Quantité de commentateurs éclairés le répètent : pour réduire les risques de radicalisation islamiste (là, précisons que c’est nous qui ajoutons le qualificatif “islamiste”, parce que le mot est tabou, pas d’amalgame), il faudrait investir dans la prévention dans les quartiers “à risque”, faire du “social”, développer l’aide à la jeunesse.

Le problème, c’est que les frères Belhoucine, très proches d’Hayat Boumeddiene, s’occupaient justement de la jeunesse de façon tout à fait officielle…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

Les commentaires sont fermés