De la férie : messe du lundi de le deuxième semaine de Carême

Sanctoral

Sainte Mathilde, Impératrice d’Allemagne († 968)

Patronne des familles nombreuses et est invoquée pour venir en aide aux parents en conflit avec leurs enfants.

Sainte Mathilde eut pour ancêtre et pour descendants des princes remarquables, des héros fameux et de grands saints. Elle naquit dans les dernières années du IXe siècle. Sa mère, après la mort de son époux, quitta le monde et entra dans un monastère. Mathilde fut élevée par des religieuses, sous les yeux maternels. Cette éducation produisit des fruits merveilleux, et l’on ne savait ce qu’il fallait admirer davantage en elle de sa beauté, de ses progrès dans les sciences ou de son habileté dans les travaux de son sexe. Le duc Othon de Saxe, ravi de tant de belles qualités, rehaussées par une piété rare, la demanda en mariage pour son fils Henri, qui, peu d’années après, devenait empereur d’Allemagne, sous le nom d’Henri Ier. Ce prince était digne d’une telle épouse. Rarement époux eurent une si noble famille: Othon, leur fils aîné, devint empereur et mérita le titre de Grand; Brunon fut archevêque de Cologne, et l’Église l’a mis au rang des saints; une de leur filles fut reine de France. Mais la gloire de Mathilde, c’est avant tout sa sainteté. Dieu rompit bientôt les liens de ce mariage, dont l’amour divin était l’âme et dont les saintes oeuvres étaient la joie; Henri mourut, jeune encore, malgré les soins dévoués de sa sainte épouse, et sa mort fut pour Mathilde l’objet d’une longue et profonde douleur. Dès lors le monde ne fut plus rien pour elle, et elle ne s’occupa que de sa sanctification. L’oraison, les jeûnes, l’aumône, la mortification, remplirent sa vie, et les nuits suppléaient à la brièveté des jours pour prolonger ses colloques intimes avec Jésus-Christ. Elle avait coutume de réciter tout le Psautier avant le premier chant du coq. Les pauvres recevaient ses premières et ses dernières visites; elle savait si bien suffire à toutes leurs nécessités, qu’ils n’avaient qu’une voix pour l’appeler leur mère. L’épreuve est le creuset de la vertu. L’empereur, prévenu contre sa mère, l’exila; mais ce coup douloureux, qu’elle supporta avec une angélique patience, fut bientôt suivi d’une éclatante réparation. Peu de temps avant sa mort, Mathilde se retira dans un couvent pour se préparer à la mort. On la vit descendre au rang des simples religieuses, remplir avec joie les plus viles fonctions, et donner à toute la communauté l’exemple d’une régularité parfaite. Elle mourut couchée sur un cilice recouvert de cendres, le 14 mars 968.

Martyrologe

A Rome, au Campo Verano, saint Léon, évêque et martyr.

A Rome encore, l’anniversaire de quarante-sept bienheureux martyrs, qui furent baptisés par le bienheureux apôtre Pierre, pendant qu’il était enfermé dans la prison Mamertine avec Paul son compagnon d’apostolat, détention qui dura neuf mois. Tous persévérèrent dans la généreuse profession de leur foi et moururent par le glaive, sous Néron.

Dans la province de Valérie, deux saints moines que les Lombards firent mourir en les pendant à un arbre. Après qu’ils eurent cessé de vivre, leurs ennemis les entendirent encore psalmodier sur l’arbre les louanges de Dieu.

Durant la même persécution, un diacre de l’Église du pays des Marses eut la tête tranchée pour avoir confessé sa foi.

En Afrique, les saints martyrs Pierre et Aphrodise, qui reçurent la couronne du martyre pendant la persécution des Vandales.

A Oarrhes, en Mésopotamie, saint Eutyche patrice, et ses compagnons. Ils furent massacrés par Evelid, roi des Arabes, pour avoir confessé la foi.

A Halberstadt, en Germanie, le paisible sommeil de la bienheureuse reine Mathilde, mère d’Othon Ier, empereur des Romains: elle fut remarquable par sa patience et son humilité.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :