Un lecteur nous transmet cette réflexion pleine de bon sens que nous croyons utile de porter à votre connaissance.

*******

Dans l’émission de TV Libertés, Terre de Missions n° 51, du 29 octobre dernier, l’abbé Claude BARTHE, explique qu’il a lui-même signé la « correctio filialis de haeresibus propagatis » avec plus de 235 notables catholiques. Cette correction filiale signée d’abord par 40 clercs et universitaires laïcs a été remise au pape François le 16 juillet dernier.

Elle décrit les positions hérétiques de l’encyclique Amoris Laetitia et met en cause son inspiration moderniste et luthérienne.

Ces nombreux notables s’élèvent contre la propagation de ces hérésies signées par le Pape François et, sans mettre en cause le principe de l’autorité pontificale, lui en demandent la correction.

Puis, le cardinal BURKE déclare par ailleurs qu’il n’est pas légitime d’assister à la messe sous la juridiction de la Fraternité st Pie X, car elle est en état de schisme.

Il est vrai que l’obéissance des sujets est requise à l’égard de leur chef, en vue de l’unité sociale et du bien commun. Et le catéchisme explique que l’obéissance est une vertu morale ordinaire (comme l’humilité, la douceur, la bénignité, la patience, etc) subordonnée au vertus morales cardinales (prudence, justice, force, tempérance), elles-mêmes subordonnées aux vertus théologales (foi, espérance, charité).

Pauvre laïc de 2ème classe, je me permets quatre constats après la déclaration du cardinal Burke :

–  comment une Fraternité qui reste attachée au Magistère multiséculaire de l’Eglise et respectueuse de l’autorité pontificale, peut-elle être schismatique ?

–  l’obéissance à l’autorité n’implique pas l’adhésion à l’hérésie (lire le Père Calmel sur la question de l’obéissance en temps de Révolution),

–  ce Prince de l’Eglise (éminent juriste puisqu’il a présidé la Signature Apostolique), considère que la désobéissance de la FSSPX à la révolution conciliaire (permise par Rome), est plus grave que la propagation d’hérésies par le Souverain Pontife.

–  le cardinal ne place-t-il pas ainsi l’obéissance au Souverain Pontife au-dessus du Dépôt sacré de la Foi ? La revendication de l’obéissance inconditionnelle à Rome n’annule-t-elle pas sa signature des « dubia » sur Amoris Laetitia ?

La Fraternité de la Transfiguration (Mérigny) remercie le cardinal de nous ouvrir les yeux sur le « conditionnement » des prélats conservateurs immunisant Vatican II de toute déviation moderniste.

 Je ne marche pas dans ces abus d’autorité habillés d’obéissance.

 Analogiquement, je ne marche pas plus dans ces abus aujourd’hui que je n’ai marché, vers les années 1960, dans l’habillage truqué de l’autodétermination : sous ce prétexte, les politiques ont abandonné de nombreux pays africains aux barbares révolutionnaires et activé la charia. On en mesure aujourd’hui les fruits empoisonnés.

 RD.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

16 commentaires

  1. Boutté says:

    Tenté de + e + de rejoindre une Eglise Orthodoxe si peu différente de la foi originelle .

  2. Le mantras, répété dans le Credo : « Je crois en l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique. » est devenu une injure à Dieu.

    • Courage, les Orthodoxes le disent aussi. (Seulement, après beaucoup d’analyse syntactique dans les deux langues et dans le latin même musicale, je crois que la bonne ponctuation du texte latin à ce point dans le texte est « Et unam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam confiteor, unum baptisma in remissionem peccatorum », ce qu’on peut très bien chanter sur les notes de l’archiconnu Credo III, si on n’obéit pas forcément aux indications de durée des notes ajoutées par les moines de Solesmes, au début du siècle passé, dans leurs éditions pratiques du Graduale Romanum, mais qui ne paraissent pas dans leur editio Vaticana, commandée par Pie X, qui en contient le texte officiel.)

  3. DUFIT THIERRY says:

    Pauvre cardinal Burke. Comment peut-il dire de telles âneries au sujet de la Fraternité St Pie X ? La Fraternité St Pie X est une œuvre d’Eglise et pas autre chose. Dès sa fondation –en règle canonique et supprimée en 1975 au mépris du droit canon- le vénéré Mgr Lefebvre affirmait que la FSSPX était liée à l’Eglise catholique et romaine. Méfions- nous de ces « conservateurs ». Le cardinal Gagnon en 1987 effectua une visite canonique de la FSSPX en faisant l’éloge de la Tradition. A son retour à Rome le ton changea et on ne sut jamais rien de son rapport dont même Mgr Lefebvre n’eut pas connaissance. Ce que l’on sait est que le cardinal Gagnon utilisa des renseignements donnés bien imprudemment par l’Abbé Aulagnier pour persécuter la Fraternité St Pie X.

  4. Cadoudal says:

    la nouvelle morale d’ Assise :

    obéir aveuglément aux intrus ( j’ ai entendu souvent cette chanson)

    ad contra :

    st Vincent de Lérins: être attaché à ce qui a été cru par tous, depuis le début et partout.

    à la Contre Réforme du Concile de Trente, à la messe de st Pie V.

    en conséquence , rejeter tous ceux qui soutiennent Assise et l’ Eglise talmudique de Vatican II.

  5. Daniel Daflon says:

    Le catholique de base n’a t-il pas le devoir d’être soumis au pape, quoique celui ci puisse faire ?
    Après tout, dans ce cas, lui seul est responsable devant Dieu et en supportera les éventuelles conséquences.
    N’y a t-il pas le risque de se retrouver opposant à Dieu en voulant bien faire ?
    N’oublions pas ce verset biblique : Dieu préfère l’obéissance au sacrifice ( I Samuel 15:22 ou I Pierre 2:13)
    En résumé le dilemme est le suivant :
    _Se rebeller contre l’autorité suprême de l’Eglise de Jésus parce que, manifestement, le pape trahi éhontément son mandat par son hérésie, ce qui, hélas, n’a pas été le seul cas dans l’Histoire.
    _ Se soumettre en espérant que Dieu interviendra au temps choisi par lui pour redresser les choses. Mais Dieu ne compte t-il pas sur chaque Chrétien pour défendre son Nom et son Eglise ?
    Ce second choix est évidemment plus « confortable » pour le chrétien qui n’a ici rien d’autre à faire qu’à suivre les directives papales comme un mouton en espérant que le berger ne le mène pas à abattoir.
    Mais même dans ce cas, son martyr lui vaudra la vie éternelle, ce qui est quand même le but essentiel.
    La décision personnelle à prendre par chaque chrétien, dans la situation sans précédent que vit l’Eglise catholique à cause des orientations anti chrétiennes de son chef et de ses lieutenants, risque fort de déterminer sa vie ou sa mort spirituelle future.
    C’est vraiment une situation cornélienne.

    • Ô cruel souvenir de [l]a gloire passée,
      Œuvre de tant de jours en un jour effacée …
      mais que dis-je ? Je peux aller à la messe traditionnelle et oublier tout cela, tout en ne fermant pas les yeux.

    • DUFIT THIERRY says:

      Le second choix du dilemme évoqué par M Daflon est celui que fit le cardinal Siri archevêque de Gênes. Le cardinal Siri défenseur de la Tradition au concile était bien conscient des dérives de Paul VI et de Jean-Paul II par la suite mais il plaçait l’obéissance au-dessus de tout. Que le cardinal Siri soit maintenant en paix auprès de Dieu car il a sans doute souffert de la situation de l’Eglise mais si on avait compté sur le cardinal Siri la Messe traditionnelle aurait disparu. Seul Mgr Lefebvre (et Mgr de Castro Mayer) a agi après le concile pour maintenir la Foi de toujours.

  6. cadoudal says:

    c’est la marque diabolique de la Révolution de Vatican II- Assise.

    elle se fait au nom de la sainte obéissance due au Vicaire du Christ.

    et personne n’ode déclarer que cet individu est un intrus depuis Vatican II .

    Mgr Lefebvre n’ a pas voulu aborder le problème trop difficile de l ‘illégitimité des intrus maçons du Vatican.

    • DUFIT THIERRY says:

      Il est vrai que Mgr Lefebvre n’a jamais été sédévacantiste. Il faut aussi se méfier des sédévacantistes. Le Père Barbara après avoir pendant plusieurs années soutenu Mgr Lefebvre devint brusquement sédévacantiste en 1980 et condamna tous ceux qui ne partageaient pas son opinion. Dans le sens inverse le Père de Blignières qui fut sédévacantiste décréta en 1987 que Dignitatis humanae était conforme à la Tradition et se rallia à la Rome conciliaire.

      • Les abbés Barbara et de Blignières, même combat : à négliger, c’est du temps perdu.

        • DUFIT THIERRY says:

          Pour être tout à fait juste le Père Barbara fut avec l’Abbé Coache , Mgr Ducaud-Bourget (et d’autres) l’un des premiers à s’opposer publiquement à la révolution conciliaire. Il a donc un certain mérite. Il organisa dans les années 70 avec l’Abbé Coache de grands pèlerinages à Rome (y compris sur la Place St Pierre) pour protester contre la destruction de l’Eglise opérée par Vatican II. Mais ensuite c’est vrai qu’à partir des années 80 il a mal tourné.

  7. Soupape says:

    A quoi reconnait-on les FAUX PROPHETES ?

    1 – Jésus nous a prévenu d’avance qu’on les reconnaitrait à leurs fruits !
    En cas de doute, ce qui est le cas,
    nous sommes donc INVITES à examiner leurs fruits.

    Donc, pas de fausse humilité.
    Même dans l’Evangile, il ne faut pas sortir les phrases de leur CONTEXTE.
    Sinon on lui fait dire n’importe quoi.

    2- Etant remarqué que L’Evangile de Saint Jean sur le Bon Pasteur
    (Jean, Chapitre 10, 1-19)
    nous décrit l’imposteur et le voleur de brebis
    comme (verset 1) « celui qui n’entre pas par la porte »
    « mais pénètre par une autre voie, celui-là est le voleur et le pillard » …
    (la porte étant Jésus, verset 7)

    3 – Il faut ajouter, à l’intention des fabulateurs « oecuménistes (occultes-ménistes) »,
    le verset 16 du même Chapitre 10 :

     » J’ai d’autres brebis encore,
     » qui ne sont pas de cet enclos ;
     » celles là aussi je dois les MENER ;
     » elles écouteront MA voix ;
     » et il n’y aura qu’UN SEUL troupeau.

    Or, Dégringoglio ne MENE pas les brebis : il les SUIT ;
    Il devrait, au moyen de la Foi, critiquer les « cultures » ;
    il fait l’inverse :
    il critique la Foi, à la « lumière » des « cultures » ;

    il ne fait pas prévaloir LA voix de Dieu, qu’il est chargé de faire valoir sur Terre :
    il veille à ce que tout le monde ait voix au chapitre,
    (sauf ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, à qui il refuse toutes explications) ;

    enfin, il n’a pas l’intention de faire UN SEUL troupeau,
    mais de faire cohabiter tout et son contraire ;

    D’une façon générale, il n’annonce pas le Dieu des Apôtres de Jésus-Christ,
    mais un dieu de « sa synthèse personnelle ».

    NB : la traduction française de l’Evangile est celle de la « Bible de Jérusalem » Edition 1954.

  8. Armand HAGE says:

    La question ne se pose même pas et aucun doute n’est permis. Il faut suivre et obéir à Dieu et non aux hommes qui le combattent et dénaturent son enseignement, fussent-il papes.

Laisser un commentaire

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com