cour-supreme-etats-unis

La Cour suprême des Etats-Unis a accepté de traiter le cas des Petites Sœurs des pauvres, congrégation de religieuses catholiques qui font face à des millions de dollars d’amendes du Trésor Public parce qu’elles ne peuvent et ne veulent pas, en vertu de leur foi, inclure les contraceptifs dans le plan de santé qu’elles offrent à leur employés. C’est la seconde fois que les Petites Sœurs sont contraintes de demander la protection de la Cour suprême contre le mandat du ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS). La décision de la Cour répondra à la question cruciale de savoir si les organismes gouvernementaux peuvent, sans absolument aucun contrôle législatif, forcer les ministères religieux à violer leur foi.

La Cour étudiera le cas des Petites Sœurs avec d’autres ‘clients’ de la Fondation Becket, dont les universités Houston Baptist et East Texas Baptist, les Prêtres pour la Vie, l’Université du Sud Nazaréen, le Collège de Genève, l’archidiocèse catholique romain de Washington. « Les sœurs consacrent leur vie à prendre soin de personnes âgées pauvres. C’est une tâche que le gouvernement devrait applaudir, et non punir « , a déclaré Mark Rienzi, le principal avocat de la Fondation Becket pour la Liberté Religieuse. « Les Sœurs des Pauvres ne devraient pas être combattues par leur gouvernement pour une renonciation que le gouvernement a accordé à des milliers entreprises, comprenant des sociétés comme Exxon, Pepsi Cola et Boeing. On ne devrait pas non plus autoriser le gouvernement à dire que les sœurs ne sont pas « assez religieuses» pour justifier une exemption que les églises et d’autres ministères religieux ont reçu« .

Les Petites Sœurs des Pauvres, qui s’occupent de plus de 13.000 personnes âgées pauvres aux États-Unis, n’ont pas eu d’autre choix que de faire appel à la Cour suprême en raison du refus du gouvernement de les exempter du mandat HHS. Le gouvernement exige des Sœurs de participer au plan de la santé pour les employés des Soeurs et fournir des contraceptifs et des médicaments qui provoquent des avortements – en violation de leur foi – ou de payer des amendes énormes qui menacent leur mission religieuse. En janvier 2014, la Cour suprême avait rendu une ordonnance temporaire protégeant les religieuses, mais le gouvernement a continué à contester la décision et à demander à des juridictions inférieures d’éliminer une telle protection.

« Il est ridicule que le gouvernement fédéral argumente, en ces temps et cette époque, qu’il ne parvient pas à trouver la solution pour distribuer des contraceptifs sans la participation des religieuses et de leurs plans de santé« , a déclaré Mark Rienzi, conseiller des religieuses.

Le Fond Becket continue de mener la défense contre le mandat inconstitutionnel de l’HHS, et a remporté une importante victoire devant la Cour suprême des États-Unis dans le cas Burwell/Hobby Lobby. Paul Clement du Fonds Becket pour la liberté religieuse faisait partie de l’équipe juridique qui a remporté le cas de Hobby Lobby, il est le principal défenseur devant la Cour suprême et a déposé officiellement le recours au nom des Soeurs, de la Fiducie des avantages sociaux des employés des Assemblées de Frères, de Reaching Souls International, de Truett-McConnell College et des Ressources financières de la Southern Baptist Convention  Les religieuses sont également représentées par le cabinet d’avocats Locke Lord LLP et le professeur Kevin Walsh de l’école de droit de l’Université de Richmond.

La demande des Petites Sœurs des Pauvres contre les mandats antinatalistes du ministère de la Santé et des Services sociaux des États-Unis a suscité un appel à la prière de Mgr William Lori, président de la commission ad hoc pour la liberté religieuse de la Conférence des évêques catholiques des Etats Unis (USCCB).

 « Les ministères de charité dans la nation veulent tout simplement fournir des soins de santé qui approuvent la vie pour leurs employés, sans crainte de sanctions énormes de la part du gouvernement« , a déclaré l’archevêque, qui a salué que la Cour suprême ait décidé d’accepter la demande des religieuses et d’autres institutions catholiques parmi lesquelles l’archidiocèse de Washington. « Ce qui est en jeu, n’est rien moins que la liberté de servir les autres« . Le prélat a rappelé que « depuis des années, nous avons prié pour que le gouvernement fédéral ne force pas ceux qui servent les plus nécessiteux – comme les Petites sœurs des pauvres – à financer ou fournir une couverture pour les médicaments et services qui portent atteinte à leurs convictions religieuses. »

« Aujourd’hui, l’affaire arrive à la Cour suprême, et nous renouvelons notre prière pour que cette liberté fondamentale prévale. » Mgr Lori a déclaré que la demande des religieuses correspond non seulement au bon sens, mais aussi au système légal américain et a  invoqué la tradition constante du pays à reconnaître et respecter la liberté religieuse et la diversité.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. La liberté religieuse est un mot vide de sens pour les Etats Unis.
    Il est curieux de constater qu’après s’être acharné à vouloir séparer l’Eglise de l’Etat dans le monde entier, l’Etat veut maintenant l’obliger à « resserrer les liens » avec Elle (ex: tous se veulent subitement et comme ils l’entendent se marier à l’Eglise) : l’Etat montre son vrai visage de dictature pour qui le mot « liberté » ne fut qu’un prétexte à la loi naturelle du plus fort. On redevient des esclaves ; c’est le règne de la Bête qui s’organise et s’approche à grands pas.

  2. Les États-Unis obligent-ils un employeur à financer l’avortement y compris pour les employés de sexe masculin?
    C’est bien possible, ils n’en sont pas à une aberration près.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com