pape_francois_marxisteOn savait le pape influencé, dans le domaine des idées politiques et sociales, par les idéologies socialisantes qui dictent, depuis des décennies, la pensée unique : immigration, pauvreté, monde sans frontières, féminisme, homosexualité, etc, sur tous les sujets graves et tendancieux en ce XXIe siècle déviant et décadent, le langage de François complaît aux ligues de vertu de la bien-pensance, aux bobos « radical chic », aux médias mainstream, aux humanistes et philanthropes qui nous préparent le meilleur des mondes du totalitarisme politiquement correct.

Hier, mardi 5 avril, virage à gauche toute sans complexe pour le pape argentin. Entre l’exhortation à tout mettre en commun lors de l’homélie durant la messe à Sainte-Marthe et l’annonce d’un voyage, vendredi 14 avril prochain,  sur l’île de Lesbos pour soutenir les « réfugiés et les migrants » et demander aux leaders européens un meilleur accueil pour eux, c’est une politique néo-marxiste où les immigrés sont le nouveau prolétariat et l’argent toujours le tyran à abattre, que propose le pape Bergoglio. Qui théorise un monde sans pauvres et sans frontières, égalitariste, multi-ethnique et multi-confessionnel. Nouvel Éden pour un monde anthropocentrique.

En évoquant les premiers chrétiens, le pape François a affirmé que « Personne n’avait de besoin, tout était en commun. (…) Personne ne considérait sa propriété ce qui lui appartenait, mais entre eux tout était en commun. » Image fausse même si idyllique des communautés chrétiennes des premiers siècles, destinée à frapper nos esprits pour nous convaincre en l’harmonie de cette société utopique et marxisante, du « tout en commun », à laquelle rêve François. Fausse car il a toujours existé dans les sociétés chrétiennes le droit et la reconnaissance à la propriété privée dont chacun peut, par charité, faire bénéficier son prochain.

Marxisante, car les discours bergogliens sur les gentils pauvres, les méchants riches, l’argent tyrannique et égoïste, l’indifférence lâche et mortelle, la répartition des richesses, l’accueil global des migrants économiques, les pays ouverts à tous, déconnectés d’un appel fort aux gouvernements mondiaux à adopter politiquement  la doctrine sociale de l’Église, n’ont de saveur que marxiste, utopie folle et meurtrière.

Utopique car François n’évoque jamais la nécessité de la conversion au seul vrai Dieu et de la soumission des nations au règne du Christ-Roi, seuls moyens surnaturel et naturel pour réaliser, par la pratique des vertus chrétiennes, par la prédication de la Croix et du Ciel, par une politique intégralement catholique, une cité temporelle plus juste et charitable, à laquelle il est vrai tout chrétien doit aspirer et travailler. Bien au contraire, il prêche un Dieu unique et pas très catholique pour le monde, la fraternité des religions, l’inter-religiosité, en somme le relativisme et l’indifférentisme religieux pratiqués à Assise, maux qui conduisent les âmes et la société à l’apostasie silencieuse et au rejet de Dieu.  A l’athéisme pratique. Aux vices publics et légalisés. Au désordre.

Et une société sans Dieu, sans le Dieu véritable, c’est le chaos de l’Enfer sur terre…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. Vous diagnostiquez avec justesse la maladie, j’aimerais vous lire au sujet de la médecine proposée.

    Quant à moi, je crois que l’église du petit reste va ressembler à l’église des pères apostoliques; mais comment y arriver ???

  2. Daniel Daflon says:

    En évoquant les premiers chrétiens, le pape François a affirmé que « Personne n’avait de besoin, tout était en commun. (…) Personne ne considérait sa propriété ce qui lui appartenait, mais entre eux tout était en commun. »
    Si j’ai bien compris le « Papy », je peux venir m’installer au Vatican et aller retirer tout le pognon dont j’ai besoin à sa banque.
    Super!

  3. Onclin says:

    Madame Francesca de Villasmundo qui peut mieux dire que vous ?
    Je rajoute Actes des Apôtres chap 5 (1-4) :
    1 Mais un homme nommé Ananie, avec Saphire, sa femme, vendit une propriété,
    2 et ayant, de concert avec elle, retenu quelque chose du prix, il en apporta le reste et le mit aux pieds des Apôtres.
    3 Pierre lui dit :  » Ananie, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur au point que tu mentes au Saint- Esprit et que tu retiennes quelque chose du prix de ce champ ?
    4 Ne pouvais-tu pas sans le vendre, en rester possesseur ? Et après l’avoir vendu, n’étais-tu pas maître de l’argent ? Comment as-tu pu concevoir un pareil dessein ? Ce n’est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu.  »
    5 En entendant ces paroles, Ananie tomba et expira, et tous ceux qui l’apprirent furent saisis d’une grande crainte.

    « Ne pouvais-tu pas sans le vendre, en rester possesseur ? et après l’avoir vendu, n’étais-tu pas maître de l’argent ? « . Ainsi Dieu demande la sincérité dans tout, et ce pape demande une « charité » de « devoir », « d’obligation » sans manifestation d’amour sincère pour Dieu (sorte d’offrande pour Lui). C’est une forme manifeste de corruption de la charité. Ce comportement apporte la mort comme pour Ananie et Saphire.
    Comme vous dites un devoir mortel, marxiste et non catholique par défaut.

  4. Bruno Lepauvre says:

    Daniel votre réponse aux citations du »papy » m’ont déclanché un rire libérateur , celle de Onclin et sa Sainte Référence va plus avant dans ce dicernement. Je rajoute que celle de Pierre introduit une réalité : celle d’un reste qui se verra attribuer un caillou blanc…après tribulation. Ne nous laissons pas abuser et soyons prudents comme des serpents et sages comme des colombes.

  5. Il y a encore beaucoup trop de catholiques qui sont des actionnaires ou qui ne les condamnent pas. Les actionnaires, inhérents au satanique capitalisme, sont des parasites de l’économie qui volent chaque année aux Français 40 % du PIB, soit 700 milliards d’euros.

    Le Réseau Salariat promeut la véritable économie catholique : http://www.reseau-salariat.info/?lang=fr

    « Tous les croyants étaient unis et partageaient entre eux tout ce qu’ils possédaient. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et répartissaient l’argent ainsi obtenu entre tous, en tenant compte des besoins de chacun. »

    Acte des Apôtres, 2. 44-45.

  6. HUGUEL says:

    D’accord avec vous Monsieur Daniel Daflon. C’est comme ces « no borders » ces semeurs de merde. Qu’ils accueillent donc les envahisseurs in intégrables dans notre société et qui demain les décapiteront eux aussi.

  7. Madame la Journaliste, vous en avez tout dit :

     » l’inter-religiosité, en somme le relativisme et l’indifférentisme religieux pratiqués à Assise, maux qui conduisent les âmes et la société à l’apostasie silencieuse et au rejet de Dieu.  »

    Je remonterai juste un peu plus avant avec un certain Pape
    appelé Jean 23, et ensuite, toute la suite !!! qui ont
    conduit à « l’apostasie silencieuse et au rejet de Dieu » !!!

    Des Papes !!! qui ont conduit à « l’apostasie silencieuse et au rejet de Dieu »
    que peut-on donc conclure ??? des papes ???

    qui ont conduit l’Eglise

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com