Article 214-1 Créé par Loi n°2004-800 du 6 août 2004 – art. 28 JORF 7 août 2004

« Le fait de mettre en œuvre une pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est puni de trente ans de réclusion criminelle et de 7 500 000 euros d’amende ».

Il faut bien lire les mots de cette loi. Celle-ci en effet, a été transgressée allègrement par la loi Veil qui prévoit l’élimination par l’avortement, des enfants porteurs de maladies considérée comme graves ou incurables. C’est donc bien une sélection génétique des personnes, en l’occurrence d’enfants dans le sein de leur mère.

Puis est venue la procréation médicalement assistée appelée aussi « les bébés éprouvettes ». La fécondation in vitro permettait d’examiner les embryons en  prélèvent une seule cellule. Conjointement était surveillé le développement de cet embryon avant de l’implanter chez la mère. Tout embryon estimé mal venu était mis à l’évier comme probablement la nature l’aurait fait.

Mais l’amélioration de la technique de la fécondation in vitro (PMA)  a comme corollaire la possibilité d’étudier le génome et l’ADN de l’embryon ; tout simplement en en prélevant une cellule. Ceci étant initialement effectué quand dans une famille des étaient enfants porteurs d’une maladie génétique transmissible comme la myopathie ou la mucoviscidose. Il s’agissait donc bien d’effectuer une recherche  aboutissant à une « sélection » de type eugénique théoriquement réprimée par la loi.

Mais l’homme dans la perspective, hédoniste, matérialiste et consumériste de la société n’est plus qu’un produit. S’il n’est plus utile ou constitue une charge pour la société, il doit disparaître : c’est l’euthanasie et aussi une proposition de loi de novembre 2016 prévoyant un véritable tri des embryons avant leur implantation chez la femme.

Qui soutient le plus cette proposition ? c’est Frydman, qui pratiqua le premier accouchement d’une enfant par procréation assistée, la fameuse Amandine. Pour lui, il faut généraliser la procréation médicalement assistée à tous les couples qui le demandent, les lesbiennes, les femmes isolées en mal d’enfant, les célibataires. Il vient d’ailleurs d’écrire un livre défendant cette thèse. René Frydman est d’origine juive et il sait très bien que les nazis voulaient effectivement épurer la race en éliminant les handicapés. Or il donne des raisons dont la plus percutante est la suivante : si on élimine les embryons malades ou porteurs de maladies futures, il n’y aura pas besoin de pratiquer ultérieurement un avortement. À terme le droit à la différence n’existera plus : l’humanité sera véritablement normalisée par ce tri embryonnaire. Tel est le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley : celle d’hommes standardisés, rationalisés, uniformisés par les critères de rentabilité définis par la société. L’horreur absolue prônée aussi par Attali.

Le professeur Arnold Munnich, généticien a été conseiller à la présidence de la République de 0207 à 2012. Pour lui,  le respect de la Vie dès son commencement est le seul moyen de bloquer la barbarie qui s’installe en se débarrassant des plus faibles. Il prend une comparaison. Notre vie est un comme un livre : ce n’est pas la quantité de pages qui comptent mais ce qu’il y a dedans. Étant généticien et proche de ses malades il nous donne ce message : « Les parents et les fratries d’enfants atteints de maladies génétiques, toutes catégories socio-professionnelles confondues nous disent tous : pour eux l’enfant différend est une richesse, une leçon de courage, un trésor d’humanité et un supplément d’âme ».(Fig. 03/07/201). C’est sans nul doute que ce Jésus a voulu dire par ses paroles : « Aimez-vous les uns les autres » et que l’Eglise appelle la charité : l’aide au plus petit, au plus démuni et aux plus pauvres.

Frydman s’il était né entre 1936 et 1945 ne serait sans doute pas de ce monde parce que les nazis considéraient les Juifs comme« différents ». Il ne serait pas là pour nous dire que la destruction d’embryon éviterait des prises en charge couteuses pour la Sécurité Sociale. Pour nous dire que l’avenir de la société est dans l’uniformité d’où naquit l’ennui. Le monde de Frydman est celui du vide, de l’ennui. Sans doute celui de l’enfer.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

13 commentaires

  1. Le droit français fait la la nuance. L’embryon n’est pas une personne. Et concernant les avortements comme déjà dit plusieurs fois il y a en avait avant la loi Veil. Qui n’a donc rien autorisé du tout.
    Permettre à des parents qui ne peuvent avoir d’enfants, de connaître la joie d’être parents ne me pose pas de problèmes. Merci Mr Frydman. je crois d’ailleurs que Amandine premier bébé éprouvette a été mère à son tour et qu’elle très heureuse.

    • Boutté says:

      Le Droit français DIT que l’embryon n’est pas une personne .
      Il s’agit d’un postulat auquel le coeur ni l’intelligence ne parviennent à croire . Qui a vu par échographie vivre un de ces petits êtres au sein de sa mère est saisi d’émotion à voir battre cette vie qui n’a pas encore reçu l’autorisation de vivre .

      • Postulat assez unanimement partagé à travers le monde. Également dans des pays de forte tradition catholique comme la Pologne ou l’avortement est autorisé.

    • Jean-Pierre Dickes says:

      D’abord, ce n’est pas Frydman qui a fait la première FIV mais Testard. Frydman a fait l’accouchement. Ma femme ou moi auraient pu le faire vu que c’était notre métier.
      Vous êtes hors sujet. La question que je pose n’est pas celui de la PMA mais du tri embryonnaire que veut faire le mondialiste pour réduire l’humanité à des robots de chair : des hommes théoriquement tous normalisé, un troupeau de moutons abrutis par quelques dirigeants comme Bilberberg, la trilatérale et la franc-maçonnerie qui seront les maîtres du monde aux dépens d’un peuple d’esclaves. Or ces gens sont déjà au pouvoir. Il faut voir de quel côté de la barrière vous êtes.

      • J’ai du mal à suivre. Dans le cadre d’une conception « normale » je ne vois pas ou est le tri embryonnaire. Si lors des contrôles l’embryon va présenter des handicaps lourds, en dernier recours c’est les parents qui vont décider. Sans vous vous offenser, la normalisation n’est pas pour tout de suite.

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Ce que vous répondez correspond à ce qui se nomme en littérature un hors sujet. Je n’attaque nullement la PMA. Je la constate et je ne donne pas d’avis sur la question. Je l’ai fait par ailleurs depuis longtemps.
      Ce dont je vous parle c’est de l’eugénisme qui dérive de cette technique et mène à un effroyable eugénisme qui transformera l’Humanité en individus formatés, épurés, alésés, normalisés, Eugénisme qui a été porté par les idéologies les plus effroyables de l’histoire du monde. Celui-ci étant obtenu ici par le tri embryonnaire que réclame Frydman. Qui ne dit mot consent. Donc vous approuvez ce Meilleur des mondes proposé par le tri embryonnaire.
      Vous êtes ainsi passé du côté obscur de la force. Si ce n’était pas le cas, alors achetez-vous des lunettes à double foyer.

      • Je ne vois pas l’humanité passer à la PMA.A titre personnel je préfère nettement la fabrication personnelle.
        Après mais c’est juste mon avis personnel si les progrès de la génétique permettent d’éviter des maladies comme le diabète le cancer, pourquoi s’en priver.

        • Jean-Pierre Dickes says:

          D’abord le tri embryonnaire est de l’eugénisme visant à améliorer la race comme le souhaitait Hitler.Voir le dictionnaire.
          A terme toute maladie ou suspicion d’anomalie sera supprimée.
          Telle est la perspective d’une nouvelle humanité théoriquement parfaite ». Tous ls hommes seront alors des « hommes parfaits » en pratique des robots. Une « normalisation » de l’humanité. Je vous invite à lire mon ouvrage La fin de l’espèce humaine. Le mythe transhumaniste d’une existence éternelle.

          • Jusqu’ici, on peut considérer que dans la plupart des cas ces tentatives ont été faites pour des causes médicales indiscutables puisque en général elles concernaient des pathologies qui auraient justifié un avortement thérapeutique s’il y avait eu la grossesse. La plupart des couples venus demander ces tentatives, qui n’étaient pas stériles, avaient déjà été éprouvés par la naissance d’un enfant malformé ou par des avortements à répétition.

            • Jean-Pierre Dickes says:

              Oui. Sauf que Frydman veut étendre la pratique à la totalité des embryons créés par le GPA. Et même sans cela j’ai entendu Papiernik de l’Hôpital Clamart affirmer qu’il avait fait des avortements tardifs pour des pieds bots et des fentes palatines sous le prétexte que « les parents n’auraient pas été en mesure de le supporter ». Or le pied bot se guérit avec une simple attelle, et la fente palatine désormais ne laisse plus de trace. Comme d’habitude ce sera les dérives. On éliminera les embryons pour des potentialités de cheveux roux ou des yeux noirs. Ou tout simplement en raison du sexe de l’enfant que les parents refusent. On voulait un garçon ; le génome montre qu’il s’agit d’une fille : destruction de la fille. Tout le monde sait qu’actuellement tant en Chine qu’aux Indes il n’y a plus assez de filles à cause de cela. En toute logique vous devez être d’accord avec cela ; et vous êtes un eugéniste avec des moyens qu’Hitler n’aurait même pas imaginé.

              • Certes; Mais Mr Frydman ne fait pas la loi en France tout seul. C’est juste l’opinion d’un scientifique. Que l’on partage ou pas.
                Concernant l’eugénisme hitlérien il y a 2 points fondamentaux qui semblent vous échapper.
                1- C’est que le régime a exécuté des handicapés (des personnes au sens le plus complet de la loi) sous prétexte qu’il faisait honte à la race aryenne.
                2- il était obligatoire. Des individus décidaient qui on allait éliminer. Ici, l’embryon ne choisit pas, mais les tuteurs, les parents, les géniteurs peuvent choisir. Sans aucun doute c’est différent.

  2. Je constate que les « homos progressus » et idiotiques d’aujourd’hui ont une peur bleue des lois naturelles. Or, ne sommes nous pas à la fois causes et effets de ce qui nous arrive ? Allez à l’encontre des lois naturelles c’est organiser la fin de l’humanité. Chaque naissance est un événement merveilleux, suivre les progrès physiques et intellectuelles d’un enfant est une aventure extraordinaire.

  3. TRIER : Les maladies sont une forme de tri
    Les spermatozoides doivent se poser la même question « du tri  » dans leurs olympiades de la fertilité.

    AVORTER : les guerres sont des avortements légaux différés et le tri se fait sur la volonté des intérêts des jeux de pouvoir et jeux économiques voire religieux.

    ENUCLEER : enlever ou ajouter de l’information à la partie visible d’ eléments d’ADN, c’est jouer avec les combinatoires d’expression. La grenouille ne saute plus parce qu’elle est devenue sourde ou qu’elle n’a plus de pattes musclées ?

    LA FIN DE L HUMANITE : ce n’est pas grave, les conséquences des causes causent aux causes leurs conséquences.
    Ne sommes nous pas déjà tous identiques malgré notre unicité biologique ?

    Ajouter un tri supplémentaire basé sur la mode culturel et cultuel du moment consumériste est ce grave ?
    Pour preuve, toute les modes des politiques « pour tous » (mariage, santé, éducation, religion, l’anglais, la pédérastocratie,
    c’est pas demain la VEIL, Simone, que cela s’arrêtera.

    L’eugéniste est il un démon ou un saint ? cela dépend du démon ou du saint.

    Au fait, un hérétique sur un bucher, un égorgé du djihad , c’est pas un avortement légal différé ?

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com