Dimanche soir, après l’annonce des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, des groupes anarcho-communistes ont appelé à une « nuit des barricades ».

En réalité, ces racailles d’extrême gauche ne cherchaient qu’un prétexte pour susciter des affrontements dans différentes villes.

« Quel que soit le résultat nous ne le reconnaîtrons pas ! », annonçait déjà un « antifa » au milieu d’autres énergumènes rassemblés à la Bastille avant même l’annonce des premières estimations.

Quelques instants plus tard, une petite centaine de manifestants anarcho-communistes masqués ont créé des premiers incidents place de la République. Certains ont brûlé leur carte d’électeur aux cris de « ni Marine, ni Macron« .

Des heurts ont également été signalés à Bordeaux, Rennes et Nantes.

La stratégie de la tension se met en place.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

5 commentaires

  1. jeannine vaxelaire says:

    et que dit ce gouvernement de vendu ,toujours apte a critiquer l ‘extrême droite ,alors que l ‘extrême gauche et plus dangereuse et anti démocratique ,rien pensez dont ,sa les arrange

  2. gigibobo says:

    La chienlit est de sortie…

  3. gillic says:

    Ces racailles ont tous les droits, que fait la police ?? Bizarre bizarre cette tolérance ……

  4. raslebol says:

    Il faut bien alourdir la facture de l’état pour saboter le mandat du prochain président !

  5. Horace says:

    Tout cela était prévisible et ce n’est qu’un début. Si MLP est élue, le premier danger sera celui-là. Des émeutes provoquée par la racaille de gauche suivie d’une guerre civile. Les ténors qui pratiquent de l’ostracisme envers MLP, annoncent eux-mêmes « les dangers » d’une élection de droite. Le « danger » il est là sous nos yeux.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com