Belgique – Dans la capitale bruxelloise, une dizaine dé véhicules publicitaires tournent avec insistance aux abords des universités et hautes écoles. Le message : « Hey, les étudiantes, améliorez votre style de vie, sortez avec un sugar daddy« . Sous le slogan apparaissent les coordonnées d’un « site de rencontre ».

En réalité, ceci n’est ni plus ni moins qu’une incitation à la débauche, et plus particulièrement, une façon d’inciter les étudiantes à se prostituer.

Le concept sugar baby (jeune étudiante) / sugar daddy (client d’âge mûr prêt à offrir des « cadeaux » à une étudiante en échange de ses charmes) s’est largement répandu au cours de ces dernières années. A travers l’Europe, ce sont des centaines de milliers d’étudiantes qui se prêtent à ce commerce du sexe. Rien qu’en France, un syndicat étudiant estimait en 2014 que 40.000 étudiantes se prostituent occasionnellement. Le signe d’une société vautrée dans la décadence.

Mais le fait d’aller débaucher les jeunes filles aux abords de leurs lieux de cours est une étape supplémentaire dans le sordide.

Les médias belges signalent que le Jury d’Ethique Publicitaire a été saisi. Mais en temps normal, c’est la Justice qui aurait dû s’emparer de cette affaire, prendre des mesures d’interdiction de cette campagne et condamner la société commanditaire pour incitation à la débauche.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

8 commentaires

  1. On nage en plein délire.. On propose aux filles des Belges de devenir des catins et on n’y voit aucune réaction.. c’est effrayant

  2. Les Belges sont décidemment tombés bien bas.

  3. Saint-Plaix says:

    La moralité de cette histoire – si je suis bien ce que MPI a publié précédemment sur la question – c’est que cette pratique est déjà bien connue et déjà largement répandue en France.
    Il faut donc en conclure que les petites belges sont bien moins futées: il faut leur monter toute une campagne de pub pour qu’elles comprennent…( Euh… Plutôt pour… qu’elles s’y mettent!)
    Oui je sais, je suis insupportable…

  4. Il faut que le Christ-Roi règne sur nos nations, règne sur les âmes … sauvons les âmes de nos filles. Détruisons ces objets de damnation.

  5. Pour la Belgique je ne sais pas. Mais en France la prostitution n’est pas illégale. Compte tenu du fait qu’en général les étudiantes à l’université sont majeures, il est très difficile d’intervenir sur le plan légal.Une possibilité serait de poursuivre le site en question pour proxénétisme si l’on peut prouver que les étudiantes doivent reverser une partie de leurs « prestations ».

    • SSM( cancer de la peau ) SPI(rituel) , votre esprit me rappelle celui d’un PR1 cynique !

  6. Le président de la région de Bruxelles (Mr Vervoort PS), a prononcé envers la société coupable l’interdiction de faire circuler cette publicité. Le ministre de l’enseignement (Marcourt PS) s’est porté partie civile car cette affaire a été portée en justice. Qu’on se rassure ( un peu) pour l’instant, plainte au pénal est déposée. Des étudiants sont sortis pour assiéger la société incriminée et manifester leurs dégoûts. Bravo à toutes ces actions, malgré les déclarations inadmissible du PDG de cette société qui prévoit un grand succès, tant en Belgique qu’en d’autres pays voisins.

  7. Gabriel Zallas says:

    Un seul mot : C’EST DEGUEULASSE !!

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com