Belgique – Dans la capitale bruxelloise, une dizaine dé véhicules publicitaires tournent avec insistance aux abords des universités et hautes écoles. Le message : “Hey, les étudiantes, améliorez votre style de vie, sortez avec un sugar daddy“. Sous le slogan apparaissent les coordonnées d’un “site de rencontre”.

En réalité, ceci n’est ni plus ni moins qu’une incitation à la débauche, et plus particulièrement, une façon d’inciter les étudiantes à se prostituer.

Le concept sugar baby (jeune étudiante) / sugar daddy (client d’âge mûr prêt à offrir des “cadeaux” à une étudiante en échange de ses charmes) s’est largement répandu au cours de ces dernières années. A travers l’Europe, ce sont des centaines de milliers d’étudiantes qui se prêtent à ce commerce du sexe. Rien qu’en France, un syndicat étudiant estimait en 2014 que 40.000 étudiantes se prostituent occasionnellement. Le signe d’une société vautrée dans la décadence.

Mais le fait d’aller débaucher les jeunes filles aux abords de leurs lieux de cours est une étape supplémentaire dans le sordide.

Les médias belges signalent que le Jury d’Ethique Publicitaire a été saisi. Mais en temps normal, c’est la Justice qui aurait dû s’emparer de cette affaire, prendre des mesures d’interdiction de cette campagne et condamner la société commanditaire pour incitation à la débauche.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :