gpa-enfant-pas-de-prix

L’association No Maternity Traffic communique :

L’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe – institution basée à Strasbourg et regroupant 47 États de l’Islande à la Russie (à ne pas confondre avec le parlement européen) – a décidé d’inscrire à son ordre du jour une proposition de Résolution (Doc. 13562) portant sur les « Droits de l’homme et les questions éthiques liées à la gestation pour autrui ».

L’enjeu pour l’Assemblée sera de choisir entre l’interdiction et l’encadrement de cette pratique. En l’état, la proposition de Résolution est orientée vers l’interdiction totale en Europe, car l’expérience des pays qui ont fait le choix de l’encadrement (Grèce, Belgique, Royaume-Uni) montre que c’est une « protection » illusoire, cela ne change rien pour l’enfant qui demeure l’objet d’une transaction.

Signez et diffusez la pétition de No Maternity Traffic
afin de peser sur l’Assemblée Parlementaire !
www.nomaternitytraffic.eu

La proposition de Résolution introduite par des députés de divers partis déclare que « la gestation pour autrui porte atteinte à la dignité humaine de la femme enceinte, dont le corps et la fonction de procréation sont utilisés comme une marchandise » et « aux droits et à la dignité humaine de l’enfant, parce qu’elle a pour effet de faire du bébé un produit. » Elle invite l’Assemblée à examiner les liens de cette pratique « avec la santé génésique des femmes, la traite des êtres humains et les droits des enfants, et [à] réfléchir à des outils pour traiter ce problème. »

Une interdiction progressive de la GPA en Europe est encore possible, il faut pour cela une forte volonté politique et une convention. Le Conseil de l’Europe, parce qu’il regroupe les principaux pays concernés en Europe, est l’enceinte appropriée à la rédaction d’une telle convention en témoigne l’adoption des conventions européennes en matière d’adoption d’une part, sur les droits de l’homme et les biotechnologies (Convention d’Oviedo) d’autre part, dont certaines dispositions s’opposent à la GPA. La GPA pourrait aussi faire l’objet d’un protocole additionnel annexé à l’une de ces conventions. Un tel protocole est une petite convention qui complète un traité sur un point particulier.

Une telle entreprise est difficile : elle exige de poursuivre la prise de conscience sur la réalité de la GPA, et, en Europe de l’Est, de s’opposer à un puissant intérêt financier et d’obtenir un engagement actif de la société civile et de l’église orthodoxe.

Cette entreprise n’est pas impossible, car pour être adoptée, une convention ne requiert pas l’unanimité des Etats membres du Conseil de l’Europe : un groupe significatif de pays est suffisant. Ils s’engagent entre eux et ont valeur d’exemple.

La future Résolution de l’Assemblée Parlementaire pourrait dans cette perspective recommander aux gouvernements européens d’élaborer une convention ou un protocole européen sur la GPA, et en rédiger des éléments.

La GPA est un phénomène transfrontalier, par lequel des personnes riches et souvent âgées d’Europe de l’Ouest achètent des enfants auprès de femmes jeunes et pauvres d’Europe de l’Est, par l’intermédiaire d’agences peu scrupuleuses. Tolérée dans quelques pays d’Europe occidentale, la GPA a prospéré dans l’Est de l’Europe sur le terreau de la pauvreté, en particulier en Ukraine, Russie, Grèce et Roumanie.

Par une telle Convention, la lutte contre la GPA ne serait pas de la seule responsabilité des pays « producteurs » (à l’Est), mais aussi des pays « importateurs » (à l’Ouest), car, en la matière, c’est la demande d’enfants qui crée l’offre, et c’est l’importance et la facilité des bénéfices générés par ce marché qui conduisent à la légalisation de l’offre.

A ce jour, les institutions européennes ne sont pas parvenues à endiguer le phénomène. Au contraire, les récents arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme ont aggravé la situation car ils ont libéralisé la GPA en la jugeant conforme aux droits de l’homme et en limitant la faculté des Etats de la sanctionner. Ces arrêts ont ainsi levé un obstacle majeur à « l’importation » de ces enfants.

Les prochains mois seront déterminants. En l’absence d’action concrète et déterminée, le temps qui passe renforce la position libérale établie par la Cour européenne car elle favorise la multiplication et la légalisation de situations de faits, et l’installation du marché de la GPA.

La GPA est un fruit avarié de la société libérale, mais elle n’est pas une évolution inéluctable à accepter avec résignation. Les gouvernements peuvent et doivent agir. Toute abstention ou retard est, de fait, une acceptation de la marchandisation des personnes.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com