livre-licra

On est passé du Racisme expliqué à ma fille de T. Benjelloun à un livre de la Licra vendu 10€, payé par vos impôts car il va bien entendu inonder les CDI et biblios de toute la France.

Le boulot a été confié à Antoine Spire, vice-président de la Licra et à Mano Siri, présidente de la Commission Culture de la Licra. Comme ça, on est tranquille.

La liste des contributeurs finit d’assurer l’orientation : Aït-Mohamed Salima, militante de la Licra, Daniel Farhi, ancien rabbin, Aurélie Filipetti, ministre de la Culture, Vincent Peillon, ancien ministre de l’Education Nationale, Elisabeth Ronzier, vice-présidente de SOS Homophobies, Louis-Georges Tin, président du CRAN,…

Le pdf est offert gracieusement à tous les enseignants, qui seront chargés de répandre la bonne parole.

Présentation : Depuis des années les militants de la Licra interviennent dans les établissements scolaires de toute la France dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté. À raison de 800 à 900 classes par an et plus de 20 000 élèves rencontrés chaque année, ils sont confrontés tous les jours aux approximations, aux déformations, voire aux manipulations. De même, lors des débats publics, lors de nos Universités d’Automne au Havre ou à l’occasion des rencontres que nous organisons, nous sommes confrontés à la difficulté de mal nommer les choses. C’est pour aider à clarifier les échanges et les idées, que nous avons souhaité produire un tel ouvrage. D’Amour et Antiracisme à Vérité et Vie, les 100 mots de ce petit dictionnaire visent par de brèves définitions à aider jeunes et moins jeunes à ajuster leur vocabulaire au monde contemporain. Trop souvent des mots sont lancés sans que celui qui les prononce n’en maîtrise toujours les tenants et les aboutissants ; les mots qui composent ce petit dictionnaire sont ceux qui désignent religions et ethnies, violence et différence mais aussi identités et combats antiracistes.

Les définitions sont l’œuvre d’une trentaine d’auteurs parmi lesquels Vincent Peillon et Aurélie Filipetti ministres de la République mais aussi certains de nos plus grands intellectuels : Henri Atlan ou Boris Cyrulnik, Mireille Delmas-Marty ou Jacqueline Costa-Lascoux. Ils ont tous tenu à forger ce petit outil conçu dans l’esprit de la réflexion d’Albert Camus : mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde. Ce livre a été conçu par un collectif de militants de la Licra sous la responsabilité d’Antoine Spire et Mano Siri avec la collaboration de Salima Aït-Mohamed. Qu’ils en soient tous remerciés. (sic!)

On remarquera au passage que la bonne parole de la Licra transgresse totalement la thématique du racisme ou de l’antisémitisme; au fil des articles on notera une propagande éhontée par exemple pour la théorie du genre et “l’orientation sexuelle” considérées comme “allant de soi”…

Article “homme / Femme” p 75:

“Il n’y a pas de déterminisme génétique, parce qu’on est homme, à la violence, au goût pour le combat et à la domination, pas plus qu’il y en aurait un à la douceur et à la soumission parce qu’on est, physiquement parlant, femme. Cela ne relève pas de l’hérédité biologique. Le genre d’homme ou de femme que nous devenons est à la fois une forme de choix– nous nous construisons nous-mêmes de par ce que nous pensons, décidons, et faisons – et l’acceptation plus ou moins consciente d’un héritage et d’un déterminisme culturel. ’un héritage et d’un déterminisme culturel.” (sic!)

Article “Homosexualité” p 77:

L’homosexualité est une orientation sexuelle et consiste à être attiré sentimentalement et sexuellement par une personne du même sexe que soi. L’homosexualité concerne autant les hommes, gays, que les femmes, lesbiennes. Si l’orientation sexuelle d’une personne peut varier au cours de son existence, en fonction des évènements de la vie, elle n’est pas un choix. On ne choisit pas d’être homosexuel, de la même manière que l’on ne choisit pas d’être hétérosexuel. En revanche, en fonction d’un environnement plus ou moins tolérant, plus ou moins acceptant, une personne homosexuelle peut choisir de vivre son orientation sexuelle ou au contraire se forcer à la cacher ou même à la nier. (sic!)

Article “sexualité” p 136

La sexualité est mue par le désir que l’on éprouve pour l’autre, quel qu’il soit : elle peut supposer l’amour mais pas nécessairement. Elle n’a plus pour finalité immédiate la reproduction humaine même si elle peut y conduire quand l’acte sexuel a lieu entre un homme et une femme. En général la sexualité comble un manque et participe de l’équilibre et du bonheur de l’être humain. Evidemment des hommes et des femmes peuvent vivre sans activité sexuelle par contrainte ou par choix et certains tentent de sublimer leur désir dans d’autres activités symboliques ou physiques. Il n’y a pas de sexualité naturelle ni contre-nature. (sic!)

Bien entendu, on peut aussi y trouver une attaque en règle du christianisme, notamment, et surtout de l’Eglise !

Article “Bible” p. 28

Les chrétiens ont eu longtemps l’habitude de parler du nouveau testament à propos des évangiles, de l’apocalypse et des épîtres de Paul. C’était laisser croire qu’une nouvelle alliance se serait substituée à l’ancienne (ce fut la théologie catholique pendant des siècles, abandonnée à Vatican II) alors que la Bible est un tout dont les lectures sont plurielles. (sic!) Encore une thématique douteuse qui “interprête” selon ses vœux les textes de Vatican II qui n’ont jamais remis en cause la Nouvelle Alliance!

Les article du “prêtre” Lefort valent le détour !

Article “Incroyants” p. 83

Le phénomène de l’incroyance, né en Europe au XVIe siècle en même temps que le protestantisme, conteste le magistère de l’Église après le règne meurtrier des Borgia. Les abus de l’Église sont pour beaucoup dans la naissance es abus de l’Église sont pour beaucoup dans la naissance de l’incroyance. Comment adhérer à l’idée d’un Dieu bon et tout-puissant quand ceux qui le représentent sur terre sont des criminels comme les papes de la Renaissance ? (sic!)

Article “chrétiens et christianisme” p. 29 (Cet article se présente sous la forme de la vision uniquement talmudique de l’existence de Jésus. On se demande d’ailleurs bien la raison d’un article portant uniquement sur l’existence de Jésus dans cette thématique vouée à l’antiracisme! )

Ce qu’on y lit, proprement scandaleux, reprend mot à mot la thématique éculée du talmud soulignant bien sûr, contrairement à ce qui est spécifié dans les Evangiles (notamment la Passion selon St Matthieu, à savoir que Jésus a été arrêté par les milices des prêtres et traduit devant le tribunal juif… et que les Romains s’en sont lavé les mains laissant les juifs régler leurs problèmes juridico-théologiques entre eux) que ce sont les Romains qui ont arrêté et fait exécuter Jésus… Argumentation fallacieuse qui contredit en outre formellement les fameux versets censurés du talmud où “ils” se flattent d’avoir “pendu Jésus” le veille de la Pâques, notamment les fameux Sanhédrin 43 a et 67 a!

Il y a deux mille ans, un juif, nommé Yeshua beni Youssef beni Myriam que nous appelons aujourd’hui Jésus, a parcouru le royaume de Judée et les villes étrangères du nord en prêchant l’amour, la paix et la fraternité, et en critiquant la loi juive. Originaire de Nazareth, il a principalement vécu sa vie publique au bord du lac de Tibériade se glissant dans la peau d’un prophète juif. Les foules l’admiraient en raison des miracles et des guérisons qu’on lui attribuait. Mais le fait qu’il remette en cause certains aspects de la pratique rituelle, et qu’il parle au nom de Dieu comme s’il était Dieu, lui ont valu une forte inimitié de la part des autorités religieuses. Cela explique pourquoi il a été mis à mort à Jérusalem lors de la Pâques juive par les occupants romains qui le considéraient comme un dangereux agitateur. La surprise, c’est que quelques jours après ses amis, que l’on appelle aussi ses disciples, ont tout abandonné pour parcourir le monde en proclamant, au risque d’être eux-mêmes exécutés: « Nous l’avons vu, il est vivant ! » (Resic!)

Ce qui est aussi honteux que “subtil”, c’est que pour donner plus de “force” à leurs arguments (qui serviront à “évangéliser” plus de 20000 élèves formatés à la catéchèse feuj) tous les articles “religieux” sont signés du nom d’un prêtre (?) catholique – fort oublié aujourd’hui heureusement – pédophile notoire qui sort de 8 ans de prison pour – lors de ses missions dites humanitaires, il est aussi médecin – avoir “osculter” des petits sénégalais très au delà de la pratique diagnostique habituelle… http://www.jeuneafrique.com/Article/LIN19065lhommsemmoh0/ http://www.la-croix.com/Actualite/France/Huit-ans-de-prison-pour-le-P.-Lefort-_NG_-2005-06-27-589349

Article “Croyants” p. 38

Le croyant est celui qui dit : « je crois. » Aucune religion religion ne devrait dire : « Je suis sûr ! » Le doute est nécessaire à toute foi adulte. Tout le monde, même les agnostiques, même les athées croit en quelque chose qui ne peut pas être vérifié par la science ou les faits. Si le croyant peut dire : « Je crois », c’est parce que des personnes auxquelles il fait confiance lui ont parlé de révélations divines, invérifiables certes, mais qui correspondent profondément avec ce qu’il vit, avec ce qu’il éprouve lui-même « Dieu, personne ne l’a jamais vu », nous dit la Bible. Même Moïse ne voit passer qu’un nuage de lumière qu’il assimile à la gloire de Dieu. Mais ce que le croyant croit voir, ce sont les traces de Dieu : La Nature, la Beauté, l’Esthétique, la Justice et l’Amour. Si plusieurs croyants professent les mêmes affirmations alors se forme une religion, mais la religion n’est pas la foi, car la foi est personnelle et différente pour chaque individu. Celui qui par opportunisme s’attache à une religion sans avoir une foi personnelle est dans l’imposture. Avant l’avènement du christianisme il y avait des centaines, voire des milliers de religions et c’était le signe d’une appartenance à un groupe, à un peuple, à une nation. Aujourd’hui, il n’y a plus que deux religions : celle de ceux qui cherchent et celle de ceux qui croient savoir ; ces derniers sont dangereux, car, souvent, ils veulent imposer leur croyance.

Quelle profession de foi pour un prêtre!!! Curieusement, ni suspendu, ni réduit à l’état laïc, Le “père” François Lefort sévit encore comme curé de la paroisse de Saint-Pal-en-Chalencon (Haute Loire) où il s’emploie à une illusoire demande en réhabilitation! C’est un manipulateur et un illusionniste, selon Laurent Bécaria, directeur des Editions des Arènes, qui n’a pas hésité à écrire: « Le mensonge est au père Lefort, ce que l’essence est à la voiture ». On peut s’étonner que cet individu au passé aussi lourd puisse être considéré comme un modèle et un théologien de premier ordre… Mais il est vrai que certains versets jamais contestés par les talmudistes sont pour le moins “équivoques” concernant la pédophilie… Ceci peut expliquer cela…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

12 commentaires

  1. Un fou furieux qui donne des signes de possession, et une pornocrate professionnelle : joli tandem !

  2. michelb says:

    « C’était laisser croire qu’une nouvelle alliance se serait substituée à l’ancienne »
    Ce n’est pas « laisser croire » , c’est dire que c’est vrai.
    Mais personne n’est obligé d’y croire. Ils disent eux-mêmes aux enfants qu’ils ont droit de baiser avec qui ils veulent. Ils ont oublié la zoophilie, de parler des pratiques sado-maso etc…

    En plus du prosélytisme, ce livret n’est qu’un livre scolaire classique avec tous les mensonges, les approximations, l’absence de preuves.

    Lefort, un curé menteur qui se prend pour Voltaire. Fillipetti qui voulait bouffer du curé s’est acoquiné avec lui?

    Ils confondent « sexualité » et « rapports sexuels » , c’est qu’ils n’ont rien compris.

    J’aimerais savoir combien ça a coûté et tous les cadeaux des rédacteurs.

    Les familles n’ont plus de quoi manger le 15 du mois pour des conneries pareilles.

    20000 enfants + 40 000 parents + les maîtres à penser + les visiteurs, ça va atteindre les 100000 personnes contaminées

    « Ici il ne s’agira pas de cette divergence nécessaire, mais des aggravations fantastiques que les sociétés humaines ont successivement apportées à l’inégalité inévitable.

    Délivrons-nous donc, si possible, de nos préjugés, ces idoles de temps et de lieu qui excitaient le juste mépris de Bacon. Étudions froidement, comme des spectateurs sans
    passion et des juges sans partialité, l’inégalité des conditions humaines.

    Cette inégalité est prodigieuse : car il y a des pauvres et des riches, des maîtres et des esclaves, des grands seigneurs et des serfs, des rois et des sujets.

    Abordons la question des rois. Elle ne fait guère honneur à l’intelligence humaine.

    Au bon vieux temps, un roi, dans sa puissance sans bornes, avait droit de vie et de mort sur les millions de sujets qui lui étaient échus à son berceau. Et, comme il était entouré d’une troupe de serviteurs solidement armés, robustes et sans scrupules, il pouvait faire pendre et estrapader selon son bon plaisir. Même il pouvait forcer des millions d’individus à travailler pour son palais ou pour son tombeau pendant des années et des
    années. Les pyramides ne sont pas seulement un magnifique édifice, c’est encore un splendide témoignage de la folie humaine, puisque tout un peuple a remué et entassé
    d’énormes pierres pendant trente ans, à seule fin de construire au roi Chéops une, sépulture qui dessinât son prodigieux profit à quelques kilomètres de distance. Que dix millions d’esclaves aient ainsi, sans se révolter, sué, peiné, souffert, pour la satisfaction d’un seul
    personnage, si Chéops qu’il soit, c’est une ineptie qui monte bien plus haut que le sommetde la haute pyramide.

