peter_singer_avec-cochon

Peter Singer est ce philosophe australien, professeur à l’Université de Melbourne qui a développé son fonds de commerce sur le thème de La libération animale selon le titre de son premier ouvrage. Le Daily News du 21 octobre lui offre ses colonnes dont il profite pour nous émouvoir sur le cas d’un chimpanzé du nom de Tommy. Des avocats, dont un dénommé Steven Wise, voudraient en faire reconnaître la qualité d’être humain. Cet animal est-il une personne ? Certainement, affirme-t-il. Les chrétiens n’ont-ils pas donné cette qualification au Saint Esprit qui est représenté sous la forme d’une colombe ? Pour autant Tommy aurait-il le droit de vote ? On ne sait. Il est vrai que les laboratoires européens et l’Institut National de la santé en Amérique ont renoncé à se servir de ces animaux pour la recherche. Mais Singer estime qu’il n’y a pas lieu de les laisser dans une cage. Il faudrait donc installer ce chimpanzé dans un espace de trois hectares. Tel est le cas présenté par Wise à un tribunal le 3 octobre dernier.

Qu’un philosophe s’intéresse aux conditions de détention d’un animal peut certes l’honorer. De là à lui reconnaître la qualité d’humain comme cela avait déjà été proposé par un député espagnol en 2005, il y a un important fossé à franchir. À ce jour personne n’a osé le faire sauf Singer dans son Projet pour les grands singes. Peut-être cet homme est-il inspiré par son propre nom.

La question est que pour faire la jonction entre l’homme et le singe, Singer considère nécessaire de détruire ce qu’il nomme L’exceptionnalisme humain.

Pour Singer les hommes sont une espèce comme une autre. Il faut « briser les barrières » qui les séparent des autres animaux. Il n’y a pas lieu de leur impartir une exception. Ceux qui sont cognitivement diminués en raison de leur âge, de maladies ou d’accident ne méritent plus le titre d’humain.

Mais il en est de même des nouveaux-nés dont les facultés intellectuelles sont limitées. Les vieillards débilités et les nourrissons n’ont aucun droit à la vie. Il est logique de s’en débarrasser ou à la rigueur s’en servir pour l’expérimentation comme on le faisait pour les singes.

La théorie de Singer rejoint tout à fait celle des « médecins de la mort » des camps de concentration hitlériens. Le philosophe quand il vint en Allemagne fut accueilli par des manifestations de protestation.

Nous retrouvons là les cogitations de certains médecins du siècle des « Lumières ». Pour eux un enfant n’avait aucun droit et la médecine devrait pourvoir s’en servir (voir le Marquis de Sade). Cette idée persistait encore après-guerre où des nouveaux-nés étaient opérés sans anesthésie pour des interventions considérées comme bénignes. Ce que j’ai vu moi-même pour une imperforation anale.

Les théories de Singer découlent en réalité de lois comme celles de Simone Veil qui permettent l’avortement des enfants handicapés dans le sein de leur mère ; et ceci même la veille de l’accouchement. L’eugénisme d’Hitler rejoint alors ce qui se fait couramment dans les hôpitaux. Singer en fait un prolongement en ce qui concerne l’expérimentation sur les humains …au nom de la défense des animaux.

Dr Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. Dr Philippe de Cathelineau says:

    Dans un livre, titré « Naître ou ne pas être » – paru en 2012 aux éditions Saint-Léger -, qui traite de l’avortement selon tous ses aspects (historiques, géographiques, législatifs, médicaux, philosophiques, bibliques, théologiques, etc.), avant d’aborder en deuxième partie la problématique du « post-avortement », je dénonçais déjà (page 78) la philosophie utilitariste de Singer, qui dit qu’un gorille en bonne santé a plus de raison d’être reconnu comme une personne qu’un trisomique.
    Mon évêque, à qui j’avais demandé une préface, me la refusa pour cette dénonciation, ainsi que pour celle du Pr. Nizan, décrétant qu’un infanticide n’en est pas un quand il n’y a pas de projet parental (puisqu’il n’y aurait alors que de la « tumeur humaine »)…
    Mais heureusement, j’ai quand même eu deux évêques préfaciers, Mgrs Marc Aillet et Livio Melina (président de l’institut pontifical JP II pour les études sur le mariage et la famille à l’Institut du Latran).
    C’est dire que les thèses ahurissantes de Singer (et de Nizan) sont malheureusement agréées par tout un public qui se dit chrétien, et même parfois par des ecclésiastiques, au plus haut niveau de l’Église de France !
    Et bien entendu, ce sont eux qui nous traitent sans vergogne d’extrémistes (et de fascistes), alors qu’ils sont, sans s’en rendre compte, dans la lignée directe de l’idéologie hitlérienne… que justement nous récusons haut et fort !

  2. Mon cher Confrère,
    La trahison des clercs n’est pas nouvelle, hélas. Jeanne-d’Arc l’a connue.
    Quant à la théorie de l’existence des enfants en fonction des souhaits des parents, est un véritable délire. Tant que vous n’acceptez pas l’enfant qui a été conçu,il n’a pas d’existence. On peut donc « en disposer », c’est à dire s’en débarasser et le tuer par l’avortement. C’étaient les jésuites qui avaient monté cette théorie afin de justifier les avortements.C’est en fait nier la réalité.Cette théorie a un nom dont je ne me souviens pas.
    Il semble que vous ayez encore des illusions sur votre évêque et sur d’autres. Effectivement pour sauver l’honneur ils sont rares. Vous avez vu le coup de poignard de l’assemblée des cardinaux et archevêques de France qui a refusé de soutenir la manif pour tous sous prétexte qu’elle faisant de « l’anthropologie » ; une telle étude étant incompatible avec le « combat ».
    J’aurais bien bien aimé lire votre livre. Je vais essayer de le trouver.

  3. « en faire reconnaître la qualité d’être humain »
    Pourquoi?
    Il veut se marier avec et le pays ne reconnaît pas (encore) la légitimité de copuler avec un individu d’une espèce autre qu’humaine? Ils sont ringards, ces Australiens!

  4. Paradoxalement, l’activisme de P Singer est lui-même un hommage involontaire à l’unicité de la nature humaine:
    – 100% des activistes antispécistes sont des humains!
    – L’auditoire de leurs conférences n’est rempli, à ma connaissance, que par des humains et non par des grand singes.
    – De même, les lecteurs et relayeurs de ses divagations sont bien tous des « homo sapiens sapiens », et en aucun cas des poules, des souris ou des éléphants!

    En conclusion, « l’exceptionnalisme humain », pour reprendre les termes de P Singer, ne pouvait être théorisé que par un humain et par nul autre animal, ce qui tend à confirmer sa véracité!

  5. Vous n’avez rien compris à la pensée de Peter Singer. Votre article est un contre sens total et vous répandez de fausses informations. C’est nul !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com