Nous retrouvons une petite dizaine de fois dans Médias Presse Infos le nom  de Craig Venter, un chercheur de très haut niveau dont les travaux sont expliqués dans mon ouvrage L’Ultime Trangression. Cet homme est une sorte de génie en génétique et en biologie. Son niveau est tel qu’il fonde le Craig Venter Institute. Il réussira à reconstituer un chromosome. C’est ce qui se nomme la biologie de synthèse. Mais surtout, en 2010, il détricote le génome d’un microbe appelé Mycoplasma Genitalium. Il reconstitue un autre microbe en récupérant 473 gènes. Le nom de ce nouveau microbe est Cynthia. Comme Dieu, il crée ainsi « une nouvelle espèce selon son espèce » comme il est écrit dans la Bible. Puis Venter va plus loin encore : il détermine les gènes basiques pour que la vie puisse exister. Immédiatement ce savant est récupéré par Google comme directeur scientifique.

 Un certain nombre d’associations et de groupes d’études mettent en garde mollement contre un risque de modification des écosystèmes par la bactérie synthétique Cynthia. Or il se présente que ce microorganisme se nourrit de pétrole. A la même époque, une plateforme du nom de Deepwater Horizon explose dans le golfe du Mexique déversant des millions de barils de pétrole couvrant 150.000 kilomètres carrés d’une marée noire. La bactérie est répandue sur la nappe de pétrole. Une boîte de Pandore est ouverte et c’est un nouveau Frankenstein qui est libéré.

La suite est racontée par le site Neo basé à Moscou et spécialisé dans la géopolitique. Le titre de l’article est le suivant : Cynthia: la bactérie synthétique est devenue sauvage. Situation effarante soigneusement dissimulée à l’opinion publique. La bactérie est devenue carnivore par mutation et a commencé à s’attaquer aux baleines et aux poissons qui par dizaines de milliers seront retrouvés morts sur les rivages de la Louisiane puis au-delà. Des milliers d’oiseaux de même mourront. De plus le monstre libéré a commencé à s’attaquer aux hommes. 128 employés de la British Petroléum (BP) se voient atteints d’une maladie inconnue. Bien sûr ces informations sont cachées à l’opinion publique. De plus un certain degré de contagions se ferait aussi par l’intermédiaire de la pluie. La bactérie elle-même pénètre par la peau et libère une toxine qui glisse entre les muscles pour les détruire. Le nom technique médical est celui de fasciite nécrosante. Un nageur de 35 ans s’est vu infecté : il en est mort. Des personnes ont été amputées, parfois de plusieurs membres La contagion se fait par de petites blessures ou l’ingestion de produits de la mer. Mais on voit aussi apparaître des lésions de la peau et des affections respiratoires.

Toute la question est de savoir si le Gulf Stream ne va pas drainer ce microbe vers les côtes de l’Europe ; ce qui pourrait détruire la grande partie de l’industrie touristique et de l’écosystème . En outre, il est évoqué aussi la possibilité de transmission de Cynthia aux animaux domestiques comme la volaille, voire aux plantes. Ce serait alors l’apocalypse. Références :New Eastern Outlook http://journal-neo.org/2016/09/14/cynthia-the-flesh-eating-s/. ou sur Google Flesh eating bacteria.

Quoi qu’il en soit du futur de cette affaire, il est évident que se pose une question très grave : celle des apprentis sorciers. On sait que chaque année depuis 13 ans se déroule à Boston la Compétition internationale de machines génétiquement modifiées (IGEM) ; en pratique la génétique de synthèse qui a vu naître Cynthia. On y voit des étudiants un peu inventifs qui par équipes et en toute tranquillité, bidouillent des microbes ou modifient des organismes. Il y a alors vraiment lieu d’être inquiet quant à l’avenir de l’Humanité si rien n’est fait pour les encadrer sérieusement. Quant à Cynthia ?

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

14 commentaires

  1. MCF68 says:

    Scientifiquement parlant je n’ai encore rien lu sur la dangerosité de Cynthia. Mais il y a quelques temps des chercheurs aux Pays-Bas avait crée une version modifié du H5N1 (grippe aviaire). C’était devenu le virus le plus dangereux du monde. Au point que la communauté scientifique s’était interrogé lourdement sur l’opportunité de rendre public le détail de ces travaux, au risque qu’ils tombent entre de très mauvaises mains.

  2. Paul-Emic says:

    Il va falloir commencer à dézinguer les savants fous, le précepte selon lequel « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » est chaque jour plus vrai.

  3. Horace says:

    Les bactéries étant quasiment indestructibles, nous voilà biens servi par « nos amis américains » comme se plaisent à le dire nos ministres atlantistes. Nos parents ont connu le nazisme, nous avons connu le communisme, nos enfants affrontent le djihadisme et nos petits enfants ???? Toute ma vie, je fus emmerdé par les américains.

    • Très intéressant, merci !

      « le microbisme est une doctrine fataliste monstrueuse, puisqu’il suppose qu’à l’origine des choses, Dieu aurait créé les germes des microbes destinés à nous rendre malade. »

  4. Jean-Pierre Dickes says:

    Bravo on y va ! J’avais les références en anglais et apparemment vous les avez trouvé en français. Si j’avais trouvé celles-ci en français cela aurait facilité ma tâche. Ceci dit j’avais vu le cas de la fille en bikini ; mais il n’apparaît pas clairement que Cynthia soit concerné par son état. Ce pourrait-être un autre microbe.
    Rest à savoir ce qu’il en est actuellement et si nous allons récupérer le cadeau de Venter.

    • White Rabbit says:

      bonjour Docteur Dickes,
      Je suis surpris qu’en voulant demoncer les recherches du professeur Venter, vous relayer des informations fausses. le tout sans citer aucunes sources (si ce n’est l’article de NEO de l’année derniere qui est relayé par « stopmensonges » ce moi ci). Une simple recherche aurait pu vous permettre de comprendre que « Cynthia » (qui en fait s’écrit Synthia …. en reference a ses origines synthetiques) a vue le jour en 2010 … que cette derniere n’est en rien une « mangeuse de petrole » et encore moins une « mangeuse de chaire », qu’elle n’a pas été dispersée sur la marée noire en 2010 comme vous l’affirmez ni relâcher dans la nature comme vous l’affirmez encore.
      *** Les seules references qui évoques des bactéries en lien avec la marée noire de 2010 sont des articles et des etudes sur le travail des bactéries du milieu naturel et leur digestion du methane resultant de la maree noire
      https://www.theguardian.com/environment/2014/may/12/bp-oil-spill-methane-sea-microbe-cleanup https://www.theregister.co.uk/2011/01/07/deepwater_horizon_metane_bacteria/
      *** les seules references à des cas de fasciite necrosantes dans le golfe sont liées au micro organisme vibrio vulnificus (toujours pas de cynthia ou meme de bacterie non identifiée) (https://www.theguardian.com/us-news/2016/jul/04/flesh-eating-bacteria-vibrio-vulnificus-gulf-coast)
      *** Le seul lien entre les recherches de Venter, BP et le petrole sont évoquées dans cet article :
      http://www.nytimes.com/2010/09/05/business/05venter.html
      https://www.theregister.co.uk/2011/01/07/deepwater_horizon_metane_bacteria/
      c’est la possibilité a terme de créer un organise bacterie ou lague qui puisse produire du petrole artificiel.

      Alors arretons de raconter n’importe quoi !
      Dire que les travaux du docteur peuvent constituer un danger est logique et justifié, mais lié ca à la maree noire DEEPhoryzon et a des cas de fasciite nécrosante pour justifier votre propos tient du mensonge et de la manipulation (pas genetique celle la !)

      Merci de réviser votre article en y apportant les corrections necessaires.

  5. Jean-Pierre Dickes says:

    White Rabbit, j’ai bien écrit que l’image d’une femme ayant été amputée n’avait probablement pas de rapport avec la bactérie Cynthia.
    Je me suis inspiré du texte américain qu’un correspondant de MPI a déniché en Français.
    Il était d’ailleurs assez dramatique présentant comme inévitable l’arrivée de cette bactérie vers l’Europe.
    Par ailleurs sur Google il est donné des références à Flesh eating bacteria mentionnant effectivement Cynthia.
    De fait, dans deux de mes livres à propos de la synthèse de ce microbe, je mentionne le surnom de Synthia ; le nom exact est Mycoplasma Laboratorium. J’ai pensé que cela pouvait être une erreur de ma part ou du rédacteur de l’article.
    Même si cette nouvelle est un hoax, il n’en reste pas moins que le bricolage génétique de microbes à la portée de tous semble inquiétant. A fortiori depuis la découverte du CRISPR-Ca9. Modifier un gène est tout à fait dangereux ; ce qu’a d’ailleurs affirmé Jennifer Dudna, l’associée d’Emmanuelle Charpentier, inventeur de cette technique génétique. Ceci en raison de la relation existant entre les gènes. C’est comme un gigantesque jeu d’échec. Déplacer un seul pion peut faire perdre la partie. D’ailleurs Nick Bostrom qui dirige la chaire de futurologie à l’université d’Oxford a écrit il y a une bonne dizaine d’années que l’humanité avait une chance sur deux de disparaître en raison de la multiplication et la diffusion d’un organisme génétiquement modifié. L’article initial a le mérite de sensibiliser sur le sujet.

  6. Jean-Pierre Dickes says:

    J’ai oublié de vous dire. Vous tapez Cynthia bactérie. Vous allez trouver des dizaines de références en plusieurs langues sur cette affaire.

    • White Rabbit says:

      Dr Dickes,
      La recherche google que vous mentionnez n’aboutie que sur des articles qui ne sont que des « copié collé » de l’article de NEO de 2016, dans des langues différentes certe mais le contenu est le meme … Aucunes preuve… aucun element factuels … que des affirmations gratuites
      Je rappelle:
      1/ Synthia n’est pas une bactérie mangeuse de chaire
      2/ Synthia n’est pas une bactérie mangeuse de pétrole
      3/ Synthia n’a pas été déversée sur la marée noire de DeepWater
      4/ les cas reportés de fasciite nécrosantes dans le golf ne sont pas liés à Synthia mais à vibrio vulnificus
      5/ la seule mention des bactéries « mangeuses de petrole » et de la marée noire sont des article scientifiques parlant des bactéries marines (du biotope local) qui ont « digéré une grande partie du méthane de la marée noire »
      6/ la personne qui a écrit l’article originel « Jean Périer » est décrit comme « Jean Périer is an independent researcher and analyst and a renowned expert on the Near and Middle East, exclusively for the online magazine » …. bref en rien un spécialiste de medecine, ni de biologie … tout juste un « expert sur le proche et moyen orient » … un peu comme si mon boulanger redigait un article sur la physique des particules !

  7. On y va says:

    La patience est la vertu des forts …
    Dr Dickes , un baigneur dans les eaux du Golfe du Mexique .
    Son tatouage « Jésus est ma vie  » est une mise en garde à prendre au sérieux …

    http://m.20minutes.fr/monde/2080587-20170606-etats-unis-baigne-trop-vite-apres-tatouage-meurt-grave-infection

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

27,10 % récoltés 30.618 € manquants

11382 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 30.618 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com