Le pseudo «artiste» Abel Azcona qui prétend faire de l’art contemporain par la profanation d’hosties consacrées a déclaré qu’il possédait 32 nouvelles hosties consacrées grâce à des “fans” qui sont allés à différentes messes pour les obtenir.

Mais le pire est que certaines de ces hosties, selon les dires du blasphémateur Azcona, ont été prises lors de la messe de réparation qui a eu lieu à la cathédrale de Pampelune.

Tandis que le juge étudie les plaintes déposées contre cette exposition blasphématoire, la fermeture préventive de l’exposition a été refusée sous prétexte que “les hosties initialement exposées par l’auteur ne sont plus en place“.

Selon le juge, “il n’y a plus d’affichage public des hosties consacrées et il n’est donc pas nécessaire de prendre une décision sur leur retrait“. Des photographies des profanations d’hosties sont pourtant toujours exposées.

Quant à Abel Azcona, il continue de narguer et d’insulter les gens qui demandent la fermeture de l’exposition. “Mesdames, je vous libére, pas besoin de prier pour moi et pour mon âme“, s’amuse-t-il de déclarer devant les journalistes. Cet être abject se permet également de graves accusations contre les prêtres, en particulier contre ceux qui étaient présents à la messe de réparation, déclarant publiquement : “Plus d’une centaine de prêtres étaient à l’autel lors de la messe de réparation. Je me demande combien n’ont jamais abusé quelqu’un ? “.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :