Un lecteur nous transmet cette réflexion pleine de bon sens que nous croyons utile de porter à votre connaissance.

*******

Dans l’émission de TV Libertés, Terre de Missions n° 51, du 29 octobre dernier, l’abbé Claude BARTHE, explique qu’il a lui-même signé la « correctio filialis de haeresibus propagatis » avec plus de 235 notables catholiques. Cette correction filiale signée d’abord par 40 clercs et universitaires laïcs a été remise au pape François le 16 juillet dernier.

Elle décrit les positions hérétiques de l’encyclique Amoris Laetitia et met en cause son inspiration moderniste et luthérienne.

Ces nombreux notables s’élèvent contre la propagation de ces hérésies signées par le Pape François et, sans mettre en cause le principe de l’autorité pontificale, lui en demandent la correction.

Puis, le cardinal BURKE déclare par ailleurs qu’il n’est pas légitime d’assister à la messe sous la juridiction de la Fraternité st Pie X, car elle est en état de schisme.

Il est vrai que l’obéissance des sujets est requise à l’égard de leur chef, en vue de l’unité sociale et du bien commun. Et le catéchisme explique que l’obéissance est une vertu morale ordinaire (comme l’humilité, la douceur, la bénignité, la patience, etc) subordonnée au vertus morales cardinales (prudence, justice, force, tempérance), elles-mêmes subordonnées aux vertus théologales (foi, espérance, charité).

Pauvre laïc de 2ème classe, je me permets quatre constats après la déclaration du cardinal Burke :

–  comment une Fraternité qui reste attachée au Magistère multiséculaire de l’Eglise et respectueuse de l’autorité pontificale, peut-elle être schismatique ?

–  l’obéissance à l’autorité n’implique pas l’adhésion à l’hérésie (lire le Père Calmel sur la question de l’obéissance en temps de Révolution),

–  ce Prince de l’Eglise (éminent juriste puisqu’il a présidé la Signature Apostolique), considère que la désobéissance de la FSSPX à la révolution conciliaire (permise par Rome), est plus grave que la propagation d’hérésies par le Souverain Pontife.

–  le cardinal ne place-t-il pas ainsi l’obéissance au Souverain Pontife au-dessus du Dépôt sacré de la Foi ? La revendication de l’obéissance inconditionnelle à Rome n’annule-t-elle pas sa signature des « dubia » sur Amoris Laetitia ?

La Fraternité de la Transfiguration (Mérigny) remercie le cardinal de nous ouvrir les yeux sur le « conditionnement » des prélats conservateurs immunisant Vatican II de toute déviation moderniste.

 Je ne marche pas dans ces abus d’autorité habillés d’obéissance.

 Analogiquement, je ne marche pas plus dans ces abus aujourd’hui que je n’ai marché, vers les années 1960, dans l’habillage truqué de l’autodétermination : sous ce prétexte, les politiques ont abandonné de nombreux pays africains aux barbares révolutionnaires et activé la charia. On en mesure aujourd’hui les fruits empoisonnés.

 RD.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

16 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :