fraternité-transfiguration-merigny

La Fraternité de la Transfiguration est une communauté amie de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Chaque mois elle publie une lettre aux amis et bienfaiteurs qui a pour titre LA SIMANDRE. Dans la lettre de décembre 2015 est posée la question suivante :

« Votre Fraternité compte-elle organiser quelque chose pour gagner les indulgences de l’année de la miséricorde ? »

« La réponse est NON. « 

« Pourquoi ? »

« Notre communauté religieuse n’organisera aucune cérémonie officielle pour les fidèles qu’elle dessert, car elle ne veut ni célébrer le 50e anniversaire de la clôture du Concile Vatican Il, qui est en rupture avec l’enseignement constant de l’Église catholique, ni adhérer à cette fausse notion de la miséricorde que le cardinal Maradiaga qualifie de « vent qui pousse les voiles de l’Église vers la haute mer de sa rénovation profonde et totale » (comprenez : vers la poursuite de la destruction, jusqu’à un point où cette rénovation deviendra irréversible). Si des fidèles veulent bénéficier d’indulgences qu’il est possible de gagner tout au long de l’année et tous les ans, qu’ils accomplissent par exemple de véritables œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles et qu’ils remplissent aussi les conditions nécessaires et habituelles pour en bénéficier. »

Pas de doute ni de confusion possible à Mérigny : le non est non comme le proclame saint Matthieu au verset 37 du chapitre 5 : « Que votre parole soit oui, oui, non, non; ce qu’on y ajoute vient du malin. » 

Voilà qui a le mérite de la clarté et de la fidélité aux engagements d’une communauté amie au service de la Tradition et de la Vérité. 

Christian LASSALE

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

10 commentaires

  1. Chouanne says:

    Clair et simple comme de l’eau de source!

  2. « qu’ils remplissent aussi les conditions nécessaires et habituelles pour en bénéficier. »

    Il serait intéressant de savoir si ces conditions (par ex : pas d’attache au péché véniel) sont toujours celles de l’Eglise conciliaire…

  3. balanine says:

    @Efgy …. les conditions toujours celles de l’Eglise conciliaire… euh bah non !!!!!! les conciliaires ont mis tout cela à la poubelle….

      • Eve, le lien que vous transmettez n’est malheureusement pas convaincant… et même, il entraîne dans l’erreur par son manque de précision. On a l’impression que le péché n’est pas une offense grave contre Dieu…

        Par ex, il est écrit :
        « Le petit garçon s’était engagé à ramasser quelques bris de verre (la pénitence proposée par le prêtre). Mais il n’en demeure pas moins qu’une fenêtre a été cassée.
        L’indulgence répare totalement la fenêtre cassée. L’indulgence partielle une partie. »
        Mais c’est faux ! L’indulgence plénière ne répare aucune fenêtre, elle répare l’âme.
        Elle ne répare pas un objet, elle rend l’âme totalement pure, si pure que si la personne mourrait, elle irait directement au ciel (même si la fenêtre n’est pas réparée…).
        Elle n’a que faire de la fenêtre, puisque c’est une chose morte qui n’est pas dans la disposition de recevoir quoi que ce soit. C’est l’âme qui doit être dans la disposition de recevoir la grâce. L’âme n’est pas un objet…
        Cette histoire de fenêtre et de petit garçon explique très mal ce qu’est une indulgence plénière, et la contrition que doit avoir le petit garçon pour les péchés qui ont offensé Dieu. La contrition est plus importante que la pénitence, ainsi que la volonté de ne plus pécher, et de ne plus avoir une seule attache vénielle au péché.

  4. « […] cette fausse notion de la miséricorde que le cardinal Maradiaga qualifie de « vent qui pousse les voiles de l’Église vers la haute mer de sa rénovation profonde et totale » (comprenez : vers la poursuite de la destruction, jusqu’à un point où cette rénovation deviendra irréversible). »
    Le père Luther a échoué, le cardinal Maradiaga et ses associés échoueront aussi. « Et portæ inferi non prævalebunt adversus eam » ; c’est de ce point de vue qu’il faut comprendre la « rénovation ».
    « Nil desperandum » (écrit par un bon païen quelques années seulement avant la promesse que je viens de citer).

  5. Cette déclaration fait penser à la parabole de l’ Evangile :
    l’enfant prodigue.
    Le père attendait le retour du fils prodigue pour lui faire
    miséricorde. Il l’embrasse, fait préparer une fête…
    le frère aîné revient des champs, et … ?

    Il reproche à son père d’accueillir avec miséricorde le fils perdu et retrouvé, et après que fait le fils aîné … ?

    Ou le Pape est le vicaire du Christ, ou il ne l’est plus ?

    S’il est encore le vicaire du Christ, décréter une Année Sainte
    est une décision importante, de plus l’ Année Sainte de la Miséricorde. La Miséricorde du Seigneur, après viendra le Jugement.

    Au lieu de dire NON ! ne faudrait-il pas justement au nom de la Miséricorde demander au Pape de revenir aux justes principes de l’ Eglise Catholique en confessant les erreurs initiées par Vatican 2.
    Justement reconnaître que ce qui est énuméré dans le texte du 10 décembre 2015 est une somme d’erreurs, qui n’ont jamais été faites auparavant comme l’indique le texte :
    http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/chrstuni/relations-jews-docs/rc_pc_chrstuni_doc_20151210_ebraismo-nostra-aetate_fr.html

    L’Eglise du Christ a à faire mémoire seulement et uniquement
    du sacrifice de Notre Seigneur.
    L’Eglise n’a à se soumettre à aucune autre religion.
    L’Eglise doit obligatoirement apporter l’ Evangile.
    L’Eglise ne peut enseigner rien d’autre que l’Evangile.

    Puisqu’il y a Année de la Miséricorde, l’ Eglise doit faire son mea coulpa sur les erreurs contenues dans Vatican 2, comme l’exige la démarche de Miséricorde, et réparer, comme l’exige la démarche de Miséricorde ce qui a été faussé .

    Pour illustrer avec l’exemple du Pape : la fenêtre cassée !
    http://fr.aleteia.org/2016/01/05/une-minute-pour-comprendre-lindulgence-pleniere/

    L’Eglise a été « cassée », elle doit être réparée pour apporter la lumière au monde.

  6. Jean-Pierre says:

    Il faut soutenir la Fraternité de la Transfiguration de Mérigny !

    Jean-Pierre

  7. que veut dire « amie » de la frat SPX ? elle en fait partie ? elle est rattachée à l’Eglise « officielle » ?
    merci de me répondre

    • Jean-Pierre says:

      Bonjour Marie-Odile,

      La Fraternité de la Transfiguration a été fondée en 1970, un peu avant la FSSPX ; elle ne se reconnait pas du tout dans les nouveautés et erreurs de l’église conciliaire, mais se veut fidèle au combat de Mgr Lefebvre. Ses membres sont ordonnés à Ecône.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com