La Maison Générale de la Fraternité Saint Pie X vient de communiquer à tous ses membres le contenu d’une lettre du cardinal Gerhard Müller qui a fait, pour les naïfs, l’effet d’une douche froide, voire glaciale. En voici les principaux extraits les plus « savoureux » :

« Comme  vous  le savez,  le Pape  François  a manifesté,  à maintes  reprises,  sa bienveillance envers votre Fraternité Sacerdotale, en accordant en particulier, à tous les prêtres membres, la faculté de confesser de manière  valide les fidèles et en autorisant  les Ordinaires des lieux à concéder des licences  pour  la célébration  des  mariages  des fidèles  qui  suivent  1’activité  pastorale  dans  votre Fraternité.   D’autre   part,   la  discussion   se  poursuit  au  sujet  des  questions   relatives   au  plein rétablissement de la communion de votre Fraternité avec l’Eglise  catholique.

À ce sujet, avec l’approbation du Souverain  Pontife, j’ai  jugé nécessaire  de soumettre à la Session  Ordinaire  de  notre  Congrégation,  réunie  le  10  mai  dernier,  le  texte  de  la  Déclaration doctrinale qui vous a été transmis durant la rencontre du 13 juin 2016, comme condition nécessaire en vue du plein rétablissement  de la communion. Voici à ce propos, les décisions unanimes de tous les Membres de notre Dicastère :

1)  Il est nécessaire d’exiger des membres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X l’adhésion  à la nouvelle formule de la Professio fidei datant de 1988 (cf. annexe). En conséquence, il n’est plus suffisant de leur demander d’émettre  la Professio fidei de 1962.

2)  Le nouveau texte de la Déclaration  doctrinale doit comporter  un paragraphe  dans lequel les signataires déclarent, de manière explicite, leur acceptation des enseignements  du Concile Vatican II et ceux de la période post conciliaire, en accordant aux dites affirmations doctrinales le degré d’adhésion qui leur est dû.

3)  Les membres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie  X doivent reconnaître,  non seulement la validité, mais aussi la légitimité du Rite de la Sainte Messe et des Sacrements, selon les livres liturgiques promulgués après le Concile Vatican Il. »

Et le cher cardinal de conclure, in cauda venenum, que « au cours de 1’Audience accordée au Cardinal Préfet, le 20 mai 2017, le Souverain Pontife a approuvé ces décisions. »

Dans sa lettre d’accompagnement, M. l’abbé Thouvenot rappelle, très « opportunément », les paroles de Mgr Fellay à l’issue de la réunion des supérieurs majeurs à Anzère le 28 juin 2016 :

« La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X ne recherche pas avant tout une reconnaissance canonique à laquelle elle a droit parce qu’elle est catholique. La solution n’est pas simplement juridique. Elle relève d’une position doctrinale qu’il est impératif de manifester. ()La Divine Providence n’abandonne pas son Eglise dont le chef est le Pape, vicaire de Jésus-Christ. C’est pourquoi un signe incontestable de cette restauration sera dans la volonté signifiée du Souverain Pontife de donner les moyens de rétablir l’ordre du sacerdoce, de la foi et de la Tradition, – signe qui sera, de surcroît, le garant de la nécessaire unité de la famille de la Tradition

Nous sommes bien loin du « coup de tampon » que certains avaient fêté avec éclat et nous ne pouvons que remercier Notre Dame, en ce centenaire des apparitions de Fatima, d’avoir à nouveau, après juin 2012, écarté le danger mortifère d’un accord de dupes.

Prions pour nos supérieurs qui pratiquent un dangereux « tango » – trois pas en avant, puis deux pas en arrière – et remercions la divine Providence de continuer à veiller sur l’œuvre de restauration entreprise, il y près de 50 ans, par Mgr Lefebvre qui a montré le même courage que nos sept doyens et les communautés amies fidèles à son combat pour l’unique vérité.

Enfin, en ce 1er juillet, permettez-moi d’avoir une pensée pleine d’amitié et de reconnaissance pour l’héroïque obéissance de M. l’abbé Patrick de La Rocque qui a accepté avec humilité sa mutation-sanction aux Philippines et qui s’est vu refuser de pouvoir fêter ses 25 ans de sacerdoce à Ecône par le Supérieur général de sa chère Fraternité.

Christian LASSALE

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

36 commentaires

  1. Le Sommelier says:

    Et Mgr Fêlon n’ a plus qu’ à démissionner .

  2. Aube Nouvelle says:

    Et la valse continue ! Le cardinal Müller lui-même limogé ?
    Extrait du bloc de Jeanne Smits – 01.07.2017 :
    « La controverse à propos du rôle du cardinal Müller à la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la foi s’est focalisée sur l’interprétation d’Amoris laetitia. “America” a appris que nombre de cardinaux ont demandé à François d’écarter le cardinal Müller de ce poste parce qu’il avait, à plusieurs reprises, publiquement manifesté son désaccord par rapport aux positions du pape, ou s’en était distancé, et qu’ils pensaient que cela portait atteinte à l’office et au magistère pontificaux. »
    …..
    Le cardinal Müller a soutenu le droit des quatre cardinaux – Brandmüller, Burke, Caffarra, Meisner – d’exposer leurs Dubia au pape mais en affirmant qu’il n’était pas favorable au fait d’avoir rendu la démarche publique, position qu’il a adoptée selon certains pour ne pas compromettre sa position à un poste-clef pour la défense de la foi, du dogme et de la doctrine ; il s’est toujours appliqué à déclarer qu’Amoris laetitia pouvait et devait être interprété de manière traditionnelle.
    Cette attitude, quelle qu’en soit la raison, n’a donc pas suffi à empêcher le limogeage d’un cardinal encore relativement jeune – à 69 ans, il est à 6 ans de l’âge à partir duquel les évêques peuvent partir ou être mis à la retraite – et la question est désormais de savoir : 1. si cela a valu la peine ; 2. par qui il sera remplacé.
    Les plus pessimistes envisagent la nomination de l’archevêque Victor Fernandez, un Argentin proche du pape, auteur d’un livre à la gloire du baiser (Gueris-moi avec ta bouche), probable collaborateur pour la rédaction d’Amoris laetitia et auteur du premier jet des directives argentines sur son interprétation. »

  3. C’est plutôt en soi une bonne nouvelle que ce soit le Vatican qui dise non au ralliement-reniement.

  4. Guy de la Croix says:

    Enfin une excellente nouvelle et god by à Mgr Fellon…

    • pamino says:

      Je présume que vous vouliez dire ‹good-bye›. Votre etymologie (que les anglophones ont tout à fait oubliée) est correcte, mais votre orthographe est shocking en ce qu‘il montre ce qui était décemment voilé (cf. « Thou shalt not take the name of the Lord, thy God, ín vain. »).

  5. Oui, A.F. et Guy de la Croix:
    excellente nouvelle!
    Deo gratias et Mariae!

  6. champoiseau says:

    « On ne dîne pas avec le diable ».!

  7. Serviteur says:

    Combien d’abrutis vont applaudir de nouveau le supérieur de la FSSPX sans considération de ce que ce refus signifie réellement ? C’est à dire l’échec au projet de ralliement. Il y en a qui sont doués pour se tirer une balle dans le pied là-haut. Le souci c’est qu’en bas, on finit par en rire. Et cela n’est jamais bon signe.

    La vieille technique de la valse est toute frippée et toute ridée, mais ils s’en trouvent toujours pour lui trouver une beauté « essentielle ». On n’est pas sortis de l’auberge…

    Quant à monsieur l’abbé de la Rocque, je ne vois pas ce qu’il y a d’héroïque, quand le besoin de véritables prêtres catholique semble complètement ignoré par une pointure qui rappelait encore il y a peu, le sens de la véritable obéissance. Incohérence, incohérence quand tu nous tiens…

    • Maxime Labole says:

      Plus personne n’applaudit Mgr Fellay, si ce n’est le dernier carré des libéraux méchants et acharnés qui cherchent à sauver leur place. Tout le monde voit bien les incohérences de cet évêque qui dit tout et son contraire, sans vergogne, dont le mensonge et la vengeance sont les seules armes qui reste à son gouvernement despotique et malhonnête.

      Face à cela, les 7 doyens ont su répondre de façon ferme et catholique à l’œuvre subversive de Mgr Fellay notamment sur l’affaire des mariages. L’abbé de la Rocque obéit : mieux, cette obéissance est un sacrifice. Le besoin de véritable prêtres catholiques se fait aussi ressentir aux Philippines : il servira là-bas. Il associe l’apostolat ordinaire au sacrifice : la fécondité sera forcément au RDV, au grand dam des libéraux de Menzingen.

