Floride (Etats-Unis) – En vertu de cette mesure, les lieux de culte seront considérés comme fournissant des «services essentiels» et aucune ordonnance d’urgence ne pourra «directement ou indirectement» annuler le culte public si d’autres «services essentiels» sont maintenus.

Le Sénat dirigé par les républicains de Floride a approuvé la mesure (SB 254) lors d’un vote de 31 voix contre 3 jeudi. Un projet de loi complémentaire déposé à la Chambre, HB 215, a été avancé mercredi et attend un vote.

Des groupes religieux ainsi que des politiciens conservateurs et des commentateurs ont sonné l’alarme au cours des deux dernières années lorsque les lieux de culte ont été contraints de fermer leurs portes tandis que des commerces, y compris parfois spécialisés dans la vente d’alcools ou de marijuana, ont été autorisées à rester ouverts.

S’il est adopté par la Chambre et promulgué, le SB 254 rendrait permanente une déclaration faite par le gouverneur républicain de Floride, Ron DeSantis, en avril 2020, lorsqu’il a publié un décret décrivant spécifiquement les églises comme des services essentiels et les exemptant du confinement.

Florida Politics a noté que la Floride faisait partie d’une douzaine d’États à avoir exempté les lieux de culte du confinement en 2020.

En Californie, la Thomas More Society a remporté deux recours contre l’État après que les plaignants ont fait valoir que la liberté religieuse des fidèles avait été violée lorsque des ordres à l’échelle de l’État appelaient à la fermeture des services religieux intérieurs.
En février 2021, la Cour suprême des États-Unis s’est prononcée contre la Californie lors d’un vote à 5 contre 4 en faveur de la liberté religieuse.

Pendant ce temps, bien que la Floride ait choisi de déclarer les services religieux essentiels au début de la pandémie et de lever toutes les restrictions à l’échelle de l’État des mois avant de nombreux autres États, cela ne s’est pas arrêté là.

En mai, le gouverneur a signé le SB 2006 déclarant qu’aucune entité en Floride ne peut exiger une preuve de vaccination contre le COVID-19 comme condition d’entrée dans les entreprises et autres lieux.

En novembre, DeSantis a convoqué une session législative spéciale au cours de laquelle les législateurs ont élaboré une législation supplémentaire contre les obligations de masque et de vaccin.

«Nous fournissons des protections aux gens: aucune infirmière, aucun pompier, aucun policier, aucun camionneur, personne ne devrait perdre son emploi parce qu’il refuse ces piqûres anti-COVID», a déclaré DeSantis. « Nous respectons la liberté individuelle des gens dans cet État. »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs
2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Pour Noel,

offrez à vos proches un abonnement

à la revue de CIVITAS !

Le numéro 82 – Franc-maçonnerie, un excellent numéro, est le dernier sorti !

Cliquez ici pour vous abonner.

%d blogueurs aiment cette page :