Le secrétaire général de la conférence épiscopale italienne, Mgr Nunzio Galantino, qui n’aime pas ceux qui vont prier le Rosaire devant les avortoirs, qui n’a pas été du combat contre le « mariage pour tous » en Italie mais qui défend ardemment l’accueil inconditionnel des clandestins qui débarquent en Europe, vient de refaire une déclaration d’amour débordant envers les « migrants » au cours de la présentation de la Journée mondiale du migrant et du réfugié qui sera célébrée, selon la volonté de François, dimanche prochain, ces Journées mondiales étant devenues les nouvelles fêtes humanistes de l’Église conciliaire, qui unissent dans un immense sentiment d’amour fraternel l’humanité tout entière…

Après la révolte violente d’immigrés africains qui ont saccagé le centre d’accueil de Cona la semaine dernière, le gouvernement italien, mesurant enfin, un tout petit peu, le danger de cette invasion incontrôlée, a décidé de multiplier les Centres d’identification et d’expulsion afin de favoriser, même si c’est bien faiblement, le retour au pays des faux demandeurs d’asile. Cette décision ne plaît pas du tout à ces ecclésiastiques bien-pensants, fiers promoteurs d’une immigration invasive ! Mgr Nunzio Galantino a dit « Non » en leur nom à ces centres

« s’ils continuent, a-t-il dit, à être de fait des lieux de rétention et de réclusion. »

Il partage a-t-il continué

« le non ferme du monde ecclésial et de la solidarité sociale en plus de celui des juristes engagés depuis des années dans la tutelle et la promotion des migrants. »

Il a dit

« Non » aussi « aux formes de fermeture des voies légales pour entrer dans notre pays qui sont entrain de générer un peuple d’irrégulier qui alimente l’exploitation, le travail au noir, la violence. » Et « Non » « à l’investissement dans la vente d’armes plutôt que dans la coopération au développement, aux accords internationaux pour des rapatriements, aux couloirs humanitaires. »

Pour cet évêque transformé en assistante sociale pour migrants il faut

« apprendre à voir Dieu dans les migrants que tous veulent chasser. »

Il a dit

« Oui » en revanche à « une loi qui donnerait rapidement la citoyenneté aux mineurs qui ont fini le premier cycle scolaire, pour élargir la participation, cœur de la démocratie, et favoriser des processus d’intégration et d’inclusion. » « Oui à une loi qui tutelle les mineurs non accompagnés.» « Oui à l’identification des migrants avant tout pour un accueil attentif à la diversité des personnes et des histoires. » « Oui à un accueil diffus, dans toutes les communes italiennes, des migrants obligés à fuir des situations dramatiques. » Et un dernier « oui » « à un titre de séjour comme protection humanitaire ou comme protection sociale aux jeunes hommes et femmes qui sont depuis un an dans les centres de premier accueil, ont débuté un parcours de scolarisation ou se sont rendus disponibles pour des travaux socialement utiles (…) mais aussi à ceux qui ont un handicap ou un trauma grave, ou sont en fuite à cause d’un désastre environnemental ou du terrorisme. »

Mgr Galatino s’est fait le chantre de l’immigration-invasion, du Grand Remplacement et du brassage ethnique tant dans les centres urbains que dans l’Italie des campagnes. Il est un parfait petit François. Comme lui il travaille vaillamment « au suicide de la civilisation chrétienne » pour reprendre un titre de Laurent Dandrieu…

Pour le plus grand malaise des catholiques lucides…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 commentaires

  1. « cet évêque transformé en assistante sociale pour migrants »
    Ô Saint Empire Romain de nation italienne, que d’abus sont commis en ton nom !

  2. Le pauvre, il y a une probabilité non-négligeable qu’il soit égorgé par ses « protégés » quand tout pétera. Les musulmans n’aiment pas les carpettes quand elles ne leur sont plus utiles.

    • « Le pauvre, il y a une probabilité non négligeable qu’il soit égorgé par ses “protégés” » non il apostasiera la foi catholique millénaire par « charité » catholique conciliaire. L’apostasie de la foi catholique millénaire devient un acte de charité chrétienne conciliaire lorsqu’elle sauve « la culture de rencontre », qui est la « charité » bien ordonnée selon Vatican II voir DIGNITATIS HUMANAE et NOSTRA AETATE et soutenu par ce pape François qui dit que le « prosélytisme est une bêtise » et partant on peut conclure : que le martyre des Saints Martyrs devient quasi satanique puisqu’il lutte contre la « charité de rencontre » en allant annoncé Jésus Christ comme l’unique chemin, l’unique vérité, l’unique vie. Par contre les musulmans aiment les carpettes, ils prient sur ce qui les ressemblent. Ils sont la carpette du diable puisqu’ils ne reconnaissent pas Jésus. Voir Saint Jean Epître 1 chap 2 22 Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils.

      23 Quiconque nie le Fils, n’a pas non plus le Père ; celui qui confesse le Fils, a aussi le Père.


  3. Soupape says:

    Les Chefs des Etats d’où viennent ces « migrants »
    ne pourraient-ils employer chez eux,
    les chômeurs qu’ils nous exportent ?

    Le Pape n’aurait-il jamais pensé à cette solution ?
    Il pourrait utiliser son « poids moral » pour la faire valoir !

    Réponse : il ne peut pas ne pas y avoir pensé,
    mais il ne VEUT pas y penser. .

  4. Etienne says:

    Comme italien, il a un droit de vote.
    Sur l’expulsion éventuelle de clandestins violents, il peut en causer mais il n’a aucune décision à prendre.
    Comme citoyen européen, je peux aussi lui demander qu’il coupe son klaxon.

  5. balaninu says:

    « pour le plus grand malaise…. » et pour son malheur, s’il ne change pas très vite de direction !!!!!!

  6. Gauvain says:

    « Ces évêques, archevêques et patriarches oecuménistes, nos « pères », qui passent leur temps à montrer de l’amour à tous pourvu qu’ils n’appartiennent pas à leur troupeau me font penser à d’autres pères assez communs de nos jours comme ceux-ci :

    Ces gouvernants qui font de beaux discours, d’une haute tenue morale (avec l’admiration de « tous ») donnant la leçon à leurs concitoyens en leur reprochant leur crispation identitaire, leur repliement sur soi, leur manque d’ouverture, de tolérance, etc. quand ceux-ci souhaiteraient tout simplement que l’on s’occupe aussi – si ce n’est d’abord – de leurs problèmes de fin de mois, de l’insécurité dans laquelle ils vivent réellement (et non pas dans leurs fantasmes) et de leur incertitude quant à leur propre devenir et celui de leurs enfants. Ces « dirigeants » ne connaissent évidemment rien de la vie réelle de leurs administrés, ils vivent dans un cercle auto-reproducteur qui parcourt le monde, se congratulant les uns les autres, vivant avec des privilèges que l’on croyait abolis, une vie de luxe avec domestiques dans les lambris dorés de l’Ancien Régime. Le peuple se rend bien compte qu’il ne compte que pour fournir les votes nécessaires à un moment donné pour la réussite de leur carrière. Alors le peuple se révolte quelquefois en votant autrement avec un calme apparent, quelquefois en se révoltant violemment et alors le « pouvoir » envoie sa police pour mater de plus en plus brutalement la rébellion.  »

    https://orthodoxe-ordinaire.blogspot.fr/2017/01/quelle-sorte-de-peres-sont-nos-eveques.html

  7. Anne Lys says:

    Il y a bien entendu à prendre et à laisser dans le discours immigrationniste de Mgr Galantino : aider ceux des migrants réellement « obligés à fuir des situations dramatiques » est effectivement une obligation qui s’impose à tout Chrétien.

    Malheureusement son message ne s’arrête pas là. Il relaie de son autorité épiscopale « le non ferme du monde ecclésial et de la solidarité sociale, en plus de celui des juristes engagés depuis des années dans la tutelle et la promotion des migrants », lequel « Non » s’oppose non seulement à la négligence ou à l’égoïsme de ceux qui ne voudraient pas s’acquitter de ce devoir alors qu’ils le peuvent, mais à toute action qui éviterait aux contribuables italiens et européens d’avoir à prendre en charge de très nombreux jeunes hommes qui ne sont nullement « obligés à fuir des situations dramatiques » mais qui ont préféré consacrer leurs ressources, non à une activité dans leur pays qui aurait aidé leurs compatriotes à obtenir un meilleur niveau de vie, mais à payer des passeurs pour venir dans cette Europe considérée comme un Eldorado où ils vivraient mieux sans rien faire que chez eux en travaillant.

    C’est pourquoi ils s’opposent à toute expulsion de migrant, même n’ayant aucun titre à bénéficier du droit d’asile, et s’opposent même à toute loi qui permettrait de discerner entre les « réfugiés » fuyant un réel danger et les « migrants » désireux de bénéficier de la générosité des pays européens.

    Ils s’opposent aussi à toute sanction contre les « migrants » qui commettent en Italie des actes de vandalisme ou autres délits, migrants dans lesquels, comme dans les vrais réfugiés, ils veulent « voir Dieu », les excusant par le fait qu’ils n’obtiennent pas tout ce dont ils ont rêvé. Et bien entendu, l’assistance qu’ils souhaitent leur voir apporter ne suffisant pas à ce rêve, ils exigent que les gouvernements accordent l’asile définitif à tous ceux qui le demanderont avec assez de persistance, pour peu qu’ils aient « débuté un parcours de scolarisation ou se so[ie]nt rendus disponibles pour des travaux socialement utiles. » Et l’on peut parier que les Mgr Galantino et tutti quanti témoigneront volontiers en faveur de tous les « migrants », affirmant qu’ils remplissent cette condition …

    Je me demande d’ailleurs par quelle autorité Mgr Galantino peut parler au nom du « du monde ecclésial et de la solidarité sociale », sans parler des « juristes », c’est-à-dire des avocats spécialisés qui s’enrichissent sur le dos des migrants en question pour lesquels ils plaident inlassablement. Ce n’est pas parce qu’il est évêque d’un unique diocèse (nous ignorons quelle est la position du clergé et des fidèles de ce diocèse, d’ailleurs : le suivent-ils comme un seul homme ?) qu’il est mandaté pour parler au nom « du monde ecclésial ». Et nul ne l’a mandaté dans le « monde de la solidarité sociale », pour la bonne raison que nul de ceux qui sont dans ce « monde » n’a autorité pour mandater qui que ce soit pour parler au nom de tous.

  8. Raiford says:

    Personne n’a l’air de comprendre que que beaucoup d’évêques n’enseignent plus la doctrine du Christ, mais la doctrine maçonnique…
    Il ne faut pas chercher d’autres explications ou arguments.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

27,10 % récoltés 30.618 € manquants

11382 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 30.618 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com