Non, l’étain n’est pas un métal réservé aux bougeoirs et aux assiettes anglaises. Il sert aussi pour les soudures, les alliages électroniques, l’emballage alimentaire… A contrario du nickel, il est encore d’une grande utilité de nos jours, même si personne ne s’en aperçoit.

La première alerte sur la flambée des cours vient de 2007, à l’époque où l’étain venait de dépasser la barre des 13.000 $ la tonnes, suite à une politique très répressive du gouvernement indonésien à l’encontre des mines clandestines, combinée à des menaces de la guérilla communiste sur les mines colombienne, sans parler des grèves de mineurs violentes en Bolivie, dont le président Morales évoquait la nationalisation.

Au premier trimestre 2011, l’étain atteignait un nouveau record, dépassant les 33.000 $ la tonne, dans un contexte d’effondrement du dollar par rapport à l’euro, les matières premières étant cotées dans la monnaie américaine, ce qui incitait à l’achat. Les conditions de productions désastreuses en Indonésie cette année là, liées à l’augmentation de la demande chinoise, avait également tiré les cours vers le haut. Cependant, un semestre plus tard, les cours s’effondraient pour attendre les 17.000 $.

A partir de 2013, les sociétés minières annonçaient la possibilité à terme d’un épuisement de la production mondial d’étain, ce qui n’est pas sans incidences sur la cotation. Le recyclage de l’étain est désormais autour de 16 % de la production, le manque de découvertes de nouveaux gisements amène à envisager de nouvelles pistes. De grands espoirs sont mis dans les mines d’Achemmach au Maroc, déjà convoitées par une firme australienne (Kasbah ressources) mais aussi par le groupe automobile Toyota. Les cours remontaient alors à 25.000 $ au premier trimestre 2013. Au même moment, l’Indonésie annonçait que son entreprise phare PT Timah cessait toute exportation. La Chine, voyant les cours flamber, pratiqua une politique de « déstockage » (vente de ses réserves, qui fit tomber les cours à 20.000 $. La remontée des cours à 22.000 $ incita alors la Birmanie a augmenter sa production, rentable à partir de 18.000 $, en la multipliant par 11 (de 1.000 à 11.000 tonnes).

Cependant, les cous de l’étain ont certes « flambés » à plusieurs reprises mais selon un phénomène de « yo-yo ». Aujourd’hui, l’étain se négocie aux alentours de 19.270 $ la tonne, bien loin de son niveau de 2011. La « flambée » de 2016 fait en réalité suite à un effondrement fin 2015, le cours étant tombé à 13.224 $ fin janvier 2016, tout comme la flambée de 2013 avait fait suite à la chute de 2012… Quand on étudie le cours de l’étain sur le long terme, on s’aperçoit rapidement de sa volatilité, faisant du métal gris un investissement intéressant pour les amateurs de spéculation. Ce n’est pas DU TOUT le moment d’en acheter, mieux vaut attendre l’effondrement du cours l’année prochaine et le revendre 12 moins plus tard. Il faut rappeler qu’il y a vraiment eu une flambée de l’étain, réelle est irréversible, mais bien plus ancienne. Cotant à peine 5.000 $ la tonne en octobre 2003, l’était monta à 9.000 en 2004, retomba à 6.000 en septembre 2004, mais ensuite grimpa au dessus des 10.000 de manière définitive à partir de 2006, dépassant les 25.000 en 2008 pour retomber quelques mois plus tard à 10.000, franchissant les 15.000 $ au dernier trimestre 2009 et s’y fixant en cours-plancher.

En ce qui concerne la production, elle s’est considérablement accrue entre 2009 et 2013, passant de 246.000 tonnes produites à 294.000, avec effectivement une dégringolade en 2012. A elles-deux, la Chine et l’Indonésie produisent 195.000 des 294.000 tonnes mondiales, le Pérou a vu sa production passer de 37.500 à 23.660 tonnes, de même que celles de l’Australie de 13.270 à 6.470 tonnes. C’est surtout le doublement de la production indonésienne qui a dopé les statistiques. Les

6 premiers producteurs mondiaux d’étain sont les suivants : 1 – CHINE (37,4 %),  2 – INDONESIE (32,4 %), 3 – PEROU (8 %), 4 – BOLIVIE (6,6%), 5 – BRESIL (4,1%), 6 – BIRMANIE (3,7 %). La Malaisie, jadis première productrice mondiale, a vu sa production s’effondrer, passant sous la barre des 2 % et le nombre de ses mines passer de plus de 800 à environ 40 en 35 ans.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

12 commentaires

  1. Quel est l’intérêt de cet article ? Et quel est le changement qui vient de s’opérer au sein de MPI ?

    • L’intérêt est de comprendre un peu ce qui se passe dans le monde… Tout a des répercutions dans la vie de tous les jours et il faut parfois avoir ne nez au-dessus du gazon.

      • Ou bien vous en tant que nouveau venu ne comprenez pas la nature de ce site, ou bien vous voulez la changer, ou bien les deux ; et en vue de l’énorme chute en très peu de temps du nombre des contributeurs d’articles, je soupçonne en fait un changement important de direction.
        Quant à moi personnellement, si votre réponse n’est pas cette fois truffée de fautes élémentaires de français, elle n’en est pas pour autant assez polie pour répondre aux exigences de la langue dans laquelle vous avez choisi de la coucher. Vous êtes un jeune impertinent, vous qui vous permettez de me donner des leçons sur ce qui est important et ce qui ne l’est pas ; alors écoutez : votre nez, que je ne qualifierai pas de l’épithète qu’il mérite, est nettement plus près du gazon que le mien ; c’est une réalité qu’en dépit de vos préoccupations globales vous n’avez pas encore découverte.

        • Je ne vous ferais pas l’injure de vous rappeler ce que disait Napoléon de l’orthographe…
          Vous pouvez vous gargariser d’envolées pédantes, elles ne remplaceront jamais la vraie culture née de l’ouverture d’esprit, de la synthèse des connaissances et des analyses pluridisciplinaires.
          Merci de me parer de la vertu de jeunesse, mais j’ai 24 ans de carrière dans la presse d’opinion.
          En bref, merci de votre message, mais je m’en badigeonne le nombril avec le pinceau de l’indifférence comme disait l’irremplaçable Greg via son personnage fétiche Achille Talon.
          Je vous adresse mes sentiments les plus exacts… etc, etc…

      • Champalier says:

        Bien sûr, et votre article est intéressant. Vous emblez être particulièrement au courant au sujet des questions touchant à l’économie. J’approuve d’ailleurs votre article sur la situation actuelle au Vénézuela, et je viens de l’exprimer.

    • Xavier Celtillos says:

      Je trouve cela intéressant, car la problématique des matières premières est l’une des données essentielles de la géopolitique mondiale.
      Qu’entendez-vous par « changement qui vient de s’opérer au sein de MPI » ?

  2. Vous, je vous connais, vous n’avez pas changé. Je parle en premier lieu des changements techniques chez MPI qui font en sorte que tout marche plus lentement et quelquefois beaucoup plus lentement ; en particulier, en ce qui concerne une réponse importante que j’avais rédigée hier, après cinq ou six heures le petit point superflu tournait encore dans son cercle superflu, à quel point je lui ai administré une euthanasie et commencé la tâche ingrate de réécrire ma réponse de mémoire ; évidemment le résultat fut inférieur à l’original. En deuxième lieu je remarque que les contributions de certains contributeurs doués, comme Ignace et Francesca, se font beaucoup plus rares. En troisième, l’article du novus homo en question sent le franciscanisme au pire sens du terme, comme le fait aussi votre commentaire ; c‘est ce qui Dieu merci manquait sur MPI jusque-là. Pourquoi avez-vous échangé une bonne technique contre une mauvaise ? Pourquoi cette manie de « tout beau, tout nouveau » ? Corruptio optimi [semper] pessima.

    • Xavier Celtillos says:

      Cher monsieur,

      Je suis désolé pour le soucis technique que vous avez rencontrés. Cela peut arriver et est bien sûr totalement indépendant de notre volonté.
      Pour ce qui concerne les changements graphiques, nous avons du effectivement changer de thème, celui que nous utilisions n’étant plus mis à jour par sa société éditrice et générant des bugs de plus en plus récurrents et des plantages du serveur de plus en plus fréquents. Nous ne pouvions plus le conserver et avons tenté de reprendre celui qui lui ressemblait le plus.

      En ce qui concerne la fréquence de certaines contributions, cela s’explique par le fait que nous avons tous un travail à coté de MPI, et les exigences professionnelles nous laissent plus ou moins de disponibilité pour MPI. Ajoutez à cela les temps de vacances et les rentrées scolaires…
      Nous faisons au mieux, avec nos moyens qui sont très faibles, et nous comptons sur l’aide de tous et aussi sur votre indulgence sur les quelques défauts qui sont inhérents aux hommes et femmes qui composent MPI mais qui donnent le meilleur.

