Comme vous le savez, l’OMS est en train de devenir le seul décideur en matière de santé publique dans le monde par le biais du traité sur la pandémie proposé et des amendements au Règlement sanitaire international (RSI) , chacun d’eux renforçant l’autorité et le pouvoir de l’OMS par différentes voies tout en effaçant la souveraineté nationale et la liberté individuelle en la matière.

Si l’OMS obtient ce qu’elle veut, ce ne sera plus un organisme émettant des recommandations que les pays peuvent choisir de suivre. Au contraire, ses « conseils » s’apparenteront à des déclarations de droit international. Les États membres seront tenus de suivre les « recommandations » de l’OMS ou de faire face à des conséquences coûteuses.

Une fois le traité sur la pandémie et les amendements du RSI mis en œuvre, l’OMS aura le pouvoir de tout imposer, des confinements climatiques et des fermetures de frontières aux vaccinations obligatoires de toutes sortes. Nous avons également averti que l’OMS mettrait en place un système de passeport obligatoire pour les vaccins à des fins de contrôle de la population.

L’OMS aura même le pouvoir de dicter ce qui est vérité officielle en matière de santé et de réclamer la censure de tout ce qui s’y oppose. L’OMS deviendra un outil du totalitarisme mondialiste.

Les États membres n’auront d’autre choix que de censurer ce que l’OMS veut censurer, car chaque pays est également tenu de mettre en place une agence d’exécution pour s’assurer que les décrets de l’OMS sont suivis à l’échelle nationale, et cela inclut les activités de censure.

Comprendre où nous allons

Il est maintenant plus qu’impératif que les gens comprennent où nous allons, et que les mesures COVID n’étaient pas des réponses à une pandémie, mais étaient en vérité le fondement d’un gouvernement mondial totalitaire qui fera disparaître les libertés individuelles.

En effet, le traité sur la pandémie redéfinit les droits humains comme «l’équité en matière de santé» et rien d’autre. Les amendements du RSI éliminent également spécifiquement les droits et libertés individuels.

L’article 2 du RSI est modifié de manière à ce que l’OMS ait le pouvoir de prendre des mesures sur TOUT ce qui a le “potentiel d’avoir un impact sur la santé publique”, et cela inclut tout, du climat et de la pollution à l’utilisation des terres agricoles et à l’industrie alimentaire, comme spécifié dans le programme One Health, qui est intégré au traité sur la pandémie.

Comme l’a expliqué l’OMS en 2021, le traité est le “cadre qui reconnaît le rôle central du RSI”. Ainsi, ces deux instruments sont conçus et destinés à fonctionner comme une unité, le traité reconnaissant le RSI et les amendements au RSI privant les nations de leur souveraineté.

Mais ce n’est pas tout. Intégrés au traité sur la pandémie, nous avons également One Health, qui cadre parfaitement avec le plan du Great Reset.

Le traité étend le pouvoir de l’OMS au-delà des pandémies

Comme l’illustre le graphique ci-dessous , le programme One Health est basé sur le principe qu’un large éventail d’aspects de la vie et de l’environnement ont le potentiel d’avoir un impact sur la santé humaine.

Programme One Health de l'OMS
Programme One Health de l’OMS

En plus des différents aspect de la vie répertoriés sur ce graphique, la portée de One Health, selon un document de la One Health Commission, comprend également les communications, l’économie, la société civile, le commerce mondial et la sécurité, la politique publique et la réglementation, la recherche, les maladies non transmissibles et beaucoup d’autres choses encpre.

En vertu du nouveau traité, l’OMS aura le pouvoir unilatéral de prendre des décisions dans tous ces domaines, et ses préceptes remplaceront et annuleront toutes les lois locales, régionales et nationales. En bref, si le traité sur la pandémie est promulgué, l’OMS n’aura pas seulement le pouvoir de dicter la manière dont les pays se préparent et répondent aux menaces de pandémie : elle aura le pouvoir de dicter tous les aspects de nos vies.

L’OMS, à son tour, est redevable et fait ce que veulent ses bailleurs de fonds, et le plus grand bailleur de fonds est Bill Gates (lorsque vous additionnez toutes ses différentes sources de dons). Gates, bien sûr, est investi dans toutes les nécessités primaires de la Grande Réinitialisation, y compris les faux aliments, les médicaments, les vaccins, les technologies de surveillance et de modification du climat.

One Health est la subversion de la santé holistique

Comme l’a noté David Bell, chercheur principal au Brownstone Institute, médecin de santé publique et ancien médecin et scientifique à l’OMS, l’agenda One Health est vraiment la subversion du concept holistique séculaire de la santé :

La mauvaise santé est un levier pour la peur, et la mort encore plus, surtout pour ceux qui croient que nous ne sommes que des constructions organiques qui finissent en poussière et en décomposition. Une secte se nourrissant de ces peurs, affirmant que toute la biosphère nous menace de maladies et de mort, aurait donc un réel potentiel de contrôle de masse.

Convainquez les adeptes que les humains sont le poison qui a rendu ce monde si destructeur, et vous aurez également un moyen d’attiser la haine et la culpabilité aux outils de contrôle mental.

L’idéologie One Health est anti-humaine

One Health est une idéologie qui place la vie et le bien-être humains sur un pied d’égalité avec toutes les autres formes de vie, y compris les plantes et les animaux. Ce n’est pas pro-environnement mais plutôt anti-humain à la base.

“Dans cette vision du monde” équitable “, les humains deviennent un polluant”, écrit Bell.

Les humains sont perçus comme un fléau sur la terre, et leur restriction, leur appauvrissement et leur mort peuvent donc être justifiés pour un plus grand bien.

Nous devons comprendre l’idéologie qui anime ce mouvement, car ils ont l’intention que nous suivions leurs diktats, et ils ont l’intention d’endoctriner nos enfants.

L’idéologie stérile de One Health

One Health est également conçu pour contrôler les masses par la peur. Nous sommes constamment bombardés de prédictions catastrophiques et on nous dit que nous devons être protégés pour notre propre bien.

“Étendre cette approche d’un seul virus à n’importe quel aspect de la biosphère ayant un impact sur le bien-être humain, comme le climat, offre l’opportunité d’utiliser cet outil totalitaire de contrôle de la population pour remodeler la société selon le modèle que les pourvoyeurs de peur désirent”, note Bell, ajoutant :

Par le biais d’amendements au Règlement sanitaire international (RSI) et d’un nouveau « traité sur la pandémie », l’OMS associe cette définition large d’une seule santé à une définition d’« urgence » qui exige simplement la reconnaissance d’une menace plutôt que d’un préjudice réel.

En 2019, l’OMS a déclaré dans ses recommandations au sujet de la grippe pandémique que les fermetures de frontières, la quarantaine et les fermetures prolongées d’entreprises ne devraient jamais être envisagées en réponse à une pandémie. Ces mesures entraîneraient des inégalités et nuiraient de manière disproportionnée aux personnes à faible revenu, détruisant à la fois les économies et le capital social.

En 2020, recentrant ses priorités sur un nouveau public, l’OMS a promu ces mêmes politiques inéquitables qu’elle déconseillait l’année précédente. Entretemps, des milliardaires et des multinationales étaient devenues d’importants bailleurs de fonds directifs des programmes de l’OMS.

Nous manquons de temps

Il est important de noter que le traité sur la pandémie n’est pas un traité auquel les pays membres doivent adhérer. C’est une proposition de non-participation. Si une nation ne se retire pas avant la date limite, elle accepte automatiquement le traité.

Sur la base du calendrier actuel, l’Assemblée mondiale de la santé (WHA) votera sur le traité sur la pandémie en mai 2024, et il entrera en vigueur 30 jours plus tard. Cela nous donne un peu moins d’un an et demi pour amener notre pays – et un maximum d’autres – à se retirer ou, mieux encore, à quitter complètement l’OMS.

Les amendements du RSI seront également votés en mai 2024. Le délai de 10 mois accordé aux États membres pour rejeter les amendements expirera en mars 2025, et les amendements entreront en vigueur pour toute nation qui ne les aura pas rejetés en mai 2025. Pour tout membre qui rejette les amendements, le RSI 2005 s’appliquera.

Curieusement, certains des amendements du RSI ont déjà été adoptés. Comme le rapporte l’auteur et chercheur James Roguski, elles ont été adoptées lors de la 75e Assemblée mondiale de la santé, le 27 mai 2022, même si rien n’a été signé. C’est encore un autre témoignage de l’anarchie endémique et des tactiques subversives auxquelles nous avons affaire.

Fait troublant, de nombreux Français ne savent même pas que le gouvernement est sur le point d’abandonner notre souveraineté nationale et notre liberté personnelle en matière de santé à l’OMS parce que les médias dominants n’en parlent presque pas.

Alors, s’il vous plaît, partagez cet article et tous les autres articles que vous trouvez sur ce sujet avec tous ceux que vous connaissez, et continuez à vous renseigner.

Les “vérificateurs de faits” profitent de la confusion

L’Associated Press a récemment «vérifié les faits» affirmant que le traité sur la pandémie ne met pas en danger la souveraineté nationale car il “n’annule pas la capacité d’un pays à adopter des politiques individuelles liées à la pandémie” et “n’annule pas les politiques nationales ou nationales en matière de santé”. Il n’y aurait “aucune conséquence juridique pour les signataires qui ne le respecteraient pas ou en violeraient les termes”.

Mais la «vérification des faits» de l’AP ne mentionne évidemment pas les amendements proposés au RSI.

Le chercheur James Roguski a cité cet exemple de manipulation médiatique par la confusion fréquente entre le traité sur la pandémie et les amendements du RSI.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 90 000 € pour 2024

MPI fête ses 10 ans ! Continuez de nous aider !

MPI continue de subir les attaques du système, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup