Quantité de commentateurs éclairés le répètent : pour réduire les risques de radicalisation islamiste (là, précisons que c’est nous qui ajoutons le qualificatif « islamiste », parce que le mot est tabou, pas d’amalgame), il faudrait investir dans la prévention dans les quartiers « à risque », faire du « social », développer l’aide à la jeunesse.

Le problème, c’est que les frères Belhoucine, très proches d’Hayat Boumeddiene, s’occupaient justement de la jeunesse de façon tout à fait officielle…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com