Chaque jour, l’Etat nous annonce un nombre officiel de décès attribués au coronavirus, maintenant l’effroi quotidien parmi la population.

Pourtant, une fois de plus, il y a lieu de s’interroger sur l’importance disproportionnée accordée à ces chiffres. Essayons d’y voir plus clair en nous penchant sur la comparaison des données fournies par l’INSEE concernant les décès enregistrés de 2015 à mars 2020.

C’est ce qu’a fait un lecteur dont l’activité professionnelle l’amène à traiter régulièrement les données fournies par l’INSEE.

Décès enregistrés (recensés) par l’INSEE

. Janvier 2015 : 59.185

. Janvier 2016 : 54.815

. Janvier 2017 : 68.960

. Janvier 2018 : 60.610

. Janvier 2019 : 61.145

. Janvier 2020 : 57.238

 

. Février 2015 : 58.103

. Février 2016 : 50.077

. Février 2017 : 53.287

. Février 2018 : 52.894

. Février 2019 : 56.458

. Février 2020 : 42.692

 

. Mars 2015 : 55.695

. Mars 2016 : 54.900

. Mars 2017 : 50.950

. Mars 2018 : 61.174

. Mars 2019 : 54.315

. Mars 2020 : 57.441

 

. 1er trimestre 2015 : 172.983

. 1er trimestre 2016 : 159.792

. 1er trimestre 2017 : 173.197

. 1er trimestre 2018 : 174.678

. 1er trimestre 2019 : 171.918

. 1er trimestre 2020 : 157.371

 

Nota 1 : Il s’agit des chiffres bruts téléchargeables sur le site de l’INSEE sans contrôle des éventuels doublons.

Nota 2  : Un décès enregistré au mois de février 2020 peut correspondre à un décès survenu en 2019. Les chiffres donnés ici sont bien ceux correspondants à un décès survenu le mois dont il est question quelle que soit la date où il est recensé par l’INSEE.

Ainsi il y a bien eu 61.174 décès en mars 2018.

Sur ces 61.174 décès, 61.071 ont été enregistrés en mars et avril 2018, mais un certain nombre ont été enregistrés plus tard (découverts et transmis tardivement) : 34 au deuxième trimestre 2019, 32 au premier trimestre 2019, 7 au mois de juillet 2019, 3 au mois d’août 2019, 10 en septembre 2019, 6 en octobre 2019, 6 en janvier 2020 et 5 en février 2020.

Compte tenu de ces délais, il est impossible d’avoir des chiffres exacts à l’unité mais ces modifications restent très marginales.

Nota 3 : le mois de février 2020 semble très bas. Probablement qu’un ajustement sera fait sur les chiffres du mois de mars 2020 non encore disponibles.

Nota 4 : Le chiffre de 57.441 décès de mars 2020 a été donné par l’INSEE (pas encore disponible sur le site). Etant donné l’importance de ces statistiques en ce moment et étant donné qu’elles n’ont été transmises qu’après le 10 avril pour éviter les recensements tardifs de décès, on peut considérer que ce chiffre est très proche du chiffre réel final.

Compte tenu de ces facteurs, on peut déduire que le 1er trimestre 2020 est le moins meurtrier de ces cinq dernières années ou le deuxième moins meurtrier si on ajoute au mois de février de cette année 10.000 décès que l’on pourrait considérer comme non comptabilisés au mois de février (chiffre considérable que nous surévaluons à dessein).

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 commentaires

  1. balaninub says:

    A la lecture de ces chiffres… hélas je crains que les mois suivants seront très élevés au niveau des décès, compte tenu des suicides qu’il y aura suite à la perte de travail, à la précarité, et à la grande misère qui va sévir !! ce ne sera pas ce mini virus, mais bien les conséquences de l’inconséquence de certains….. et ils pourront dire avec fierté que ce mini virus a fait beaucoup de morts, comme les conséquences dues à la “vache folle”… certes la vache folle.. mais de voir son troupeau abattu et de le voir s’en aller vers la poubelle…. y’en a qui ne supporte pas !

  2. Actuellement, tous les décès sont “dus” au Covid 19, TOUS l!!
    Mais alors, tous les autres meurent-ils de quoi, au juste ?
    Maintenant, si même les Malinois qui servent nos Militaires, Gendarmes et Police doivent se faire poignarder par des “déséquilibrés” (Montpellier), heu, pardon, le terme se démode, par des “dégénérés”, on va où, là ?

  3. Sandrine says:

    Par ailleurs, on cherche à rassurer la population en disant que le chiffre des personnes en réanimation est le plus bas enregistré depuis le début de la crise sanitaire.
    Bon mais en même temps, le chiffre des décès atteint 762 en 24h, l’un des plus haut chiffre de décès !
    C’est clair que si les gens en réanimation meurent, il y a forcément plus de lits disponibles en réanimation…
    Alors quoi ? Y a-t-il- des instructions pour éliminer les personnes en réanimation et faire baisser les chiffres ? Rien ne nous étonnerait…

  4. Après, il ne faut pas perdre de vue que depuis le confinement, il est normal qu’un certain nombre de causes de mortalité ait disparu. Les accidents du travail, les accidents de la route, les bagarres à la sortie des boites de nuit… Les CPF n’ont plus personne à poignarder après s’être vu refuser une cigarette… J’ai l’air de plaisanter, mais ca compte dans les chiffres.

  5. Sandrine says:

    Entendu sur France 2 par le médecin du Figaro : la grippe en 2018 a fait plus de morts que le coronavirus en 2020.
    Et après on fait tout un plat du coronavirus !

  6. Louis says:

    Dommage qu’il n’y ait aucun lien. Essayez de retrouver sur le site de l’INSEE les pages qui correspondent aux notes de votre lecteur… Bon courage.