      • vous dites n’importe quoi c’est affligeant!!!

      • Fabrice says:

        Son obéissance un sacrifice ?!
        Comme si être muté aux Philippines était une punition !
        On n’est pas prêtre pour se reposer tranquillement dans une « bonne » place pour le salut des âmes…

        • pamino says:

          1) Vous avez raison, mais 2) c’était bien une punition et en même temps le moyen de neutraliser un adversaire redoutable.

          • Fabrice says:

            Alors mea culpa : je ne savais pas que Mgr Fellay avait dit qu’il punissait l’abbé de la Rocque en l’envoyant aux Philippines.
            En tout cas, pour l’abbé Couture qui y a passé de longues années (et qui y est encore ?), ce n’était pas une punition.
            Mgr Fellay sait ce qu’il fait, il connaît ses prêtres. Et l’abbé de la Roque doit certainement y voir une grâce de Dieu. Donc dites-moi pourquoi polémiquer sur cette mutation ?

  8. Pierre says:

    Te Deum laudamus?
    Bravo à l’abbé Roy pour son analyse de ce nouvel échec de Mgr Fellay qui vient de prendre une deuxième » baffe pontificale ». A quand la troisième ?
    Lire l’article de Canada Fidèle : https://canadafidele.com/2017/07/01/te-deum-laudamus/

    • Il faut avoir l’esprit mal tourné pour y voir « une baffe pontificale ». Regardez plus haut, puis soyez plus vertueux, à défaut d’être surnaturel.

  9. Pierre says:

    La Congrégation pour le doctrine de la foi a eu communication de la lettre des 7 doyens 48 heures avant sa réunion du 10 mai.
    Les conséquences ont été immédiates : compte tenu de l’opposition majoritaire à Mgr Fellay, le cardinal Muller a préféré faire semblant de mettre des conditions inacceptables afin de faire croire que c’est Rome qui a freiné.
    Ce n’est pas Rome, ni Mgr Fellay, c’est la lettre courageuse des sept doyens qui a enrayé la machine infernale.
    Merci à eux et aux courageueses communautés amies soumises à un chantage permanent…qui ne marche plus.

    • Hélène says:

      Cher Pierre, vous avez bien vu, je crois. Les doyens et les communautés amies de Morgon, Mérigny et Bellaigues, en n’acceptant pas de se taire, ont empêché pour cette fois encore un funeste ralliement.
      Merci à tous.

      • pamino says:

        ‹Bellaigue› ; ce n’est pas comme ‹Aigues-Mortes› ; je me suis renseigné sur place chez les moines ; les manuscrits des Cisterciens ont la graphie sans ‹s›, et la commune de Virlet s’est trompée avec son panneau.

  10. Saint-Plaix says:

    Rendons grâce à notre « saint père » dont l’extrémisme et le fanatisme ont conduit à rendre caduque la dangereuse tentative de séduction à laquelle – malgré les mises en garde des plus argumentées de nombre des cadres de la FSSPX – Mgr Fellay avait succombé, au risque assumé de faire éclater la catholicité demeurée fidèle à la tradition.
    Car ce risque d’éclatement était très grand!
    Aujourd’hui les choses sont à nouveau claires pour tous…*
    Sauf peut être pour Mgr Fellay qui devrait troquer sa place à la FSSPX contre un évêché ex partibus et un strapontin dans les instances vaticanes…
    Ce serait le plus grand service qu’il pourrait rendre aujourd’hui à la fraternité dont il est – hélas – toujours en charge…

    • pamino says:

      Hihi, d’accord, mais c’est « IN partibus [infidelium] », p. ex. en Turquie.

  11. Chouanne says:

    Merci à l’abbé de La Rocque qui accomplit sa sanction aux Philippines dans des conditions très défavorables sans chercher à quitter le navire mais au contraire en le purifiant par sa présence et son sacrifice, à ses sept confrères, à la fermeté des communautés amies, et à tous les autres prêtres qui sont régulièrement sanctionnés, pour un oui ou pour un non dés qu’ils manifestent leur fidélité à l’Eglise de toujours à travers l’oeuvre telle que l’a voulue Mgr Lefebvre.
    Décidément la l’oeuvre de Mgr Lefebvre résiste malgré ceux qui font tout pour la détruire à sa tête.

    Notre-Dame et son Fils, et Mgr Lefebvre, en cette année du centenaire de Fatima, envoient ce signe qui est peut-être celui d’une reconquête plus vaste.

    • Chouanne says:

      Peut-être que le chapitre de 2018 mettra fin à un « règne » trop long de Mgr Fellay.

  12. patate says:

    Bonne nouvelle
    mais veillons…

  13. Lionel (Paris) says:

    C’était prévisible, non seulement ces néo-protestants conciliaires ont une théologie différente de la nôtre, mais ce funeste concile a précisément été organisé dans le but d’éliminer l’Église Catholique… Ils ont même avoué dès le début « qu’ils voulaient substituer l’église œcuménique à l’Église Catholique qui devra disparaître »!… Jean Guitton l’a proclamé sur tous les toits.
    Mgr Fellay s’est tout simplement bercé d’illusions, les conciliaires l’ont roulé dans la farine; ils n’en sont pas à leur premier coup d’essai! ils ont déjà à plusieurs reprises agi de la sorte avec Mgr Lefebvre, mais en vain!… Bien qu’ils le prenaient pour un demeuré (je vois encore Jean XXIII l’humilier en public et le cardinal Liénard – son ordinant – éviter de le saluer), il n’ont pas réussi à le manipuler, il s’est montré plus malin qu’eux.
    Merci Mgr Lefebvre!

    • Lionel says:

      À l’attention de la rédaction
      Merci de bien vouloir supprimer ce doublon
      Avec mes excuses LD

  14. Lionel (Paris) says:

    C’était prévisible, non seulement ces néo-protestants conciliaires ont une théologie différente de la nôtre, mais ce funeste concile a précisément été organisé dans le but d’éliminer l’Église Catholique… Ils ont même avoué dès le début « qu’ils voulaient substituer l’église œcuménique à l’Église Catholique qui devra disparaître »!… Jean Guitton l’a proclamé sur tous les toits.
    Mgr Fellay s’est tout simplement bercé d’illusions, les conciliaires l’ont roulé dans la farine; ils n’en sont pas à leur premier coup d’essai! ils ont déjà à plusieurs reprises agi de la sorte avec Mgr Lefebvre, mais en vain!… Bien qu’ils le prenaient pour un demeuré (je vois encore Jean XXIII l’humilier en public et le cardinal Liénart – son ordinant – éviter de le saluer), ils n’ont pas réussi à le manipuler, il s’est montré plus malin qu’eux.
    Merci Mgr Lefebvre!

  15. gigibobo says:

    Pourquoi tant de haine envers Mgr Fellay, qui ne s’est « pas fait rouler dans la farine », mais qui a répondu à la demande du Pape de discuter avec lui ? Il est quand même normal qu’un fils de l’Eglise discute avec le Saint-Père lorsque celui-ci le lui demande.
    Ceux qui se sont fourré le doigt dans l’oeil, ce sont ceux qui ont crû un accord possible avec cette Rome là. Il n’y aura donc pas d’accord et c’est tant mieux !

    • Maxime Labole says:

      Personne ne reproche ici à Mgr Fellay d’avoir discuté avec le pape si cela avait été pour le ramener à la Tradition. Au lieu de cela, Mgr Fellay cherche des accommodements que lui-même a qualifié de suicide, il se tait sur les différents scandales (synode, Luther au Vatican, etc…), accepte de mettre les mariage de la Tradition sous la conception naturaliste et hédoniste du nouveau code etc…
      Mgr Fellay cherche un accord avec cette Rome apostate. C’est une trahison.

    • Lionel says:

      Je n’éprouve aucune haine envers Mgr Fellay, je constate seulement que les néo-protestants conciliaires l’ont mené en bateau de la même façon qu’ils ont procédé envers Mgr Lefebvre en son temps…
      Je crois que Mgr Fellay est une victime de leur machiavélisme.
      Ce sont des apostats, probablement francs-maçons, qui veulent la destruction de l’Église, c’est pourquoi ils s’en prennent en priorité à la Tradition et toujours plus à la sainte doctrine…
      D’ailleurs, ils méprisent depuis longtemps les messages de la Sainte Vierge à Fatima transmis par Sœur Lucie, ce qui est tout à fait révélateur!…

    • Pierre Varliat says:

      Je lis « à la file » tout un tas de commentaires, et je suis effaré de voir la haine très peu catholique de certains « défenseurs intégraux de la Doctrine »…
      Si certaines choses inquiètent, et qu’on craint que le Supérieur Général de la FSSPX (qui, soit dit en passant, dépasse de loin le nombril franchouillard) prenne une mauvaise décision, c’est dans la prière qu’on peut l’aider!
      En aucun cas l’insulte, la haine ne sauraient être catholiques. Reprenez-vous svp!
      Notre Saint Père le Pape reste le chef de la seule Église Catholique. Faire comme s’il ne l’était pas est aussi erroné que de nier les problèmes gravissimes de la crise. Alors oui, comme évêque catholique, Mgr Fellay se doit de répondre aux appels. Et la situation de désobéissance forcée dans laquelle nous nous trouvons devrait chaque jour nous faire pleurer. Je trouve désolante l’attitude de révolte de nombreux commentaires: cet esprit n’a rien de catholique!!!

  16. Serviteur says:

    Oui Maxime. Est, est, non, non. Mgr Fellay s’est totalement décrédibilisé. C’est une catastrophe quoiqu’il arrive, pour le principe d’autorité qu’il est le premier responsable d’avoir cassé dans ses rangs. C’est grave, c’est très grave.

    Quant à ce refus de Rome de continuer pour le moment (les petits malins), Mgr Fellay reste RESTE responsable de la cohue actuelle. Il a montré son vrai visage, celui d’un libéral, et tombe sous le coup des sanctions ecclésiastiques prévues par tous les papes antilibéraux d’avant cet ersatz de Concile.

    Malheureusement, qui peut aujourd’hui l’écarter, sinon le chapitre dont les membres ont été nommés précisément par lui ?

    Mais bon, rien n’est impossible à Dieu. La preuve, il a suscité la création de la SAJM de Mgr Faure à Avrillé. Et là-bas, c’est parfaitement catholique, et les prêtres font de l’apostolat dès les premières années de formation… Dans les rues de Nantes… En soutane… Et ils étudie la doctrine politique et sociale de l’Église de manière plus approfondie qu’à Écône ou Flavigny, conformément aux souhaits de Mgr Lefebvre…

    Vive Dieu, vive Notre-Dame, vive la France !

  17. DUFIT THIERRY says:

    Simple remarque : les supérieurs de la Fraternité St Pie X ne pratiquent pas un dangereux tango avec Rome. Tout comme Mgr Lefebvre ils maintiennent des contacts et des discussions avec Rome car la Fraternité St Pie X est catholique romaine (Mgr Lefebvre insistait beaucoup sur le caractère romain de la Fraternité). Maintenant vu les conditions mises par le cardinal Muller il est bien évident que les supérieurs de la Fraternité St Pie X ne les accepteront pas pour obtenir une quelconque reconnaissance canonique. Je rappelle que la suppression de la Fraternité St Pie X en 1975 fut entachée d’illégalité.

  18. François says:

    Mgr Müller a dit non au projet d’accord pour les mêmes raisons que Benoît XVI : il privilégie l’acceptation préalable de la doctrine de Vatican II sur la pastorale de la réconciliation.

    Le Pape François ne fais pas grand cas de la doctrine ( c’est un euphémisme) et ne l’a pas renouvelé dans ses fonctions à la CDF pour cette raison.

    Mgr Müller est remplacé par :

    « Mgr Luis Francisco Ladaria Ferrer, fut lui aussi appelé par Benoît XVI qui le nomma secrétaire de la CDF en 2008. Le jésuite espagnol, très au fait du dossier lefebvriste, pourrait d’ailleurs être au cœur des prochaines étapes du retour de la Fraternité sacerdotale Saint Pie-X dans le giron de Rome

    Il est probable que le nouveau promu sera plus conciliant et favorisera la ligne pastorale du Pape François avec pour objectif un accord low cost….

    Entretemps les autorités de la FSSPX font le ménage en débarquant les irréductibles opposants au ralliement:

    la prochaine tentative verra un alignement probablement des planètes…

  19. Serviteur says:

    Il faut aussi avoir conscience que, depuis Vatican II, le nombre des « ordinations » annuelles dans l’Église conciliaire descend de manière vertigineuse. Les besoins de clercs dans les campagnes de France par exemple, sont urgents. Beaucoup de vieux « prêtres » conciliaires ont parfois, et même souvent, plus de 10 paroisses à gérer, ce qui est énorme et contraire à toute stabilité.

    François est un pragmatique, il l’a démontré dès son arrivée à la chaire de Pierre. Or j’ai vu que le statut qui « serait » « accordé » à la FSSPX est une prélature personnelle.

    Je me suis donc renseigné sur ce à quoi sert la prélature personnelle. Il s’agit de conférer à un évêque sans diocèse, une juridiction ordinaire sur ses prêtres, mais dans le but de venir renforcer les effectifs des diocèses au cas par cas et à la demande. C’est prévu dans le Code de Droit canonique de 1983, je l’y ai lu.

    Cette prélature prend appui, dans les textes, sur un des documents issus de Vatican II.

    Ainsi, on envisage facilement les conséquences en cas de signatures bilatérales. 600 prêtres forment actuellement la FSSPX de par le monde, et la « couverture de réseau » de ces prêtres est, en France, proportionnellement supérieure aux prêtres incardinés diocésains.

    Ce serait donc une manne pour un pape dont les éléments « coincent » de plus en plus. Les évêques délèguent l’administration des sacrements à des laïcs, surtout à des femmes la plupart du temps, et ces dernières ont pris la fâcheuse habitude depuis les années 60 d’annuler et remplacer l’action de monsieur le curé au point de devenir ingouvernables. En-effet, les évêques de France, que ce soit par pragmatisme coupable ou par idéologie sacrilège, ne tiennent pas compte des remontées de leurs prêtres qui se plaignent du laisser-aller général.

    Les évêques les plus simples et honnêtes, sur le plan humain seulement, ne savent plus quoi faire car ils subissent des effets idéologiques 50 ans après.

    La charité étant par définition le service de Dieu dans une action donnée, les prêtres de la FSSPX qui sont déjà disposés à bosser en local avec les diocèses, verront dans la désolation des diocèses conciliaires une opportunité de charité, quand il ne s’agira que d’une « générosité » mal orientée, toute humaine.

    Le vrai problème consiste donc à reprendre, pour les catholiques les plus sagaces, les définitions essentielles, au moins sur les mots qui reviennent actuellement dans toutes les bouches :

    autorité.
    charité.
    obéissance.
    légalité et légitimité.
    état de nécessité (avec les canons correspondants)
    juridiction extraordinaire ou de suppléance
    apostolat.
    subsidiarité.
    etc…

    Pour les plus intéressés d’entre vous, vous trouverez dans la collection de l’Encyclopédie de la Foi (éditions CLOVIS), les 4 tomes concernant la vie de l’Église et les définitions de plus de 300 mots, dans leur acception ecclésiologique.

    Les titres sont : Le Dogme, La Morale, La Grâce, La Liturgie.

    Ces éditions sont récentes, mais le texte même de l’Encyclopédie de la Foi est largement antérieur à Vatican II, puisque ce sont les Frères des Écoles Chrétiennes (fondées par saint Jean-Baptiste de la Salle) qui l’ont rédigée.

    C’est d’une clarté, d’une limpidité et d’une précision réelles, pour toute âme de bonne volonté qui a compris que le plus grand jeu qui se jour derrière ce ralliement obstiné, est un combat sémantique et révolutionnaire en premier lieu, mais qui mène à l’apostasie en conséquence.

  20. cadoudal says:

     » Pierre Varliat: Notre Saint Père le Pape reste le chef de la seule Église Catholique. Faire comme s’il ne l’était pas est aussi erroné que de nier les problèmes gravissimes de la crise. »

    personnellement , je souhaite l’ élimination immédiate de l ‘intrus Bergoglio

    cet homme qui va prier à la Mosquée bleue d’ Istanbul devant 200 journalistes, tête tournée vers La Mecque;

    qui déclare « il n’y a pas de Dieu catholique » ( entretien avec la Reppublica)

    qui déclare que chacun définit le Bien et le Mal.

    qui propose Luther à la vénération des fidèles au Vatican

    c’est le comportement et le langage d’un ennemi de la vraie Foi .

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com