La nouvelle administration Trump des États-Unis a refusé, jeudi 22 juin, d’approuver un paragraphe d’une nouvelle résolution du Conseil de l’ONU des droits de l’homme condamnant les abus et discriminations à l’encontre des femmes. Car tout en déplorant « la persistance et l’omniprésence de toutes formes de violence à l’encontre des femmes et des filles dans le monde« , ce texte est aussi un moyen de propagande pour l’avortement en tant que moyen de contrôle des naissances.

Dans le paragraphe non-ratifié par le représentant américain, le Conseil de l’ONU appelle en effet les pays à faire en sorte que leurs services de santé procurent aux femmes des soins « complets et de qualité concernant la sexualité et la procréation« , y compris « un avortement sûr lorsque de tels actes sont autorisés par la législation nationale ».

« Les États-Unis soutiennent pleinement le principe d’un choix volontaire concernant la santé maternelle et infantile et le planning familial »,

a déclaré Jason Mack, le représentant américain aux Nations unies.

« Mais nous ne reconnaissons pas l’avortement en tant que méthode de planning familial, et nous ne soutenons pas l’avortement dans nos programmes d’assistance à la santé en matière de procréation »,

a-t-il également ajouté.

Une décision qui choque les tenants de la culture de mort onusiens qui se cachent derrière une défense de la femme pour imposer l’avortement comme moyen de contraception.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

7 commentaires

  1. MCF68 says:

    Du moment qu’il reconnaisse que l’avortement n’est pas illégal cela suffit à mes collègues américaines.

  2. MA Guillermont says:

    Voilà un refus de la nouvelle administration americaine qui préserve vraiment la santé des femmes !
    Par la voix de son représentant … Jason Mack .
    Jason :  » Celui qui guérit  »
    Romain 16:21
    Merci pour cette décision au représentant américain des Nations – Unies .

    • pamino says:

      Deo gratias ! J’ajoute à la bonne philologie de MAG qu’il s’agit de la même racine que dans toutes les spécialités médicales en ‹-iatrie›, de ‹psychiatrie› à ‹podiatrie› : ἰάομαι ‘guéris’, ἰατρός ‘médecin’. Je me demande maintenant 1) si Trump a lu la fin de l’Épître aux Romains en original et a choisi Jason Mack exprès comme messager à cause de son prénom, et sinon 2) si le Saint-Esprit n’est pas intervenu directement pour inspirer sa choix. De toute façon, c’est une très bonne nouvelle qui finira par avoir ses répercussions même en Europe.

      • MCF68 says:

        Il n’y aura aucune répercussion en Europe. Comme aux États Unis d’ailleurs. Ou chaque jour qui passe permet à Mr Trump se rend compte qu’il ne peut pas faire ce qu’il veut.

      • Cyrano says:

        Pamino, entièrement en accord avec MAG et vous même.
        En complément des nombreuses précisions que vous vous faites fort de relever en rectifications, je pense que vous avez certainement voulu dire que vous vous demandiez « si le Saint Esprit n’est pas intervenu directement pour inspirer (à Jason Mack) SON choix » (en raison de SA foi?)
        Cordialement;

      • MA Guillermont says:

        Merci pour vos sympathiques remarques , Messieurs …qui êtes de forts talentueux intervenants !
        D’accord avec vous pour l’intervention remarquable du Saint-Esprit qui porte le fruit de la Vérité car la mission du planning familial est et doit être tournée vers le Conseil , l’accompagnement , le soutien , l’aide à la mère , à l’enfant , à la cellule familiale dans son ensemble .
        Bel ambassadeur pour le monde qu’est ce Jason Mack .

  3. Jean-Pierre Dickes says:

    Il faut savoir que depuis la Conférence Internationale du Caire en 1994, l’avortement n’a jamais été reconnu comme un droit ; même si cela déplaît à MCF. Cette année une nouvelle tentative a été effectuée par Le Canada et un certain nombre de pays européens. Le texte n’a même pas été soumis au vote. Le clan des anti-avortements s’était augmenté notamment avec la modification de la position des Etats-Unis sur la question de l’avortement.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com