lgbt-UE-MPI

Nils Muižnieks est commissaire aux droits de l’homme au Conseil de l’Europe depuis janvier 2012. Ce letton né aux Etats-Unis avait auparavant présidé la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance de 2010 à 2012.

Parfait prototype de la pensée unique formatée au nouvel ordre sexuel mondial, Nils Muižnieks a signé une déclaration en faveur de la reconnaissance des personnes « intersexes »…

Logo_of_the_Council_of_Europe_Commissioner_for_Human_Rights-mpi

Le 1er mars, Clayton Morris, présentateur sur la chaîne de télévision américaine Fox News, a dû s’excuser d’avoir fait des commentaires « bêtes et stupides » au sujet de la possibilité désormais offerte aux utilisateurs de Facebook de se définir comme intersexe sur leur profil. Le présentateur avait tourné en dérision l’initiative du réseau social et, au cours de la même émission, le terme « intersexe » avait fait l’objet de propos dénigrants. (…)

Les enfants intersexes, leurs parents et leurs familles ont besoin de conseils et d’un soutien adéquats, comme l’a notamment souligné l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Ces informations et services ne devraient pas être proposés uniquement par des professionnels du secteur médicosocial, mais aussi par les acteurs de la société civile qui défendent les personnes intersexes. Il est également nécessaire de mieux former le personnel des services sanitaires et sociaux sur les questions d’intersexualité et sur leurs conséquences pour les droits de l’homme.

Reconnaissance juridique

(…) En Allemagne, la rubrique du certificat de naissance consacrée au sexe de l’enfant comporte depuis novembre 2013 une troisième option, autre que « féminin » et « masculin ». (…)

intersex-mpi

Sensibilisation et réforme législative

Il est nécessaire de mener des actions de sensibilisation à la situation des personnes intersexes dans la société et de développer la collecte de données sur la discrimination et les préjugés dont elles sont victimes dans leur vie quotidienne, y compris à l’âge adulte. La réforme de la loi sur la protection contre la discrimination fondée sur le sexe qui a été menée l’an dernier en Australie a permis de faire figurer explicitement l’intersexualité parmi les éléments qui ne doivent pas être des motifs de discrimination. Interdire ainsi la discrimination fondée sur l’intersexualité est un bon moyen de favoriser l’égalité des personnes intersexes.

J’encourage vivement les gouvernements des pays européens à examiner leur législation et leurs pratiques médicales afin de repérer les lacunes dans la protection des personnes intersexes et de prendre les mesures nécessaires pour les combler. Les responsables politiques devraient associer à ces efforts les acteurs de la société civile qui défendent les personnes intersexes, tels que OII Europe (ndlr : l’Organisation Internationale des Intersexes) et ILGA-Europe (ndlr : International Lesbian and Gay Association, organisme subventionné par l’UE).  (…) Les personnes intersexes doivent bénéficier d’une reconnaissance juridique pleine et entière dès la naissance. Il faudrait aussi que ces personnes puissent modifier plus facilement leur classification en fonction du sexe ou du genre pour qu’elle corresponde véritablement à leur choix.

Nils Muižnieks

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. marc Sorede says:

    formidable..c’est vrai, ça manquait à la panoplie…
    après les Gays, les Lesbiennes, les « bis », les « trans », voilà maintenant les « inters »…
    il était en effet essentiel dans notre société d’aider ces pauvres gens qui doivent pouvoir enfin choisir le sexe ou le genre (?)qui leur conviennent…
    on dira donc désormais les L-G-B-T-I (ça sonne bien, ça fait un peu voiture boostée).
    bon, à part ça, moi je suis marié, j’aime ma femme et mes enfants, je n’ai pas encore envisagé d’être bi, trans, inter-truc-bidule, je ne porte pas de jupe, et ma femme refuse absolument de se faire greffer une barbe pour remporter un concours de chanson..c’est grave docteur?

  2. Bruit says:

    Initialement, on ne choisi pas d’etre intersexué, on nait intersexué.
    L’hermaphrodisme, c’est 1 individu sur 4000 à la naissance.
    Il est parfois plus judicieux de ne pas opérer systématiquement les bébés intersexués dès la naissance, (et effectivement en France, on choisi jusqu’à présent d’opérer systématiquement).
    L’Allemagne connaît une évolution majeure en reconnaissant aussi un troisième genre pour les bébés qui naissent intersexués. Cela laisse aux parents du temps pour choisir l’opération la plus adaptée pour déterminer le sexe de leur enfant.

    La Suisse représente le pays le plus avancé pour les droits des intersexes. Un moratoire contre les opérations systématiques à la naissance des bébés intersexués a été mis en place par les médecins. Ils suivent un traitement par hormones — réversible et moins traumatisant qu’une opération— et sont classifiés comme « fille » ou « garçon » sans que cette catégorie soit figée. Jusqu’à leurs 18 ans, les enfants intersexués ont le temps de la réflexion pour se faire opérer et choisir leur sexe… Ou d’ailleurs, ne pas choisir l’opération et rester tels qu’ils sont.

    Ca évite d’avoir des gamins qui une fois arrivée à la puberté, se retrouvent dans le « mauvais corps » ou avec le « mauvais sexe » à cause du choix arbitraire de leur parents et/ou du corps médical.

    Et comme ces gamins représentent une réalité, ils n’ont pas à demeurer dans un vide juridique.

  3. Françoise says:

    @ Bruit, vous avez raison. L’intersexualité à la naissance est très rare mais cela existe et doit être traitée sans discrimination avec humanité et respect, sans opération traumatisante imposée à des bébés, faute de quoi devenues ados ou adultes ces personnes seraient réduites au désespoir. La France devrait évoluer comme la Suisse. Les cas doivent être étudiés et résolus à la lumière des Evangiles même s’ils ne disent pas grand-chose ou rien sur cette réalité.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com