fidel-castroFidel Castro, qui a été fidèle à l’oppression et à la dictature communiste, est mort.

Dans ce monde où les valeurs sont inversées, où le bien devient mal et le mal est un bien, il a reçu un hommage international mais aussi pontifical. Le dictateur communiste, l’oppresseur des pauvres et de l’Église catholique, le tyran sanguinaire a eu droit aux louanges bergogliennes. Le monde à l’envers et l’envers de la vérité !

Le pape François s’est empressé, à l’annonce du décès, d’écrire une lettre de condoléances où il témoigne de sa douleur à Raoul Castro, le frère de Fidel :

« En apprenant la triste nouvelle de la disparition de votre cher frère, l’excellentissime signor Fidel Alejandro Castro Ruz, ex-président du Conseil d’État et du gouvernement de la République de Cuba, je fais part de mes sentiments de douleur à Votre excellence et aux autres familiers du défunt dignitaire, ainsi qu’au gouvernement et au peuple de la nation bien-aimée. »

Il assure également Raoul Castro de ses prières au Seigneur pour le repos de Fidel et confie tout le peuple cubain à la maternelle intercession de Notre Dame de la Charité de Cobre, patronne du pays.

Bien qu’il faille certainement, pour le Vatican, respecter un protocole diplomatique, la bien-pensance de François dans cette lettre n’a vraiment pas de limites : il en arrive à pleurer la mort d’un tyran communiste sanguinaire ! Attitude publique qui manifeste une adéquation de Jorge Maria Bergoglio avec la pensée unique planétaire qui impose une image idyllique de l’idéologie prolétarienne socialo-marxiste, symbole mensonger de la délivrance des pauvres, qu’elle ne fait pourtant qu’opprimer encore davantage : les cadavres qui jonchent la route des révolutionnaires rouges sont là pour démontrer l’échec des idéaux pseudo-humanistes de l’Internationale socialiste, version cubaine ou soviétique. Cadavres que François, porté par cette illusion d’affranchissement révolutionnaire au profit des plus pauvres, ne voit pas !

Cependant un chœur de voix dissonantes dans ce chorus des bien-pensants, faux philantropes et vrais socialistes, s’est levé : celui des exilés, des fugitifs, du petit peuple catholique, des boat-people cubains, des opposants au dictateur communiste qui ont fêté joyeusement, dans le monde entier, sa mort comme une délivrance !

La mort de Castro n’a pas seulement déchaînée la sempiternel rhétorique de circonstances, les louanges abusives et scandaleuses envers le Lider maximo et la révolution cubaine, les éloges des conformistes à la mémoire courte dominée par le politiquement correct soumis à la propagande gauchiste. Il y a aussi ceux qui se souviennent de ce dont tout le monde est au courant mais qu’on feint d’ignorer : c’était un dictateur terrible, il a opprimé son peuple, il a réprimé dans le sang les révoltes et les oppositions, il a incarcéré les adversaires…

« Mort Fidel Castro, un dictateur en moins. La pitié chrétienne est pour tous. Mais avec tous les morts qu’il avait sur la conscience, je ne pleure pas. Liberté »

a commenté froidement Matteo Salvini chef du parti identitaire italien, La ligue du Nord.

Francesco Storace, autre membre de la droite identitaire et anticommuniste italienne y va aussi de son commentaire lucide :

« Je m’en fiche de la mort d’un assassin comme Fidel Castro. »

« Fidel Castro, est mort. C’était un dictateur et un tyran. Une pensée pour les femmes et les hommes qui ont été contraints à cause de lui et de son régime à la prison, à la mort, à l’exil, « coupables » seulement d’être des dissidents politiques ou religieux »

écrit le député italien des Conservateurs et Réformateurs Daniele Capezzone.

Donald Trump également a rappelé la vérité sur Fidel Castro :

« Aujourd’hui disparaît un dictateur brutal qui a opprimé son peuple pendant presque six décennies. Pendant que Cuba reste une île totalitaire, j’ai l’espoir que la journée d’aujourd’hui soit le début de son éloignement des horreurs supportées trop longtemps et d’un futur dans lequel le magnifique peuple cubain puisse vivre finalement dans la liberté qu’il mérite. Bien que les tragédies, les morts et la douleur causées par Fidel Castro ne peuvent être effacées, notre administration fera tout son possible pour garantir au peuple cubain qu’il puisse finalement commencer son chemin vers la prospérité et la liberté. Je m’unis aux nombreux américo-cubains qui m’ont tellement soutenu pendant ma campagne. »

Ces commentaires lucides qui proclament la vérité brute sur la tyrannie castriste sont aux antipodes « des sentiments de douleur » du pape François dont la tristesse  affichée et affirmée apparaît comme une offense et une indifférence envers  les victimes de Fidel Castro !

Fidel Castro est mort… et c’est tant mieux pour le peuple cubain, nous le disons haut et fort !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

13 commentaires

  1. Richard says:

    Ce Pape là est vraiment une infamie. Mais, cela ne m’étonne pas de la part d’un ancien marxiste, d’après ce que l’on dit.

  2. Castro est mort ( Fidel ) , vive Castro ( Raul ) !……
    Bref , cette sinistre ordure aux dizaines de milliers de morts sur la conscience ( en avait-il une au moins ?…..) est crevée ( à 90 ans tout de même !….) , mais la dictature communiste est toujours en place .
    ça n »a pas l’air de gêner outre mesure les pleureuses officielles de la Pensée Unique , dont le papa est une figure emblématique !

  3. Mad-Max says:

    Que Jorge se rassure , ils se retrouveront .
    Je ne sais si dans ce lieu , les visites « amicales » sont bien vues .
    Faut se renseigner , on y cultive plutôt la haine à ce qui se dit !

  4. Théodore says:

    Mort d’un dictateur, Michel Onfray revient sur la disparition de Fidel Castro :

    https://www.youtube.com/watch?v=cjIh726R8sw

  5. Geneviève says:

    Il faut aussi rappeler les milliers, millions ?, de bébés avortés, parfois tués après leur naissance de manière atroce, et par conséquent la persécution de tous ceux qui voulaient défendre la vie.
    Le Dr Oscar Biscet a passé près de 12 ans en prison, avec isolement et tortures, parce qu’il est resté ferme dans son intention de défendre la vie de l’enfant à naître et a dénoncé les atrocités commises dans les hôpitaux cubains.
    voir :
    http://www.medias-presse.info/dr-oscar-elias-biscet-etre-pro-vie-a-cuba-ma-valu-des-annees-de-torture-je-ne-regrette-rien/54901/amp/

    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2016/05/cuba-prisonnier-et-tortur%C3%A9-pendant-12-ans-parce-que-pro-vie.html

  6. Patricia says:

    Je me réjouis pour les cubains ; les voilà délivrés de cet être malfaisant.
    L »étau se dessert pour eux… ce fut long!
    Souhaitons leur un avenir meilleur où la vraie vie retrouve ses droits.
    C’est un soulagement pour eux. C’est certain.
    Comment peut-on exprimer des sentiments de tristesse pour un homme qui fut un tyran pour son Peuple?
    C’est une contre-vérité.

  7. Le nombre de personnes qu’a fait assassiner Fidel Castro est dérisoire par rapport aux millions d’innocents qu’ont fait assassiner les dirigeants étasuniens aux quatre coins du monde entre 1959 et 2016. Je vous invite à lire l’hommage virulent à Fidel Castro rédigé par Chantal Dupille :

    « Fidel Castro, les chiens de garde et les Cubains » :

    http://reseauinternational.net/fidel-castro-les-chiens-de-garde-et-les-cubains/

  8. Ne pas tomber dans le piège de la bonne bien-pensance. Il n’y a que les bovins qui n’ont rien compris à la tyrannie du communisme du Leader maximo cubain. Pour l’Eglise le communisme était déclaré intrinsèquement mauvais. Hélas le pape François l’ oublié, tout comme oublié aussi les millions de victimes de cette dictature de gauche. Je ne comprends pas, vraiment pas.

  9. À mon avis ces déclarations sont le fruit de la diplomatie; ça n’a aucune signification…

    • Etienne says:

      Comme réponse diplomatique…
      « En apprenant la triste nouvelle de la disparition de votre cher frère, l’excellentissime signor Fidel Alejandro Castro Ruz, ex-président du Conseil d’État et du gouvernement de la République de Cuba, je fais part de mes sentiments de douleur à Votre excellence et aux autres familiers du défunt dignitaire, ainsi qu’au gouvernement et au peuple de la nation bien-aimée. »
      Le pape pouvait (devait) limiter les frais. Ses « sentiments de douleur » pouvaient se limiter à des « condoléances sincères ».
      Malheureusement, on peut croire que les propos utilisés décrivent la personnalité et la pensée du pontife. Ce berger – pour reprendre son expression à lui – ne porte pas l’odeur de ses brebis : il prend trop de temps à fréquenter les loups.

  10. Antoine says:

    Vive le papa François.

  11. « Je fais part de mes sentiments de douleurs », a écrit le Pape.
    Alors, pourquoi écrire « la douleur du Pape »..? C’est un faire part diplomatique, en tant que Chef d’Etat

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com