Abstraction faite du dogme du réchauffement climatique auquel il se soumet et qu’il veut imposer aux catholiques, le pape François lors de la conférence de presse dans l’avion qui le ramenait à Rome a axé à nouveau sa conversation avec les journalistes sur le thème des migrants. Ils sont véritablement le centre de ses préoccupations pastorales ! Il a réitéré ses appels génériques et répétitifs à l’intégration, à l’accueil, à l’ouverture, fondés d’une part sur un sentiment de culpabilité mal placé envers l’Afrique qu’il impose à l’Européen, c’est-à-dire à l’homme blanc, et sur un sentimentalisme exacerbé alimentant une générosité imprudente.

« Je sens le devoir d’exprimer ma gratitude à l’Italie et à la Grèce qui ont ouvert le cœur aux migrants, mais il ne suffit pas d’ouvrir le cœur »

a-t-il expliqué en invitant ensuite « l’humanité » à prendre conscience des « lagers » qui se trouvent en Libye et des conditions dans lesquelles les migrants « vivent dans le désert ».

« Alors, intime-t-il, il faut un cœur toujours ouvert, de la prudence, l’intégration et la proximité humanitaire ».

« Recevoir les migrants est un commandements de Dieu »

affirme-t-il encore péremptoirement. Jean-Paul II avait rajouté 5 mystères lumineux au Rosaire de Notre-Dame, le pape François laissera à la postérité de nouveaux dogmes et commandements divins. En une après-midi, il impose au Credo un nouvel article de foi, « je crois au réchauffement climatique », et un 11e commandement aux tables de la loi : « je recevrais les migrants » !

Avec François, c’est le ravalement de façade assuré. Après lui, le visage de l’Église aura un tout autre aspect selon ses souhaits : la nouvelle Église issue du concile aura fait sa mue définitive, de catholique il ne restera que des vertus chrétiennes devenues complètement folles.

Le pape François s’affiche, une nouvelle fois, dans son rôle de moderne croisé de la cause des migrants et de l’accueil inconditionnel. L’habit blanc de souverain pontife du pape « noir » lui sert à relayer les préceptes humanitaristes immigrophiles inconséquents, à vendre l’illusion d’un monde melting-pot bisounours tout en favorisant le « remplacement ethnique et religieux » du Vieux Continent. Sa mission primordiale semble être de transformer le monde selon les idéaux mondialistes.

Le pape d’Amérique latine, toujours sur cette question des droits des migrants, n’a pas manqué d’attaquer son rival d’Amérique du Nord, Donald Trump, pour avoir supprimé la norme qui protège les enfants d’immigrés arrivés clandestinement aux États-Unis, le fameux programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals), mis en place sous l’administration Obama et permettant aux jeunes arrivés illégalement dans le pays quand ils étaient mineurs de régulariser leur situation.

« J’ai su de cette loi. Je ne la connais pas bien mais arracher quelqu’un à sa famille n’apporte rien de bon, ni pour les jeunes, ni pour la famille»,

a-t-il estimé.

«J’ai cru comprendre que cette loi ne venait pas du Parlement, mais de l’exécutif, et si c’est le cas, je suis sûr qu’il y a de l’espoir qu’on y repense un peu»,

a-t-il ajouté. Faisant preuve de plus de diplomatie envers Trump que d’habitude, mais qui pourrait être une certaine fourberie, il a précisé :

«J’ai entendu le président des États-Unis parler: il se présente comme un homme pro-vie. S’il est un bon pro-vie, il comprend que la famille est le berceau de la vie et qu’il faut en défendre l’unité ».

Beau discours sur la famille qui sert cependant en priorité les intérêts de l’immigration clandestine et des migrants en général. Le pape François ne s’est-il pas décrit lui-même comme « un po furbo » ! Les fameux « dreamers » pour bénéficier du programme DACA doivent en effet avoir au moins 15 ans. Ce sont donc des adolescents, ou de jeunes adultes, souvent déjà indépendants de leurs parents et non des jeunes enfants comme le pape le laisse entendre.

Quoi qu’il en soit, c’est de toute façon une décision de politique intérieure qui regarde les intérêts spécifiques du peuple américain auquel Trump doit songer avant les droits des étrangers, charité bien ordonnée commence par soi-même dit l’adage  :

« Nous devons nous rappeler que les jeunes Américains ont aussi des rêves »,

avait indiqué d’ailleurs le président américain il y a une semaine.

« Notre plus grande priorité en réformant le système d’immigration doit être d’améliorer les emplois, les salaires et la sécurité des travailleurs américains et de leurs familles »

avait-il précisé tout en affirmant

« Pour moi, c’est l’un des sujets les plus difficiles qui soit ».

Francesca de Villasmundo  

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

11 commentaires

  1. C’est curieux : plus les églises se vident et plus les médias accordent de l’importance au pape.

  2. Paul-Emic says:

    il vient de se défoncer dans sa papamobile, il devrait considérer cela comme un avertissement divin et sans frais.

  3. Dans le désert de Libye (c’est une prochaine destination), le pape (?) François chemine à côté d’un éléphant.
    Voilà qu’il se retourne et s’arrête. Il reprend sa route. La main devant la bouche, il réfléchit très profondément et puis, le regard torve, il dit à l’éléphant : « As-tu vu toute la poussière que je soulève ? »

    • Je vous ferai remarquer que Bergoglio est gros comme un éléphant..

  4. luciferg says:

    Ce pape ,un agent onusien et Sorosien, certainement grassement payé, pour son fructueux boulot d’achèvement de la civilisation judéo-chrétienne, en s’activant pour l’invasion de l’Europe. Chrétiens ! allez-vous accepter cela longtemps ???

  5. hathoriti says:

    Deutéronome : L’Eternel dit (à Israël ) « n’amène pas l’étranger chez toi, car tu deviendras un étranger dans ta propre maison ». La parabole du bon samaritain ne dit pas autre chose…mais bergoglio doit préférer le coran…

  6. Question Dieu connaît Il le pape François ?
    Dieu est dit « ne pas connaître » une personne quand il n’approuve pas ses actes (ex : par exemple il « ne connaît pas » les vierges folles [Mt 25, 12].). L’application en acte prônée par ce pape François sur son exhortation apostolique Amoris Lætitia est en désaccord avec la parole du Christ relatant la volonté de son Père. Aussi Dieu ne peut approuvé en acte l’exhortation apostolique Amoris Lætitia et par conséquent l’exhortation elle-même. Selon ma conclusion : Dieu ne connaît pas le pape François et moi non plus.

  7. Le pape n’a pas encore compris que l’Islam est une religion anti-Christ. Il fait comme beaucoup de religieux, il oblige à l’accueil de l’étranger du fait que cela est bien écrit dans l’Ancien Testament. Mais sur ce sujet, il n’a pas compris qu’en hébreu il y a trois termes pour désigner l’étranger:
    Le premier term est « ger ». Ce terme désigne l’étranger qui veut s’intégrer a peuple qui l’accueille. Cet étranger veut se naturaliser, se fondre dans le peuple accueillant.
    Le Zar est l’étranger au groupe mais pas forcément étranger au peuple.
    Ne Nokri est l’étranger qui ne veut en aucun cas s’assimiler au peuple chez qui il vit momentanément. Cet étranger a, selon la Bible le risque de se faire éliminer physiquement du fait qu’il ne veut pas des traditions et coutumes du peuple accueillant.
    Les musulmans se comportent totalement comme les nokrym.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com