cardinal_pie1Né en 1815, prêtre en 1839, évêque de Poitiers le 28 septembre 1849, cardinal le 12 mai 1879, Louis-François-Désiré-Édouard Pie est mort à Poitiers le 18 mai 1880.

Pourquoi s’intéresser plus particulièrement à quelques homélies du cardinal Pie ?

Parce que « dans la pléiade d’hommes vraiment remarquables qui illustrèrent la religion au cours du siècle qui vient de finir, nul assurément n’était plus digne des honneurs du centenaire que le grand évêque que fut le cardinal Pie ; nul dont le souvenir pût être ravivé avec plus d’à propos et de profit ; nul dont les gestes, les œuvres, les écrits nous puissent plus sûrement guider à travers les ténèbres de l’heure présente, au milieu de l’atonie, du désarroi, de l’incroyable confusion d’idées qui semblent décidément en être la très particulière caractéristique. »1

Mgr Pie a vécu à une époque agitée où il fallait non seulement faire la guerre aux impies, aux républicains et aux francs-maçons mais aussi contredire les catholiques libéraux qui prétendaient pouvoir vénérer le Bon Dieu tout en respectant le diable. Pour Mgr Pie la vérité est intolérante. On ne peut pas aspirer à l’ordre et flatter l’anarchie sans être l’homme des concessions à perpétuité et sans être infidèle à Dieu.

C’est ainsi que Mgr Pie s’est opposé à l’archevêque de Paris, Mgr Sibour, qui jugeait trop romain l’Univers, le journal du très catholique Louis Veuillot.

C’est ainsi que Mgr Pie s’est opposé à l’évêque d’Orléans, Mgr Dupanloup, qui avec les libéraux de l’Avenir, admit que l’on invoquât, en faveur de l’Église, le droit commun et que l’on ne revendiquât pas intégralement ses privilèges de société divine… Apôtre du Syllabus de Pie IX, Mgr Pie fut le plus terrible adversaire du naturalisme politique érigé en dogme par les temps modernes avec la complicité d’une « école sincèrement croyante mais qui se met en cela d’accord avec la société déchristianisée »… Les homélies qui suivent le montreront.

C’est ainsi que Mgr Pie fit, devant ses prêtres, la critique du travail de Mgr Maret, “Du concile général et de la paix religieuse”, ouvrage dont il dira à l’auteur lui-même qu’il appelait les plus graves censures théologiques.

C’est ainsi que Mgr Pie, l’un des vingt-quatre membres de la commission de la doctrine et de la foi au concile du Vatican, s’opposa à Mgr Darboy sur la question de l’infaillibilité pontificale.

Sur de multiples questions, celle du gallicanisme, celle de la liturgie romaine, celle de l’attitude de l’Église face aux principes et à l’esprit nés de la Révolution… il fut le défenseur le plus résolu des droits de Dieu.

C’est pourquoi le salut national et social et le triomphe de l’Église lui semblaient ne pouvoir venir que de l’avènement du comte de Chambord. Toutes les autres solutions lui paraissaient bâtardes et dangereuses. Le comte de Chambord, c’était la monarchie de droit divin et, par conséquent, c’était Dieu rétabli dans ses droits.

Après le coup d’État et la proclamation de l’Empire, il ne salua pas, comme bon nombre de ses collègues de l’épiscopat français, en Napoléon III, l’espoir de l’Église. L’évêque de Poitiers, lors d’un entretien avec l’empereur Napoléon III, le 15 mars 1856, fit la seule chose qu’il savait faire : dire la vérité :

« … ni la Restauration ni vous, n’avez fait pour Dieu ce qu’il fallait faire, parce que ni l’un ni l’autre vous n’avez renié les principes de la Révolution dont vous combattez cependant les conséquences pratiques, parce que l’Evangile social dont s’inspire l’Etat est encore la déclaration des droits de l’homme, laquelle n’est autre chose, Sire, que la négation formelle des droits de Dieu. Or c’est le droit de Dieu de commander aux Etats comme aux individus. … Partout où Jésus-Christ n’exerce pas ce règne, il y a désordre et décadence. Or, j’ai le droit de vous dire qu’Il ne règne pas parmi nous et que notre Constitution n’est pas, loin de là, celle d’un Etat chrétien et catholique. … Le moment n’est pas venu pour Jésus-Christ de régner ? eh bien ! Alors le moment n’est pas venu pour les gouvernements de durer ».

Sa Lettre pastorale du 22 février 1861, où Napoléon III était comparé à Pilate, lui valut quelques tribulations…

Voilà en quelques traits l’imposante physionomie du très humble et très lucide cardinal qui était tout entier possédé par l’idée « de combattre partout cette substitution sacrilège de l’homme à Dieu, qui est le crime capital des temps modernes »

Très humble car totalement soumis à l’amour de la vérité sans aucune compromission avec l’erreur. L’illusion de tenter une réconciliation de Bélial avec le Christ n’a jamais effleuré ce prince de l’Eglise.

Très lucide car il écrivait à un ami :

« Je ne sais pas ce que verront les enfants de vos enfants, et j’aperçois des signes très graves qui peuvent faire craindre la décadence universelle avant la fin de l’autre siècle. Mais j’aperçois en même temps les éléments d’une phase temporaire de prospérité pour le christianisme. Ce sera assez court peut-être, parce que le mal a pris sur plusieurs points un empire qui ne sera jamais totalement détruit […]. Mon cher ami, si Dieu vous accorde vie, nous reparlerons de tout cela dans deux ou trois ans, et nous verrons qui de vous ou de moi aura le plus modifié ses sentiments à l’école des faits. »2

Ses sermons, discours, entretiens, instructions synodales, lettres pastorales ont été réunis et publiés en 1887 en neuf volumes. Parmi cet immense ensemble rempli de chefs d’œuvre, nous livrons aujourd’hui deux perles qui n’en font qu’une : une méditation et une contemplation sur l’esprit chrétien pour établir le règne de Dieu selon les enseignements du Notre Père.

Abbé O. Rioult

1 Discours du cardinal Billot pour “Le centenaire de la naissance du cardinal Pie”, Bulletin Catholique du diocésain de Montauban Nos 40 et 40 des samedis 2 et 9 octobre 1915

2 Histoire du cardinal Pie, par Mgr Baunard, Livre III, Chapitre II : Condamnation de la politique sacrilège – 1860.

“Le chrétien au combat” • 104 pages • format 12×18 cm • 8 € + port 3 €
Bon de commande à retourner avec votre chèque à l’ordre de :
Olivier RIOULT – Ermitage Saint Agobard
64130 Charritte -de-bas

cardinal_pie2

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

9 commentaires

  1. Patricia says:

    « … modifier ses sentiments à l’école des faits. »
    Si je puis me permettre : comme c’est bien dit!
    Je ne connais pas les écrits de cet évêque et je ne manquerai pas d’en prendre connaissance.
    Il nous faudrait des religieux et des gens comme lui, maintenant.

    • François ALLINE says:

      On en trouve Patricia : Chez les Salafistes, même à l’E.I. et sa succursale Daesh. entre autres déséquilibrés (Les Hindouistes comme les Bouddhistes reprennent aussi du poil de la bête)
      Comme disait Malraux : Le 21ème siècle sera religieux ou ne sera pas »
      Allah Akbar…!!!

      • Patricia says:

        Je ne comprends pas vos propos. Pourriez vous être plus explicite, svp.
        Je ne cherche pas les polémiques… Je n’ai pas le temps ni le goût à cela, d’autant plus du fait de mon chemin de vie et de mon âge. Le temps m’est précieux.

        Je cherche la vérité et la sagesse du Bon-Dieu… Là dessus, je suis incorruptible : rien au monde ne me fera dévier du droit chemin et, de plus : je n’ai pas peur.

        En ce moment, je mets mon attention sur notre Héritage religieux Catholique ; en un mot notre Tradition Religieuse et Spirituelle qui est l’un des principaux piliers avec la Pensée Grecque ainsi que l’imaginaire celte, de notre magnifique civilisation qui est en grand danger de disparition.
        Ceci, du fait des plans machiavéliques de certaines communautés et autres plans mondiaux, etc. et du formatage nihiliste que nous avons subit depuis plus de 3 siècles afin de nous réduire en esclavage et en sous-être.
        Donc, je m’intéresse maintenant en priorité et avec discernement à nos Anciens, ceux de chez nous auxquels je n’ai pas eu accès car n’étant pas d’un environnement traditionnel. Je m’intéresse à tous ceux qui nous ont précédé sur le chemin de la foi… et j’y découvre des perles et des enseignements très éclairants pour ce qui me concerne.
        Ces gens sont remarquables car ils n’ont pas fait de compromis et ont défendu la foi et la Réalité jusqu’au bout de leur vie. C’est surprenant et je ne le savais pas.
        La foi c’est l’adhésion de son intelligence aux Révélations du Christ.
        Je me suis intéressée aux Védas et à la vraie sagesse de l’Inde Ancienne qui n’est pas une religion et qui préconise expressément de retourner à ses racines ancestrales et ses fondements… et entre autre à sa spiritualité.
        Vous savez, je pratique une méditation depuis plus de 36 ans, alors, j’ai l’expérience de la transcendance et je sais reconnaître Le Chemin qui mène au Salut. Et, je peux l’affirmer ici avec raison et preuves à l’appui que :
        – « Le Seigneur est Le Chemin, la vérité, la vie. »

      • Patricia says:

        Après relecture de votre commentaire… et après avoir déjeuné : Je me suis demandée pourquoi j’ai pris le temps de vous répondre si longuement, avec justifications à la clé! Je ne le ferai plus… inutile de me faire d’autres commentaires aussi stupides.
        Je peux vous dire que vous devriez aller déverser vos absurdités sur un autre site… La plupart des gens qui interviennent ici sont sérieux, honnêtes, y compris sur le plan intellectuel et spirituel où il est question non seulement de la foi en Christ mais aussi de la raison…. car la foi n’exclue pas la raison, vous devriez approfondir vos connaissances là-dessus, car manifestement vous avez de grosses lacunes.
        Ici, nous ne sommes pas chez les Evangélistes, ou d’autres sectes où l’on y fait beaucoup de bruit avec des expressions spectaculaires…
        Non, ici, il y a des personnes dignes de respect qui cherchent à éclairer et à approfondir leur foi en Christ. Et à décrypter les informations… car nous savons tous qu’il y a désinformation dans les médias du système.
        Me conseiller d’aller du côté de E.L. etc
        Il vous faut changer de lunettes. Vous avez un problème avec Le Réel, semble-t’il! Et vous me prenez pour une indigente culturelle et spirituelle?! Qu’ai-je à faire avec ces gens-là : EL, etc?!
        – Il y a erreur sur le constat, François Alline.
        Voilà qui est dit! Inutile de perdre votre temps et le mien : à essayer de me titiller avec des considérations navrantes… et hors de propos. Vous n’avez donc rien d’autre à faire de constructif pour votre vie et celle des autres?! Je ne vous répondrais plus.
        Allez donc vous procurer une bonne éditions des Evangiles pour commencer… vous l’ouvrez et vous prenez le temps de lire le texte avec intelligence et ouverture d’esprit… et ensuite vous pourrez peut-être mêler votre grain de sel aux commentaires des autres personnes.
        Vous apprendrez que « Le Bon Dieu est Amour certes mais est aussi Vérité. »
        A bon entendeur, Salut et bon vent! Comme on dit par chez nous.

      • François ALLINE says:

        Patricia, vos deux réponses où vous m’expliquez que vous n’avez pas de temps à perdre en me conseillant de passer mon chemin en parlant d’ouverture d’esprit sont un vrai régal.
        Je crois profondément à la parole du Christ. Beaucoup moins à celle de l’église.
        Mes 10 années en pensionnat catho dont deux au petit séminaire m’ont éclairées sur la bêtise humaine.
        Je ne vais donc pas polémiquer sur vos post quelque peu contradictoire. Je suis content pour vous que vous ayez trouvé la foi, mais un conseil :
        GARDEZ LES YEUX OUVERTS

        • Patricia says:

          Ah, bon! C’est cela que vous vouliez me dire!. Il faut aller au plus simple avec moi.
          Vous m’avez quelque peu mise en colère (juste un peu!) car je n’arrivais pas à vous suivre dans ce que vous ennonciez.
          Donc, vous avez un compte à régler avec l’Institution, si je comprends bien, ce que vous dites! La vie en Pension n’est pas facile pour certaines personnes. C’est un fait aussi qu’il faut restaurer tout en Jésus-Christ. Il faut conserver l’essence de ce qui est mais tout restaurer. Ce qui n’a évidemment rien à voir avec le modernisme…
          On ne va pas mettre des enfants dans des vieux bâtiments humides et sans un confort nécessaire à la vie actuelle. De même, il faut veiller à l’équilibre de la vie des enfants et susciter en eux le meilleur d’eux-mêmes. Leur donner le goût d’apprendre et la joie d’éveiller son esprit.
          J’ai des idées là-dessus… mais, je n’ai jamais pu les développer du fait que je n’ai pas eu de poste dans le monde de l’Education. J’ai dû les effrayer avec mon esprit un peu rétro et pourtant enthousiaste!
          Mon défunt époux aussi a fait de la Pension chez les frères… par contre, il a aimé être au petit séminaire car on lui faisait plus confiance, du fait qu’il avait pris la responsabilité de vivre une vie plus spirituelle.
          Chacun a son témoignage en fonction de ses expériences personnelles , là-dessus, me semble-t’il!
          De toutes façons, il me semble aussi que cela fait longtemps que notre Tradition religieuse est décadente… bien avant Vatican2 qui a officialisé cette réalité. Là, maintenant : c’est visible!
          Comme je le dis : j’ai retrouvé ma religion d’enfance et c’est une grâce que le Bon-Dieu m’a fait… car j’ai cherché longtemps avec une certaine persévérance, je vous l’assure!
          Bref, tout cela me procure une joie profonde et une grande sécurité intérieure. Je peux dire que j’en suis plus heureuse, maintenant.

          Et puis, j’y découvre des trésors : une Tradition qui m’est légitime, bien sûr. Des écrits de Saints, enfin tout un univers cohérent qui se fond dans l’essence même de notre cher vieux Pays. Et pour ce qui me concerne, c’est très important.
          Nous devons retourner à nos origines, avec une conscience neuve, bien sûr… sinon nous allons disparaître dans le magma du mondialisme et sa folie ambiante. Non, Merci!
          Il faut être atteint d’une cécité de l’intelligence pour ne pas le voir et le comprendre.
          Bref, je vous prie de m’excuser de ma vivacité! Je ne voulais pas vous manquer de respect… je voulais vous indiquer quelques lectures afin d’y voir plus clair. De fait, je me rends compte que je dois me garder d’être trop spontanée ; demeurer prudente… et demander des explications. Ce qui évite des malentendus et des complications.
          Oh, Oui! Je garde les yeux ouverts! J’allais dire : j’ai aussi une ligne directe avec Jésus et la Sainte-Vierge.
          Bonne continuation.
          Cordialement.

    • Si vous voulez connaître cet évêque, sachez que ses œuvres complètes sont rééditées aux éditions Saint-Remi : http://saint-remi.fr/fr/35-livres#/filtre_auteur-pie
      Cordialement.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com