blasphèmes espagne

Le pseudo «artiste» Abel Azcona qui prétend faire de l’art contemporain par la profanation d’hosties consacrées a déclaré qu’il possédait 32 nouvelles hosties consacrées grâce à des « fans » qui sont allés à différentes messes pour les obtenir.

Mais le pire est que certaines de ces hosties, selon les dires du blasphémateur Azcona, ont été prises lors de la messe de réparation qui a eu lieu à la cathédrale de Pampelune.

Tandis que le juge étudie les plaintes déposées contre cette exposition blasphématoire, la fermeture préventive de l’exposition a été refusée sous prétexte que « les hosties initialement exposées par l’auteur ne sont plus en place« .

Selon le juge, « il n’y a plus d’affichage public des hosties consacrées et il n’est donc pas nécessaire de prendre une décision sur leur retrait« . Des photographies des profanations d’hosties sont pourtant toujours exposées.

Quant à Abel Azcona, il continue de narguer et d’insulter les gens qui demandent la fermeture de l’exposition. « Mesdames, je vous libére, pas besoin de prier pour moi et pour mon âme« , s’amuse-t-il de déclarer devant les journalistes. Cet être abject se permet également de graves accusations contre les prêtres, en particulier contre ceux qui étaient présents à la messe de réparation, déclarant publiquement : « Plus d’une centaine de prêtres étaient à l’autel lors de la messe de réparation. Je me demande combien n’ont jamais abusé quelqu’un ? « .

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. queniartpascal says:

    on peut toujours le rôtir,lui le raté qui se prend pour 1 artiste

  2. Olivier says:

    La faute d’abord à tous ces ecclésiastiques qui ont favorisé et favorisent encore la communion dans la main.

    Leur responsabilité est immense !

    • pamino says:

      Il s’agissait là après le concile non pas d‘un changement de règle, mais d’une dérogation à la règle. Les évêques polonais n’ont jamais autorisé la communion dans la main, et leurs collègues ibérophones pourraient rectifier la situation en retirant leur dispense. Nul autre que le cardinal Schönborn, en sa qualité d’archevêque de Vienne, a ordonné, après inspection personnelle suite à une rénovation majeure de l’eglise somptueuse de St Charles, bâtie comme première extra muros après la défaite des Turcs qui ont failli prendre la ville en 1683, d’enlever l’autel populaire et de remettre un banc de communion à sa place. C’est pour cela que la messe y doit de nouveau être célébrée versus Deum. Agréablement surpris un soir de semaine de l’été dernier par ces développements, j’en ai demandé l’explication après la messe à ma voisine, qui s’est avérée être paroissienne de St Charles, et c’est d’elle que j’ai ces détails.

  3. Une centaine de prêtres pour 1 seule messe.
    Qui était Jésus-Prêtre ?
    Et dire qu’il y a tant de paroisses où il n’y a pas de prêtres.
    L’Eglise de Vatican II a mérité tout ce mépris qu’affichent Azcona et ses « fans ». Lorsque les prêtes méprisent leurs fidèles et font la cour à Satan, ils récoltent le venin de Satan. Normal.
    Et ce n’est pas sans rappeler le drame du Bataclan : quand on s’éclate sur Kiss the devil, le démon vient distribuer sa haine.
    Mais ici, dans ces hosties profanées, c’est Jésus qu’on assassine encore et encore. Mais ça n’émeut pas les gouvernements.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com