roi arabie saoudite sabre

Le ministre des Affaires Etrangères de l’Arabie Saoudite a rejeté les propositions de son homologue russe pour lutter contre les djihadistes de l’Etat Islamique.

Le ministre de l’Arabie Saoudite s’est borné à répéter l’hostilité de son pays au président syrien Bachar el-Assad.

Le ministère syrien des Affaires Etrangères a réagi en soulignant le rôle dévastateur de la monarchie wahhabite dans l’agression contre la Syrie.

Le ministère syrien a rappelé que le régime saoudien ne repose sur aucune légalité constitutionnelle et que ses mains sont entachées par le sang des deux peuples syrien et yéménite ce qui fait de l’Arabie Saoudite le dernier pays qui a le droit de parler de la légalité et de la légitimité d’un autre régime.

Tout le monde sait que le réseau terroriste Daech appartient par son idéologie et sa pratique au régime wahhabite et partage avec lui la pratique de la décapitation et de la flagellation”, a encore rappelé le ministère syrien.

Et le ministère de poursuivre : “La ligne que suit le régime saoudien en apportant toute forme de soutien aux groupes terroristes en Syrie représente une menace grave pour la paix et la sécurité régionale et internationale”.

Ces déclarations du ministère syrien des Affaires Etrangères à propos de l’Arabie Saoudite sont à mettre en parallèle avec celles de Dore Gold, directeur général du ministère israélien des Affaires Etrangères, qui, lui, a félicité l’Arabie Saoudite, assurant que « l’Arabie Saoudite est un allié d’Israël ».

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

20 commentaires

  1. Malgré la vraisemblance de la dénonciation de la Syrie, notre gouvernement se félicite de l’étroite collaboration avec l’Arabie saoudite, …, reconnue, par ailleurs, comme un État très attaché au respect des Droits de l’Homme …, au point de leur vendre, paraît-il, des rafales en toute confiance … A moins que cela ne soit, encore, qu’une nouvelle annonce dénuée de fondements …

    • la_nied says:

      Bachar n’a jamais eu mes faveurs, pas plus que Saddam ou Muammar. Force est de reconnaître sans lui, dans cette région le drapeau noir flotterait sur les marmites. J’ajoute que j’ai en sainte horreur la cohorte de dictateurs arabes, soutenus par les US notamment et aucune confiance en eux. Les choix politiques de l’Europe pour les US et contre la Russie (TAFTA, Mistral) vont nous revenir dans la g*** sous peu

  2. aziliz says:

    L’arabie saoudite connue pour sa démocratie et un roi très attaché au respect des valeurs des pays qu’il visite, Israël qui m’éloigne de plus en plus, Bachar que je n’ai jamais apprécié mais qui reste sur des positions fermes et responsables, La Russie qui a tout compris …

  3. @ aziliz,

    C’est une boutade votre commentaire ?? 🙂

  4. Vieux Jo says:

    Les loups ne se dévorent pas entre eux.

  5. Denis says:

    Je me demande sérieusement qui, dans ce pays, a encore une véritable politique étrangère!
    Soutenir Israël (contre la Syrie) en étant pro-russe ne me paraît pas très logique.
    Ou alors est-ce de l’indépendance?
    Si tel est le cas, il serait temps de faire un peu de formation continue pour que nos « diplomates » ne se trouvent plus que dans les pâtisseries…

  6. Rachel says:

    Pauvres de vous, pauvres débiles profonds, éberlués de Sodome, ignares, incultes, imbéciles, injustes, calomniateurs, ouvriers de malheur par vos commentaires sans fondements ! Le président Bachar-El-Assad n’

    • Denis says:

      Vos insultes ne sont-elles pas un tantinet déplacées, Rachel?

      • Rachel says:

        Oui, elles sont très déplacées mais je n’avais pas du tout envoyé ce message, et je n’avais pas cliqué sur « Add RePLY » à cause de sa démesure ; pas du tout. Mozilla a planté et ce message, qui n’était qu’un cri, a été enregistré. J’ai demandé à MPI de le supprimer, mais ils l’ont gardé. Je regrette la forme, mais merci de lire les autres messages qui sont justes et vrais.

        • Rachel says:

          J’ajoute que tous les sites sont tenus par les affiliés des instigateurs de cette guerre et qu’ils font ce qu’ils veulent, le but étant de disqualifier mes autres messages, qui disent la vérité.

          • Denis says:

            je ne crois pas qu’il y ait eu intention de disqualifier vos autres messages, et je n’appartiens pas à MPI.
            Pour preuve, j’ai réagi, avant, et après…
            J’espère que ce sujet ne sera pas enterré, même si nous savons comment faire pour remédier aux problèmes inadmissibles sur place, et ailleurs…

            • Rachel says:

              Denis, je ne parle pas de vous, ni des journalistes de MPI, mais des sites hébergeurs informatiques qui, souvent, ne sont pas en France.
              Je connais plus particulièrement la Syrie parce-que je suis depuis une vingtaine d’années les apparitions de Notre Dame de Soufanieh.

              « même si nous savons comment faire pour remédier aux problèmes inadmissibles sur place, et ailleurs… » Oui.

        • Denis says:

          Merci de le reconnaître et de nous l’expliquer.
          En effet, en dépit de l’absence d’affection particulière de certains, il me semblait qu’aucun sur ce site n’avait attaqué la Syrie et son Président incontestable.
          Et moi même, à part le bon sens, j’avoue ne pas en connaître beaucoup plus, vu la situation politique et médiatique…
          Quoi qu’il en soit, avec ou sans Chrétiens d’Orient (Implication, mais pas extermination, ne nous trompons pas!), je suis pro-syrien, même si mon message de soutien à l’ambassade n’a jamais eu de retour.
          Cordialement

          • Rachel says:

            Denis, voici un témoignage de valeur.

            10/08/2014

            Alep – SYRIE

            « Monsieur Julien Lepers,

            Je vous écris en français, une langue qui n’est pas ma langue maternelle mais que je pourrais facilement qualifier de langue d’adoption. En effet, j’ai eu la chance comme des dizaines de milliers de Syriens de fréquenter des écoles privées qui accordaient autant d’intérêt à l’enseignement de notre belle langue arabe qu’à l’enseignement de la langue française.

            Au cours de mes années d’études, du primaire au secondaire, et plus tard durant mes études universitaires, j’ai eu l’occasion de découvrir la France, sa civilisation, sa culture, son sens de la justice, son respect de l’autre, sa conception de la liberté, sa déclaration des Droits de l’Homme devenue universelle et surtout, en ce qui nous concerne, l’importance qu’elle accorde à la francophonie.

            À propos de francophonie, j’aimerais vous rappeler que lorsqu’en 1998, vous avez organisé le grand concours de la langue française dans le cadre de votre célèbre émission « Questions pour un Champion », la Syrie était présente parmi les dix pays participants et beaucoup de mes compatriotes ont pris part aux éliminatoires qui se sont déroulés dans les principales villes du pays. Quatre finalistes ont fait le voyage à Paris pour la finale qui s’est conclue par la qualification du Docteur Amine Antaki.

            Docteur Amine AntakiC’était il y a plus de seize ans, mais un petit effort de votre part avec les quelques photos ci-jointes, vous rafraîchiront certainement la mémoire et vous rappelleront « notre champion à nous », le Docteur Amine Antaki, apprécié autant pour ses compétences professionnelles que pour ses qualités humaines.

            je m’adresse à vous c’est pour vous rappeler, avec peine et regret, sa mort tragique il y a exactement un an, le 10 aout 2013, alors qu’il revenait avec son épouse vers Alep à bord d’un autobus qui a été pris pour cible par des mercenaires fanatiques, étrangers, rentrés illégalement en Syrie. Un acte criminel parmi tant d’autres perpétrés contre mon pays depuis trois ans et demi, dont j’estime la France en partie responsable.

            En faisant fi du principe de non-ingérence dans les affaires d’un autre pays, la France, gouvernée par la droite ou par la gauche, a pris une attitude a priori louable ; celle de participer à l’instauration d’une « démocratie » dans certains pays arabes, choisis par d’autres pays arabes réputés pour leur sainte horreur de tout ce qui se rapporte à la notion même de démocratie… Tout ceci sous l’appellation très romancée de printemps… arabe ! Un concept teinté de beauté et de bonté, telle une promesse de lendemains qui chantent.

            Mais les évènements ne se seraient pas déroulés comme l’auraient prévu les grands sorciers/stratèges. Il n’empêche que trois ans et demi plus tard, mon pays se trouve plongé dans une situation indescriptible. Plus de 150 000 personnes tuées et plus d’un million de blessés parmi les civils dont un grand nombre restera à jamais handicapé. Sans oublier les séquelles psychologiques d’une réalité inimaginable et dure à affronter, ainsi que les millions de personnes déplacées dans le pays et dans les pays voisins. Sans oublier les dizaines de milliers de personnes disparues.

            Monsieur Lepers,

            Les assassins du Docteur Amine Antaki comptent parmi eux un ou plusieurs détenteurs de passeports français. Ils arrivent dans mon pays grâce à une filière tolérée, encouragée, et facilitée par la France, par certains pays d’Europe et d’autres pays aspirant à en faire partie. Tout ceci au nom, entre autres alibis, de la liberté dont ces assassins seraient les pourvoyeurs « à l’aller », pour n’être considérés comme des terroristes qu’à « leur retour » chez l’expéditeur. Y-a-t-il plus hypocrite comme comportement ? Ne serait-il pas plus équitable de mener une enquête impartiale visant à traduire devant la justice internationale les vrais responsables de ce qui se passe au Moyen Orient, même si cela pourrait prendre des années et éventuellement ne pas aboutir ?
            Monsieur Lepers,

            Depuis que votre émission existe, je la suis avec intérêt. Avec vous on apprend. Merci de votre contribution à la culture de vos téléspectateurs. Je dois vous avouer ne pas avoir été aussi assidu que je l’aurais voulu ces derniers temps, pour la simple raison qu’à Alep nous en sommes réduits à quelques heures d’électricité par jour. Ceci dit, si je me souviens bien, vous vous êtes toujours efforcé d’ouvrir votre plateau au plus grand nombre en procédant par catégories et affinités : les grandes écoles, les corps de métiers, les facultés, les clubs, etc. Néanmoins, une catégorie semble vous avoir échappé, celle de la classe politique !

            Puis-je me permettre de vous suggérer de recevoir les ténors va-t-en guerre de la classe politique française ? Pour animer l’émission, peut-être pourriez-vous nous laisser, à nous francophones des pays qui subissent « leur » printemps, le soin de rédiger les questions. Questions qui concerneraient votre taux de chômage, votre marasme économique en sourdine, votre patrimoine culturel qui commence à sentir le pétrole, les commissions et rétro-commissions dans diverses « affaires », etc., sans jamais aborder la vie privée de vos élus, évidemment. Pour l’occasion, une fois n’est pas coutume, vous pourriez peut-être faire une dérogation en intitulant votre émission : « Questions pour un croupion ».
            Monsieur Lepers,

            Cette lettre vous est adressée par un patriote qui souffre en silence et qui espère que vous pourrez faire quelque chose pour les Syriens et tous les citoyens des pays de la région qui ont assez souffert de cette situation qui perdure. J’ai lu un jour ces paroles d’Albert Einstein : « Le monde est dangereux à vivre non pas à cause de ceux qui font le mal mais plutôt à cause de ceux qui les regardent et les laissent faire ».

            Je termine en vous redisant toute mon admiration, à vous personnellement, pour une émission que j’aimerai de nouveau suivre régulièrement aussitôt l’électricité rétablie.

            Paul Mégarbané

            10/08/2014

            Alep – SYRIE

            Lina Megarbané

            Roland Jihane

            Carl Antaki

            Joseph Megarbane

            Nabil Antaki

            Maria-Pia Mégarbané

            Nadine Assouad Mégarbané

            Hala Najjar Antaki

            Krikor Zobian

            Alfredo Girardi

            Marina Girardi

            Marylène Sbath Ghostine

            May Gazalé Sikias

            Marlène Ponce Gallone

            Adeline Chelhot

            Henry Sahdo

            Michel Chelhot

            Jean-Jacques Sabbagh

            Pierre Merjaneh

            Ghasby Sabeh

            Paola Baladi

            Jean-Marie Mégarbané

            Paul Antaki

            Paola Guariglia

            Sandra Agobian

            Amira Nader

            Youhanna Jeanbart

            Annie Mouradian

            Michèle Antaki

            Stealth Vic

            Samia Hajjar

            Maria saadeh

            Khaldoun Fansa

            Fadi Antaki

            Lynn Antaki

            Lynn Rocky

            Farès Antaki

            Carinne Chouchacgi Bitar

            Leila També

            Leyla Hamod

            Basile Kouchakji

            Mouna Alno-Nakhal, avec les remerciements des gens d’Alep à ceux qui ont toujours cherché la vérité, qui nous ont fait confiance et qui ont travaillé sans relâche à démasquer l’hypocrisie de leurs dirigeants. Vive la Syrie et que vive notre Alep éternelle grâce au courage du peuple syrien qui ne recule devant aucun sacrifice pour protéger son incomparable sens du « vivre ensemble ». Qu’Amine repose en paix dans nos cœurs et nos mémoires auprès de tous nos chers disparus, civils et militaires. Ils ont ouvert la voie à la victoire contre « les puissances des ténèbres » qui attaquent en Irak, en Palestine, en Syrie, et au Liban… Ce sont les Pays du « Levant » et ils le resteront. Ils vaincront les démons venus de l’étranger et leurs propres démons. Il le faut pour notre salut et le salut du Monde !

  7. Rachel says:

    Parler ainsi sans rien savoir de ce qu’était la Syrie jusqu’en mars 2011, de ce qu’elle était depuis des décennies, la colonne de Terre Sainte, et de l’homme d’état qu’est le président Bachar-El-Assad, c’est « incredibile ». Il défend la Syrie contre une attaque-invasion-destruction et c’est une horreur, mais c’est un dictateur. Tout ce que les médias racontent depuis 4 ans et demi, en chiens de garde du mondialisme, est faux, tout est archi-faux.

    Vous avez vu ce que sont devenus la Libye, la Tunisie, L’Iraq ?

  8. Rachel says:

    Mais on peut toujours lire, et l’ouvrage des Antakli fournit en munitions ceux qui ne supportent plus “les mensonges qui nous ont fait tant de mal”… »
    ♦ Lors de la présidentielle syrienne du 27 mai 2007 à laquelle avaient participé 11,2 millions de citoyens, Bachar al Assad avait été plébiscité par 97,62% des votants. Sept ans plus tard, dont près de trois années de guerre civile, le chef d’Etat syrien a recueilli, le 3 juin, 88% des suffrages : 11,6 millions de personnes s’étaient déplacées sur les 15,8 millions d’inscrits dans les zones sécurisées.

    « Une mascarade », ont tonné, unanimes, les chancelleries occidentales cependant que le dissident Michel Kilo ironisait dans Le Monde « C’est comme si Hitler avait organisé une élection en 1944 », avant de « remercier M. Hollande pour tout ce qu’il fait pour nous car c’est un devoir moral, pour la communauté internationale, de nous sauver des griffes de ce sauvage ».

    Il est possible que ce scrutin n’ait été qu’une farce – mais comme beaucoup d’autres. Se poser en arbitre des élégances politiques et en gardienne de l’éthique est singulièrement malvenu de la part de la France, qui vit se dérouler en mai 2002 une caricature d’élection : « l’escroc » Chirac l’emportant avec le score stalinien, ou « assadien » si l’on préfère, de 82% sur « le fâcho » Le Pen au terme d’une hystérique « quinzaine de la haine » orchestrée par la gauche et mobilisant jusqu’aux enfants des écoles.

    C’est une campagne du même genre, lancée par les mêmes instigateurs, qui se déchaîne depuis trois ans contre le pouvoir de Damas accusé de tous les maux. Que le clan Assad ne soit pas l’Armée du Salut est une évidence mais, pour en savoir un peu plus sur les réalités syriennes, et les raisons pour lesquelles le président est toujours en place, au contraire de ses pairs Ben Ali, Moubarak ou Kadhafi, on lira avec intérêt le témoignage de Geneviève et Jean-Claude Antakli, Syrie, une guerre sans nom ! / Cris et Châtiments.
    Une résistance « démocratique » laminée par les djihadistes

    Sans doute accusera-t-on ce couple de biologistes diplômés de la Faculté de médecine de Montpellier de partialité puisque lui est un chrétien d’Alep. Mais, à l’inverse de beaucoup de faux témoins style BHL, eux connaissent bien le terrain puisqu’ils avaient fondé un Institut infirmier à Alep où ils se rendaient régulièrement et pour la dernière fois en mai 2012 afin de faire passer aux étudiants – de toutes obédiences religieuses, sunnite comprise – les dernières épreuves. Or, tous les récits qu’ils ont récoltés se recoupent. La « résistance progressiste » portée aux nues et soutenue (sur le plan militaire inclus) par nos ministres successifs des Affaires étrangères, Alain Juppé sous Sarkozy puis Laurent Fabius sous François Hollande, est totalement désorganisée, discréditée, au profit des islamistes les plus radicaux sur lesquels les « démocrates » avaient cru pouvoir s’appuyer pour s’emparer du pouvoir en les utilisant comme chair à canon contre l’armée nationale, mais qui se sont vite émancipés de cette tutelle et, de purges en assassinats, l’ont neutralisée, voire éliminée.
    Les civils et les sites archéologiques grandes victimes du conflit

    Cette « guerre qui ne dit pas son nom » a-t-elle réellement fait 162.000 morts comme l’affirment ceux qui ne reculent jamais devant les gros chiffres ? En tout cas, elle est meurtrière. Si l’armée n’est pas épargnée par la rébellion, les principales cibles – de massacres ou d’attentats à l’explosif — de celle-ci sont les civils. Ceux-ci se retrouvent, de plus, exposés à une paupérisation croissante, alors que la Syrie, que j’avais connue en paix au printemps 2010, m’avait frappée par sa relative prospérité, son respect de l’hygiène, y compris dans les villages reculés aux confins de l’Irak, et l’état sanitaire très satisfaisant de ses habitants, le trachome et autres affections si répandus dans le Tiers-Monde, ayant été éradiqués.

    Et, comme si cela ne suffisait pas, les chefs-d’œuvre architecturaux sont eux aussi mis en péril sans que s’en émeuve l’Unesco qui, pourtant, les avait inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité. Les djihadistes se sont acharnés sur le monastère Saint-Siméon et sur le Krak des Chevaliers mais aussi sur les sites archéologiques d’Apamée et même de Palmyre – où tout ce qui était transportable n’a toutefois pas été perdu pour tout le monde, le trafic d’antiquités faisant rage, comme cela s’était déjà produit dans le Kampuchea des Khmers rouges ou dans l’Irak si heureusement délivré du tyran Hussein.

    Les Antakli ne se contentent pas de produire des témoignages. Dans les deuxième et troisième parties de leur livre respectivement intitulées « La vérité sur les auteurs des massacres » et « Les vraies raisons des massacres », ils reproduisent aussi des documents irrécusables. Ces documents émanent par exemple d’un officier de la DGSE sur l’aveuglement de notre diplomatie, ou d’un prêtre islamologue, le Père Gallez, sur l’accablante responsabilité de l’administration Obama, de l’Arabie saoudite surarmant les insurgés et de nos médias, « y compris l’Agence France Presse (à capitaux saoudiens aujourd’hui) » pratiquant la pire désinformation. « On ne peut plus se taire », conclut le Père Gallez.

    Mais on peut toujours lire, et l’ouvrage des Antakli fournit en munitions ceux qui ne supportent plus « les mensonges qui nous ont fait tant de mal »… y compris dans nos banlieues, comme le prouvent les tristes exploits de « Français » djihadistes en Syrie, tel Mehdi Nemmouche qui a poursuivi à Bruxelles sa guerre sainte commencée à Alep.

    6/06/2014

    Geneviève et Jean-Claude Antakli, Syrie, une guerre sans nom ! / Cris et Châtiments, François-Xavier de Guibert éditeur, 2014, 282 pages.

    Correspondance Polémia – 12/06/2014

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com