  3. Saint-Plaix says:

    C’est vrai, à lire « Pamino », que l’on finirait par penser qu’il y a un changement, non pas chez les contributeurs, mais surtout chez les lecteurs d’MPI…
    Média- presse-info comporte dans son nom « INFO », c’est dire précisément qu’il revendique la capacité de faire connaître et de diffuser des choses qui sont négligées, voire occultées, dans les « grands médias » et les sites « politiquement corrects »…
    Un site donc pour lecteurs curieux…
    En l’occurrence ici, on évoque les fluctuations de l’étain.
    Un métal en général peu connu (en dehors des alliages de type bronze et des capsules des bouteilles de vins fins) qui a pris récemment importance stratégique considérable de par ses utilisations nouvelles dans l’informatique et les télécommunications d’une part, mais aussi – ce que l’auteur a omis ici de spécifier parce que sans doute trop technique – ses applications nouvelles en liaison avec les terres rares dont l’extraction a explosé pour leur propriétés électromagnétiques…
    Un métal dont la cotation de référence est fixée à Londres, il y a encore dix ans révisée seulement une fois par trimestre, parce personne ne pesait alors suffisamment sur le marché pour le faire fluctuer!…
    Cela semble avoir radicalement changé il y a une douzaine d’années
    C’est l’époque où ont été fermées les si spectaculaires dernières laveries de Cornouailles aux roues à aubes gigantesques si prisées des touristes…
    Aujourd’hui les variations notables soulignées par l’auteur prouvent que l’étain est devenu une valeur spéculative: il est important de le savoir pour mieux comprendre l’attitude de certains états vis à vis des pays producteurs d’Asie du Sud est…
    On pourrait comparer son intérêt stratégique avec celui du Nickel ou du Tantale par exemple…
    S’étonner qu’un tel article ait été proposé me semble simplement… incongru!
    La force d’un site comme MPI est précisément sa capacité de pluralité.
    J’ignore quel est cet auteur, au nom imprononçable, mais je trouve son article très pertinent.
    Il en faudrait beaucoup d’autres du même genre…
    On songera, en comparaison, aux développements très documentés de Bernard Lugan qui s’aventure très largement dans ce genre de considérations…
    Les minerais et les cours d’eau ont beaucoup plus d’importance que l’avortement en matière géopolitique et même sociologique! On peut le déplorer, mais c’est ainsi!
    Dans tous les cas, cela mérite mieux que les considérations quasiment « trolliques » de « Pamino » qui me semble surtout animé par une rancœur personnelle, qui n’est certainement pas de bon aloi ici où chacun fait ce qu’il juge le plus utile en matière de diffusion d’information, en fonction de ses capacités.
    C’est l’énorme différence avec le monde des journalistes!
    Ici les gens parlent de ce qu’ils connaissent: cela change agréablement!
    Et pardonnons leur si, d’aventure, en tapant en ligne comme je le fais actuellement, il reste une faute d’orthographe!

    • @ Saint-Plaix
      Si vous faites des fautes d’orthographe, vous demandez à MPI de nous pardonner de les avoir faites ? C’est une nouvelle logique….incompréhensible.
      Pauvre monde.

    • Philibert says:

      @Plaix tout court (les noms avec des Saints ne peuvent être des pseudos…)
      Totalement d’accord avec l’ensemble de votre commentaire. On a besoin de ce genre d’articles pour y voir plus clair, surtout il faut se rappeler que les prix des matières premières s’étaient déjà bien envolé jusqu’à la crise de 2008 avec une importante spéculation.

      Pour les champions de l’orthographe qu’on va laisser sur le bord de la route,j’imagine que vous allez devoir vous priver de lecture pour être en accord avec vos idées si les auteurs n’ont pas pour priorité de relire leurs textes avant publication. Dommage, mais on a besoin de réponses pertinentes plus que de longs discours sur des détails. Vous faites comme le Pape qui nous parle d’écologie alors qu’on aimerait qu’il nous corrige les erreurs sur la Doctrine qu’ils sont en train de faire depuis 1962…

  4. Plusieurs minerais et terres rares deviennent stratégiques en raison de de leur rareté et/ou de la politique de certains pays producteurs. Alors que les mines ont pratiquement disparu du territoire français, des exploitations vont probablement redémarrer, de nouveaux gisements découverts. Une douzaine de permis de recherche ont été posés sur le Massif Armoricain par une société française.
    A propos de l’étain, un des plus importants gisements d’Europe se trouve à Abbaretz en Loire Atlantique où il fut exploité jusque dans les années 60. Le terril est d’ailleurs le point le plus élevé du département. Si l’extraction est reprise, elle se fera de façon tout à fait différente, le stérile restant pour combler les galeries et le minerai raffiné dans une usine souterraine, l’empreinte au sol restant très limitée.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com