Le secrétaire général de la conférence épiscopale italienne, Mgr Nunzio Galantino, qui n’aime pas ceux qui vont prier le Rosaire devant les avortoirs, qui n’a pas été du combat contre le « mariage pour tous » en Italie mais qui défend ardemment l’accueil inconditionnel des clandestins qui débarquent en Europe, vient de refaire une déclaration d’amour débordant envers les « migrants » au cours de la présentation de la Journée mondiale du migrant et du réfugié qui sera célébrée, selon la volonté de François, dimanche prochain, ces Journées mondiales étant devenues les nouvelles fêtes humanistes de l’Église conciliaire, qui unissent dans un immense sentiment d’amour fraternel l’humanité tout entière…

Après la révolte violente d’immigrés africains qui ont saccagé le centre d’accueil de Cona la semaine dernière, le gouvernement italien, mesurant enfin, un tout petit peu, le danger de cette invasion incontrôlée, a décidé de multiplier les Centres d’identification et d’expulsion afin de favoriser, même si c’est bien faiblement, le retour au pays des faux demandeurs d’asile. Cette décision ne plaît pas du tout à ces ecclésiastiques bien-pensants, fiers promoteurs d’une immigration invasive ! Mgr Nunzio Galantino a dit « Non » en leur nom à ces centres

« s’ils continuent, a-t-il dit, à être de fait des lieux de rétention et de réclusion. »

Il partage a-t-il continué

« le non ferme du monde ecclésial et de la solidarité sociale en plus de celui des juristes engagés depuis des années dans la tutelle et la promotion des migrants. »

Il a dit

« Non » aussi « aux formes de fermeture des voies légales pour entrer dans notre pays qui sont entrain de générer un peuple d’irrégulier qui alimente l’exploitation, le travail au noir, la violence. » Et « Non » « à l’investissement dans la vente d’armes plutôt que dans la coopération au développement, aux accords internationaux pour des rapatriements, aux couloirs humanitaires. »

Pour cet évêque transformé en assistante sociale pour migrants il faut

« apprendre à voir Dieu dans les migrants que tous veulent chasser. »

Il a dit

« Oui » en revanche à « une loi qui donnerait rapidement la citoyenneté aux mineurs qui ont fini le premier cycle scolaire, pour élargir la participation, cœur de la démocratie, et favoriser des processus d’intégration et d’inclusion. » « Oui à une loi qui tutelle les mineurs non accompagnés.» « Oui à l’identification des migrants avant tout pour un accueil attentif à la diversité des personnes et des histoires. » « Oui à un accueil diffus, dans toutes les communes italiennes, des migrants obligés à fuir des situations dramatiques. » Et un dernier « oui » « à un titre de séjour comme protection humanitaire ou comme protection sociale aux jeunes hommes et femmes qui sont depuis un an dans les centres de premier accueil, ont débuté un parcours de scolarisation ou se sont rendus disponibles pour des travaux socialement utiles (…) mais aussi à ceux qui ont un handicap ou un trauma grave, ou sont en fuite à cause d’un désastre environnemental ou du terrorisme. »

Mgr Galatino s’est fait le chantre de l’immigration-invasion, du Grand Remplacement et du brassage ethnique tant dans les centres urbains que dans l’Italie des campagnes. Il est un parfait petit François. Comme lui il travaille vaillamment « au suicide de la civilisation chrétienne » pour reprendre un titre de Laurent Dandrieu…

Pour le plus grand malaise des catholiques lucides…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :