«En raison de la diversité culturelle de l’Asie, l’Église est confrontée à de nombreux risques et sa tâche est rendue plus difficile encore du fait qu’elle représente une minorité. Ces risques, ces défis, sont partagés avec d’autres traditions religieuses minoritaires auxquelles elle est unie par un désir de sagesse, de vérité et de sainteté. Quand nous pensons à ceux qui sont persécutés en raison de leur religion, nous allons au-delà des différences de rituel ou de confession: nous nous mettons du côté des hommes et des femmes qui luttent pour ne pas renoncer à leur identité religieuse. Prions pour que les chrétiens, ainsi que les autres minorités religieuses, puissent vivre leur foi en toute liberté dans les pays asiatiques». Pape François.

Comme chaque mois, le service de l’Apostolat de la prière du pape François vient de publier la vidéo de janvier. Le pape appelle à prier pour les minorités religieuses en Asie. L’Église énonce le pontife, « confrontée à de nombreux défis » en Asie, « partage ces risques et ces défis avec d’autres traditions religieuses minoritaires auxquelles elle est unie par un désir de sagesse, de vérité et de sainteté. »

Non seulement toutes les minorités religieuses sont mises sur un pied d’égalité avec la foi catholique mais l’actuel Vicaire du Christ ose affirmer que ces fausses religions, dont le père est le diable, peuvent conduire à la sagesse, à la vérité et à la sainteté. Il est difficile d’être plus indifférentiste et relativiste et de conduire les âme plus facilement à l’apostasie silencieuse !

« Indifférentisme, injurieux à Dieu, qui commande de croire ce qu’il enseigne, et de suivre sa lumière, honteux par l’alliage de la vérité avec l’erreur, concordat criminel entre la vraie religion et les religions fausses, dernier asile de la prétendue sagesse moderne…

Indifférentisme qui n’est rien moins qu’une apostasie de la religion véritable et qu’une transaction avec ses rivales pour les établir sur ses ruines…

Indifférentisme, plaie plus mortelle encore que les agitations religieuses. » Mgr Maurice de Broglie, évêque de Gand, 10 février 1816 in Mandement pour le Carême de l’an 1816.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

7 commentaires

  1. cadoudal says:

    il est évident que pour Imbroglio, Luther, Mahomet , Boudhha, le culte vaudou, Jésus Christ, l’ Évangile, le Talmud, le Coran,Marx , Nietzsche, Freud …

    c’est la matière première pour la grande macédoine de religions, à servir dans le Grand Saladier de la synagogue.

    cet homme rejette le vieil adage : « hors de l’ Eglise, point de salut ».

  2. Gauthier says:

    Une vidéo à moins de 1000 vues sur youtube ,
    pour un youtubeur de son calibre ,
    c’est peu et c’est aussi révélateur …

  3. hathoriti says:

    Ces religions que vous qualifiez de fausses sont nées bien avant le christianisme et les hommes de ces pays, si éloignés de nous, ont dû se débrouiller avec les moyens du bord, puisqu’ils n’avaient pas eu droit à « la révélation divine », exclusivement réservée au…peuple élu…!!! Quant à affirmer que le diable est le père de ces religions (et de leurs fidèles ?) il me semble que St Jean dans son évangile nous rapporte les paroles de Jésus qui, Lui, nous dit de qui, le diable est le père…Bof…! Moi, ce que j’en dis…

    • Geneviève says:

      Les religion païennes n’ont jamais recherché la vérité, mais plutôt de se mettre les démons de leur côté pour s’attirer la chance ou bien souvent empêcher que les malheurs arrivent ou les conjurer s’ils étaient déjà là. Les peuples avaient peur de ses entités démoniaques, et même si ils les appelaient parfois dieux, c’étaient des dieux impitoyables, qui n’appliquaient pas la justice mais suivaient leurs caprices. Il suffit de lire la nombreuse littérature mythologique grecque ou romaine pour s’en rendre compte. Des dieux adultère, narcissique qui mentaient, volaient, violaient quand ils ne tuaient pas. Bref des dieux amoraux qui ont fini par faire honte à l’élite romaine, qui continuaient la pratique extérieure des rituels, mais sans plus y croire.

      Les missionnaires chrétiens ont retrouvé plus tard les mêmes tableaux décrits dans les récits antiques. Il faut lire le livre de Paul Verdun « Le Diable dans les Missions », pour comprendre de quoi il en retournait. Ni recherche de sagesse, de sainteté ni de vérité dans les pratiques de ses peuples sauvages, mais toujours cette recherche des avantages personnels ou communautaires
      .
      Seuls quelques philosophes ont recherché la vérité ou la sagesse, sans les trouver d’ailleurs. Cependant ils ont laissé leur peuples barboter dans la superstition !

      Matthieu 11:25
      « En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. »
      « Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. » (1Cor 1;21)

    • Geneviève says:

      @ hathoriti,

      Jean 8:44
      Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur et le père du mensonge.

      1 Jean 3:8-10,12
      Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable.…

      C’est clair non : le diable est l’ennemi de toute vérité, donc de toutes ces religions sanglantes pratiquant les sacrifices humains et sous la coupe des démons. Vous dites : « puisqu’ils n’avaient pas eu droit à « la révélation divine », exclusivement réservée au…peuple élu…!!! » Je vous retourne la question l’avaient-ils mérité ? Se tenaient-ils droits devant Dieu ? J’en doute !
      Pour bien des peuples mentir n’était pas considéré comme un défaut, mais une qualité pour s’attribuer des avantages face à l’ennemi, qu’il soit personnel ou communautaire !

      Et j’ajouterai que les anciennes religions qui ont survécu à travers le temps, ont fait bien souvent leur aggiornamento au contact du christianisme pour garder leurs membres dans leur sein. Par exemple les hindouistes ont interdit les sacrifices d’animaux qu’à la fin du 19ème siècle, pour tenter de retenir leurs pratiquants qui se convertissaient de plus en plus au christianisme. Ils ont revu aussi de fond en comble leur doctrine pour la rendre plus morale aux yeux de leur peuple.

  4. Onclin says:

    Pape François ou bien venue dans le « modernisme » : Diagnostique de Saint Pie X dans PASCENDI DOMINICI GREGIS du cas pape François « Le sentiment religieux, qui jaillit ainsi, par immanence vitale, des profondeurs de la subconscience, est le germe de toute religion, comme il est la raison de tout ce qui a été ou sera jamais, en aucune religion. Obscur, presque informe, à l’origine, ce sentiment est allé progressant sous l’influence secrète du principe qui lui donna l’être, et de niveau avec la vie humaine, dont on se rappelle qu’il est une forme. Ainsi naquirent toutes les religions, y compris les religions surnaturelles : elles ne sont toutes que des efflorescences de ce sentiment. Et que l’on n’attende pas une exception en faveur de la religion catholique : elle est mise entièrement sur le pied des autres. Son berceau fut la conscience de Jésus-Christ, homme de nature exquise, comme il n’en fut ni n’en sera jamais ; elle est née là, non d’un autre principe que de l’immanence vitale. On est saisi de stupeur en face d’une telle audace dans l’assertion, d’une telle aisance dans le blasphème. Et ce ne sont point les incrédules seuls, Vénérables Frères, qui profèrent de telles témérités : ce sont des catholiques, ce sont des prêtres même, et nombreux, qui les publient avec ostentation ET MEME UN PAPE DES TEMPS MODERNES. Et dire qu’ils se targuent, avec de telles insanités, de rénover l’Eglise ! En l’homme qui est Jésus-Christ, aussi bien qu’en nous, notre sainte religion n’est autre chose qu’un fruit simple et spontané de la nature. Y a-t-il rien, en vérité, qui détruise plus radicalement l’ordre surnaturel? C’est donc avec souverainement de raison que le Concile du Vatican a décrété ce qui suit : Si quelqu’un dit que l’homme ne peut être élevé à une connaissance et à une perfection qui surpassent la nature, mais qu’il peut et qu’il doit, par un progrès continu, parvenir enfin de lui-même à la possession de tout vrai et de tout bien, qu’il soit anathème.. Question le pape moderniste François est il « anathème »?

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com