« Orange mécanique », « des bêtes », « piétinés sans motif ». Le réveillon de fin d’année à Florence est devenu un enfer pour certains. Les places à l’ombre du Vieux Pont ont été investies par une violence sans nom, absurde, mise en acte par un gang de Nord-Africains. Un tourbillon de sadisme qui rappelle celui de Cologne advenu il y a deux ans, quand de nombreuses femmes dénoncèrent des viols de masse, qui est à mettre en parallèle aux violences survenues encore cette année en Allemagne.

De nombreuses victimes du gang se sont retrouvées pour leur premier jour de l’année à l’hôpital. Elles ne se connaissaient pas mais elles ont partagé la même horrible expérience. Diego, 28 ans, vit à Rome. Il a été agressé vers 4 h du matin à Florence :

« Nous étions en train de regarder nos téléphones, mes amis rentraient à l’hôtel, moi j’allais dormir chez mon oncle. A l’improviste j’ai été frappé sans interruption, je me suis évanoui mais j’ai continué à recevoir des coups de pieds et de poings. Je me sens chanceux de pouvoir en parler ! Même pas des bêtes, pire que des bêtes ! »

« Une agression sans aucun motif. Une violence totalement gratuite.

Résultat : 30 jours d’arrêt de travail et des blessures bien visibles.

Un jeune de 17 ans a été frappé par un coup de tête qui lui a cassé le nez. Sa mère émue, s’insurge :

« Nous ne pouvons plus vivre dans notre ville. J’éprouve beaucoup de colère. »

Toutes les victimes concordent à dire que les auteurs de ces gestes fous étaient des jeunes d’environ une vingtaine d’années nord-africains. Le premier à dénoncer ces violences a été l’oncle de Diego :

« Vers 4 h 10 du matin, devant le local florentin Le Giubbe Rosse, place de la République, une douzaine de nord-africains a effectué un raid contre les citoyens italiens qui étaient entrain seulement de fêter et de trinquer à la nouvelle année »

lit-on sur son post sur Facebook.

« Un Florentin, des passants, et trois garçons romains ont été attaqués à l’improviste sans aucun motif apparent. Coups de pied, coups de poing, coups de tête sur le corps et sur le visage une fois tombé par terre… Ils ont été tous emmenés à l’hôpital : deux traumas crâniens, une fracture du nez, une fracture de la mâchoire et une vingtaine de points de suture, outre les bleus et les plaies ouvertes. Pourquoi on n’en parle pas ? Faudra-t-il un mort ? »

 » Une agression style Orange mécanique. « 

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 commentaires

  1. cadoudal says:

    ces Italiens sont des ingrats envers Imbroglio , qui leur organise des fêtes du vivre-ensemble-œcuménique et métissé .afin de les réjouir et de les enrichir.

    ils ne vont pas tarder à être traités de bêtes immondes xénophobes, et excommuniés de l’ Eglise conciliaire.

  2. gigibobo says:

    Ce genre d’information ne passera bientôt plus à cause de la loi contre les « fake news » du tyran Macron, car cela pourra être considéré comme de la « propagande » anti-migrants…Attention à la fermeture du site !

  3. couiner ne sert à rien

  4. ddaflon says:

    Se grouper, bien équipés, et organiser des ratonnades. Frapper vite et fort…et deguerpir encore plus vite.

  5. pamino says:

    « Un tourbillon de sadisme qui rappelle celui de Cologne advenu il y a deux ans, quand de nombreuses femmes dénoncèrent des viols de masse […] »
    Pour l’enième fois : cette nuit-là il a été longtemps partout tripoté und volé devant et en partie dans la gare centrale de Cologne, y compris en bande, mais des viols de masse n’ont point eu lieu ; deux ou trois plaintes seulement ont été portées contre X pour viol, mais sauf erreur de ma part aucune n’a eu de suites judiciaires. Sans cautionner ce qui s’est passé : il faut laisser l’église dans le village, comme on dit à Cologne.

  6. Quoi de plus sympa que d’organiser les fêtes de fin d’année chez soi.
    Les magasins regorge d’idées pour l’occasion : petits plats raffinés à savourer autour d’une belle table très joliment décorée avec des invités habillés pour la circonstance « endimanchés » donc.
    Vraiment, ce sont là des attentions que l’on apprécie que chez soi entouré de sa famille ou des personnes que l’on apprécie. C’est cela la féerie des fêtes de fin d’année.
    Franchement, est-ce que cela a du sens d’aller « fêter » cet événement particulier en braillant « Bonne Annéééééeee !!! » dans la rue, habillés comme tous les jours, parmi des inconnus que vous ne salueriez même pas si vous les croisiez le lendemain ? Aussi bizarrement que cela puisse être, ce n’est pas une invention soixante-huitarde, mais bien des années 80-90, il me semble. Avec les conséquences que l’on déplore … .
    Bonne et Sainte Année 2018 à vous !

Laisser un commentaire

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

34,52 % récoltés 27.499 € manquants

14501 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 27.499 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com