    Mais Chéops n’est pas le seul à avoir asservi un grand peuple à des besognes absurdes.

    L’histoire du monde est surtout celle des divers Chéops, obscurs ou fameux, qui ont sévi sur des millions d’esclaves. Il y eu Sésostris, Xerxès, Darius, Néron, Jules César, Charlemagne, Charles-Quint, Louis XIV, Napoléon, Guillaume II, et bien d’autres potentats encore, qui ont écrasé sous leurs fantaisies d’immenses populations dociles et stupides. »
    écrit en 1919

  3. michelb says:

    « Dans cette foule servile, aveugle, ignorante, qui fut l’humanité du passé et qui est l’humanité du présent, parfois quelques intelligences ont apparu, sereines et audacieuses, devançant l’avenir, découvrant des vérités nouvelles, aimant la justice, vagues lueurs éparses qui jettent quelques clartés dans les ténèbres d’une nuit profonde.

    Ces bienfaiteurs, grands par l’audace et le génie, ont été sans doute récompensés par leurs frères humains ?

    Voyons ce que nous dit l’histoire.

    Socrate, le sage des sages, osa, en plein paganisme, soutenir que les superstitions mythologiques sont des traditions ridicules ; qu’il faut se connaître soi-même et n’avoir comme règle de conduite que la conscience, comme règle de croyance que la raison. Mais il fut hué par les foules. Aristophane le bafoua outrageusement au théâtre. De soi-disant juges l’accusèrent de corrompre la jeunesse, et il fut condamné à mort. La ciguë donnait une mort assez douce, mais c’était la mort tout de même.

    Jésus-Christ, âme tendre et mystique, inaccessible à la haine, prêcha le pardon des injures, la pitié pour les malheureux et les pauvres, l’égalité des chétifs humains devant le Père Céleste. Doctrines nouvelles qui auraient dû changer la face du monde. Eh bien ! Jésus-Christ a été condamné à une mort ignominieuse et douloureuse. Tout jeune encore, cet être presque divin fut crucifié, moitié comme rebelle, moitié comme dément, aux applaudissements d’une foule barbare. »

  4. Quéniart says:

    Jésus n’a jamais dit qu’il était le fils de Dieu,ce sont les 1er chrétiens genre saint Paul qui ont dis cela,ou alors encore 1 mauvaise traduction du grec au latin.

  5. LANKOUDU says:

    voilà ce qui se passe dans leurs belles gueules d’inocents
    « socialos » !

  6. Mindcontrol et propagande sur les enfants le plus tôt possible afin de contrôler les esprits et de les formater dans le sens voulu par les loges maçonniques et par les talmudistes qui marchent main dans la main.

    Attaque en règle contre la foi chrétienne et catholique – pas surprenant quand cela vient des franc-maçon et des organisations talmudiques et sionistes.

    Leur méthodes – Infiltration – Neutralisation et Déviation – de la pensée chrétienne.

    Mêmes méthode que en URSS en 1917 par les mêmes organisations. 80 % des Commissar politique en URSS étaient des juifs surveillant la « pensée conforme» des goyims russes afin que elle soit une pensée communiste.

    Qui a inventé le communisme? le juif-allemand Karl Marx

    Qui a inventé le socialisme? Devinez

  7. Rogiero_In says:

    Après avoir survolé ce dictionnaire des « 100 mots pour se comprendre », je reste encore plus étonné par l’arrogance des rédacteurs à se croire légitimement investis à dire le sens des mots que par le torchon qu’ils nous livrent… Mais, avec un peu de recul, on comprendra très vite qu’il vaut mieux se réjouir d’une telle initiative. Nous devons conserver pour la postérité toutes les preuves de l’ignominie qui régnait dans les tribulations de notre temps présent.
    Il est dommage de n’avoir relevé que « la bonne parole de la Licra transgresse totalement la thématique du racisme ou de l’antisémitisme », notamment en tentant quelques incursions dans les faits religieux, sans faire mention de l’absence de toute référence à l’église catholique.
    Nous avons bien dans ces 100 mots un « article » consacré aux termes « Orthodoxe » (p. 114) ou encore « Protestant » (p. 117)… Mais dans ce petit dictionnaire, nous passons directement de la « Bible » au « Chrétien » (pp. 28-29). Catholique? Non, aucune définition n’est donnée. Pourquoi? Comment est-ce possible? Est-ce si important? La question doit être posée.
    Pourquoi définir les termes orthodoxe et protestant, deux des trois branches principales de l’église chrétienne et évincer le mot catholique? Un oubli? Peut-être était-il satisfaisant pour le comité de rédaction de définir en creux la foi catholique uniquement à travers la définition du protestantisme? Celui-ci s’étant dressé « contre les abus de toutes sortes qui ont lieu dans l’Église catholique » (p. 117). Globalement, ce dictionnaire donne une représentation négative de l’église catholique, réduite à une religion dogmatique réfractaire au progrès et remplie de pédophiles. On peut en discuter, cependant il appartient à l’église de se sanctifier ou de disparaître, si elle perd le sens des évangiles… Mais alors, l’absence du mot catholique est-elle un oubli ou une censure? Une sournoise invocation, comme une pensée magique pour précipiter sa disparition?
    Il y a manifestement dans le sens des mots retenus et l’éviction des autres une volonté politique qui renvoie à une source idéologique, bien enracinée dans l’esprit des élites au pouvoir… La composition « très hétéroclite » de ce comité de rédaction, « ouvert à tous les courants religieux » c’est un peu comme une bouteille de « canada dry »… un faux-semblant. Notons au passage, la présence dans ce petit comité de deux anciens ministres de la république (peillon et filipéti) pour nous laisser convaincre que cette initiative est bien le fruit d’une volonté politique. Une initiative au diapason d’un nouvel ordre mondial qui pour étendre son empire se doit d’occuper nos esprits, de le formater et de l’annihiler, et cela dès le plus jeune âge.
    Mais réjouissons-nous de ce que ce petit dictionnaire est la plus parfaite manifestation de la parole prophétique du Christ. « La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C’est là l’œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux! (Matthieu 21) ».
    Pour rester dans le ton de ma Foi catholique, je dis aux puissants de la terre que l’Éternel Dieu est vivant. Que ma bouche proclame ses louanges et souffle Son esprit de vérité sur toute Sa création. Tremblez, car la pierre a déjà brisé l’empire de votre doctrine! Vous ne l’avez pas encore bien compris, et vous refusez de l’accepter, car votre arrogance vous aveugle. Votre règne est achevé, parce que vous ne faites pas justice aux plus petits. Vous trompez les peuples et corrompez l’innocent.
    Vous, les puissants de ce monde, sachez qu’il vous sera demandé le compte de toutes les vies innocentes que vous aurez détruites ou corrompues. Vous n’aurez nulle part où vous protéger du châtiment de Dieu, le père tout puissant, si vous ne revenez pas maintenant vers son fils.
    C’est là la vérité, l’hallali de ce vieux monde finissant.
    L’empire est mort! Santé et longue vie au pape et aux hommes de bonne volonté!
    Amen

  8. Source: La conjuration anti-chrétienne – Mgr Delassus 1910 – Docteur en Théologie

    Lettre du Juif italien Piccolo-Tigre – membre des carbonari Italien – année 1822

    Il est jugé bon et utile de propager partout la lumière ( maçonnique-illuministe) et de donner le branle a tout ce qui aspire a remuer. Dans ce but nous ne cessons de vous recommander d`affilier a toute sorte de congrégations telles quelles, pourvu que le mystère ( maçonnique) y domine, toute espèce de gens.

    L`Italie est couverte de confréries religieuses et de pénitents de diverses couleurs. Ne craignez pas de glisser quelque uns des nôtres au milieu de ces troupeaux guidés par une dévotion stupide, qu`ils étudient avec soins le personnel de ces confréries, et ils verront que peu a peu, il ne manque pas de récolte a faire.

    Sous le prétexte le plus futile, mais jamais politique, ni religieux, créer des associations ayant le commerce, la musique, les beaux-arts pour objet. Réunissez dans un lieu ou un autres, dans les sacristies ou les chapelles vos tribus encore ignorantes, mettez -les sous la houlette d`un prêtre vertueux, bien noté, mais crédule et facile a tromper. Infiltrez le venin dans les cœurs choisis, infiltrez-le a petite dose et comme par hasard et vous serez étonnés vous-mêmes de vos succès.

  9. Doubtful says:

    Il suffit d’ignorer cet ouvrage. Je fuis, par réflexe, tout ce qui est V.Peillon, le grand  » penseur creux ». Si j’ai bien compris, cet ouvrage est destiné à des enfants?!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com