Nous reproduisons le texte de monsieur l’abbé Bouchacourt, supérieur du district de France de la FSSPX, qui vient de publier une mise au point très claire concernant le jubilé de la miséricorde décrété par le pape François. Et il est bien évident que des catholiques ne peuvent s’associer, ni de près ni de loin, à ce qui s’avère une oeuvre de destruction de l’Eglise par la diffusion d’une fausse notion de la miséricorde, cette même fausse notion qui préside au Synode sur la famille et qui attaque les éléments les plus fondamentaux et les plus naturels de la société.

Le 11 avril dernier, le pape François a publié la Bulle d’indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde. Le Souverain Pontife appelle à des actions pastorales intéressantes à accomplir tout au long du jubilé mais il y développe quelques idées qui nous laissent dans une grande perplexité. Sa démarche, en effet repose sur trois contradictions qui ne peuvent que nous inquiéter et auxquelles il nous est impossible d’adhérer pour trois raisons.

Première raison : cette démarche se veut en continuité avec les réformes entreprises depuis le dernier Concile. En effet, dans le numéro 4 de la Bulle, le pape déclare son intention d’ouvrir la Porte Sainte « pour le cinquantième anniversaire de la conclusion du Concile œcuménique Vatican II », précisant que « l’Eglise ressent le besoin de garder vivant cet événement ». Or, un catholique, soucieux de rester fidèle à la foi de son baptême, et d’exercer les œuvres de miséricorde selon l’esprit de l’Eglise, ressent bien au contraire le besoin de conjurer les retombées de cet événement, qui fut en réalité « le déchaînement des forces du mal pour la ruine de l’Eglise »(1).  Le pape François va jusqu’à jeter la suspicion sur le passé doctrinal et disciplinaire de l’Eglise, puisqu’il ose écrire, toujours en ce même numéro 4, que « les murailles qui avaient trop longtemps enfermé l’Eglise comme dans une citadelle ayant été abattues, le temps était venu d’annoncer l’Evangile de façon renouvelée » !…  On ne saurait prêcher la vraie miséricorde voulue par Notre Seigneur et prétendre continuer l’œuvre destructrice d’un concile qui a consacré dans la sainte Eglise le triomphe du libéralisme et du modernisme. La démarche du pape François repose ici sur une première contradiction à laquelle nous ne pouvons souscrire.

Deuxième raison : l’idée fondamentale de la miséricorde est reprise de l’enseignement faux et délétère du pape Jean-Paul II. Dans le numéro 11 de la Bulle, François fait explicitement référence au passage de l’encyclique Redempor hominis, qui rappelle la « dignité incomparable » de l’homme », dignité qui dans l’esprit de Jean-Paul II et de François, comme celui de Vatican II, est une dignité ontologique, dignité fausse en ce qu’elle fait abstraction de l’adhésion au vrai ou à l’erreur, au bien ou au mal. