que seuls ceux ayant vraiment foi dans l’Eglise de Rome seront sauvés.
                Mais c’est faux et depuis toujours, bien avant l’oecuménisme, l’Eglise de Rome a cherché à faire un rapprochement avec les Orthodoxes russes jusqu’à reconnaitre des Orthodoxes comme docteurs de l’Eglise et ce en dépit du schisme.
                L’erreur de l’Eglise de Rome est d’avoir fait un Concile de trop, ce que les Orthodoxes n’ont pas fait bien qu’ils aient été aussi infiltrés. Avec la venue du Grand Monarque et du Saint Pontife, il est dit que le Christianisme sera rétabli et que Catholicisme, Orthodoxie (et même Protestantisme) seront réunis.

        • Volodymyr Bellovak says:

          Désolé, mais « en enfer », ce sont les catholiques qui y sont représentés sur certaines fresques orthodoxes…
          Tout le monde a compris après coup que les erreurs de la Russie étaient communistes; il n’empèche que N-D à fait sa demande avant que n’éclate la révolution d’octobre 1917; si vous ne voulez voir aucun lien avec le schisme de la Russie, libre à vous, mais si vous etes catholique, merci de respecter un peu plus le choix de la Fidélité à la Rome éternelle, maitresse de Vérité, dans la fidélité à leurs rites et traditions propres, qu’ont fait et font toujours les catholiques orientaux, fidélité qu’ils ont « payé » du sang de leurs martyrs. A lire et à entendre certains catholiques qui n’ont d’yeux que pour la Russie orthodoxe, on se demande si ils n’oublient pas leurs frères orientaux ou s’ils ne les considèrent pas comme gènants par rapport à une hypothétique « réconciliation » avec « nos frères séparés » dans une sorte d’oecuménisme moderne qui veut ignorer les divergences au nom d’une unité de façade contre des ennemis communs…
          Bien sur que Vatican II fut une catastrophe, mais il ne faut pas jeter le « bébé » pape, avec l' »eau du bain  » conciliaire; dénoncer les erreurs mais rester fidèle à la Rome éternelle ( qui ne commence pas à vatican II mais qui n’y meurt pas non plus, les blessures n’entamant pas son immortalité ni sa sainteté; c’est une question de principes.

          • Les catholiques ne sont pas des Pharisiens, ils ont un esprit pour réfléchir. Mgr Lefebvre lui-même s’est posé beaucoup de questions sans trouver de réponse à l’assurance que l’Eglise a toujours cru que les portes de l’Enfer ne prévaudraient pas contre Elle. Ce qui signifiait que jamais le pape ne trahirait, or « contra factum, non fit argumentem », « contre les faits, les arguments ne comptent pas », ainsi qu’il l’a lui-même dit. Il n’est pas interdit de réfléchir à partir des faits. Lisez la biographie de Mgr Tissier de Mallerais.

            A l’épreuve des faits, il faut bien admettre que cette interprétation n’était pas la bonne.

            Depuis Mgr Lefebvre les choses ont encore empirées. Il serait temps de se poser des questions, si nous ne voulons pas perpétrer les mêmes erreurs dans un perpétuel recommencement.

            D’autre part ND en 1913, savait très bien ce qui se préparait, à la veille de la déclaration de la première guerre mondiale (qui fut l’œuvre des FM); Cette guerre qui allait opérer la révolution bolchévique,avec les manœuvres des banksters occidentaux et autres FM qui ont trahi l’alliance du tsar et l’ont abandonné aux bolchéviks.

            A propos de l’enfer, ce n’est pas parce que des orthodoxes sont c… que nous devons l’être. Malheureusement, il y en a beaucoup partout.

        • D’autre part, on a tout mis sur le dos de Vatican II, mais le premier pape à qui soeur Lucie s’est adressé de la part de la Ste Vierge, ne fut pas Jean XXIII, mais Pie XI. Tout a commencé AVANT Vatican II, et les papes d’avant le Concile sont bien plus coupables que ceux d’après, car ils ont laissé venir le Concile en ne faisant rien de ce que demandait la Ste Vierge.
          C’est sous Pie XI qu’éclatait la 2è guerre mondiale, premier châtiment annoncé par la Ste Vierge.
          Puis, en 1952, la Ste Vierge a renouvelé sa demande en apparaissant encore à sr Lucie. Elle lui dit : « Fais savoir au Saint-Père (Pie XII) que j’attends toujours la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé. Sans cette consécration, la Russie ne pourra se convertir, ni le monde avoir la paix. »
          Ces paroles sont très claires. Mais Pie XII ne l’a pas faite. Et comme sr Lucie s’en plaignait, les sanctions tombèrent! « Dès l’automne 1952, Pie XII fit donner des ordres précis à la hiérarchie pour que l’on ne réclame plus cette consécration de la Russie qu’il voulut que l’on considérât comme faite.
          De plus, en 1955, le Pape décida que « seules les personnes qui avaient déjà rencontré sœur Lucie pourraient la voir de nouveau sans autorisation expresse du Saint-Siège ». Ainsi surveillée, la voyante fut dès lors presque totalement réduite au silence ; rigueurs qui furent aggravées sous le pontificat des papes suivants, à tel point que même son ancien confesseur et directeur, le Père José Aparicio, un véritable homme de Dieu, ne put obtenir la permission de s’entretenir avec elle, surtout à partir de 1960, date à laquelle le troisième secret aurait dû être révélé au monde (c’est-à-dire avant le Concile Vatican II) ».
          Vous voyez bien que c’est une question religieuse autant que politique. Parce que le temporel et le spirituel marchent ensemble. Dieu a créé les nations pour qu’elles soient catholiques, sous ses ordres, et non pas affranchies de ses lois et de son autorité souveraines.

          • Certes il y a beaucoup à dire avant Vatican II, mais la rupture, la Révolution en religion c’est Vatican II. C’est 1789 ou la révolution d’Octobre dans l’Eglise comme l’ont dit des pontes du concile. A cette date l’église conciliaire a changé d’Evangile. La religion est devenue évolutive…

      • pamino says:

        Mon cher Wolodymyr Wolodymyrowitsch, j’ai déjà fait remarquer ici que les églises orthodoxes sont toujours aussi pleines le dimanche que l’étaient leurs contre-parties hétérodoxes* d’avant-concile. Les excommunications mutuelles ont été révoquées, c’est exceptionnellement un bon fruit de ce dernier. Il faut peut-être maintenant se demander si la question « Filioque ou non ? » n’en est peut-être pas une trop difficile pour le pasteur moyen, pour ne pas parler de ses brebis. Il faut quand même garder les deux liturgies dans toutes leurs beautés réciproques (car l’occidentale elle aussi est belle quand elle est bien célébrée selon les rubriques codifiées à Trente), et tout le monde est d’accord que les deux sont valables.
        *G. K. Chesterton, qui savait bien son grec : « L’orthodoxie, c’est ma doxie à moi, et l’hétérodoxie, c’est la doxie de quelqu’un d’autre ».

  2. Volodymyr Bellovak says:

    Témoignage magnifique ! Merci à son auteur pour son témoignage et pour sa défense de la morale chrétienne, merci à Xavier Celtillos et MPI, et à Jeanne Smits, de nous avoir livré ce très juste et beau texte !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com