« Les sept milliards, nous n’en voulons pas, ce que nous voulons, c’est repenser tout le programme ». Cette petite phrase lancée par M. Varoufakis, nouveau ministre des finances, dans New York Times de jeudi, résume assez bien la pensée du nouveau gouvernement communiste grec.

Elle signifie deux choses :

  • le refus de tout argent extérieur visant à rendre esclave car redevable le pays
  • le non remboursement de la dette.

Deux éléments capables de faire exploser l’Europe. Le problème se serait pas si grave pour les pays européens si la Grèce n’avait pas comme monnaie…l’euro. Car avec plus que 2 milliards de liquidité dans ses caisses, à la fin du mois, le pays se retrouvera sans argent. Il lui faudra bien payer ses fonctionnaires et les promesses électorales, chose qui ne pourra se faire qu’en fabriquant de la monnaie, sans autorisation de la banque centrale européenne. Devant cette menace, un nouveau don sera-t-il fait à la Grèce pour lui laisser le temps de sortir de l’euro et de rebattre sa monnaie ?

Ces événements peuvent prendre un tour tragique :

  • les contribuables européens, et notamment français – la France étant la plus exposée financièrement –  vont être un peu plus appauvris
  • si la Grèce se défait avec raison de ce système vérolé et mortel, dont les politiques grecs ont été entièrement partie prenante, elle se jette avec folie dans les bras de communistes dont on connait pour eu aussi les résultats catastrophique de leur conception irréelle de l’économie.

A l’instar de Mélenchon, le nouveau gouvernement grec imagine que quand il n’y a plus d’argent il suffit de le fabriquer, indépendamment de la création de richesse, et qu’ainsi, on peut arroser indéfiniment le bon peuple. On connait ces résultats…

Pourtant, entre le communisme et le libéralisme qui asservissent chacun à leur manière les peuples, il y a la solution du réalisme qui nécessite une vraie moralisation de la société et le service du bien commun : deux notions rejetées par une société individualiste et hédoniste.

Xavier Celtillos

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. j lemoine says:

    et oui fabriquer de la monnaie pour soutenir l’économie ne serait pas une si mauvaise idée ne croyez vous pas que les USA le fond …???

  2. Obama a envoyé un message de compréhension à la Grèce vis à vis des « souffrances » qu’ elle endure grâce à … ! Selon la technique de la carotte et du bâton (et puis il y a la Russie qui se propose à aider) ! Enfin que le CMJ ?

  3. Guy de la Croix says:

    Enfin la brèche est faite par la Grèce dans l ‘hypocrisie européenne qui montre l’exemple de fabriquer des billets de banque quand pelle a tout dépensé inutilement pour renflouer les banques…qui nous pompent notre argent…

    Si les grecs osent se révolter contre leur dictateur européo américain c’est qu’ils ont l’assurance d’être soutenus par le BRICS (brésil, Russie Inde, Chine , qui a accumulé 100 milliards d’EUR et enfin devenir indépendant de la dictature finassière de la BCE et soutenus aussi par Poutine qui tient le géant amerloc judéo sioniste franc -mac par la barbichette…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com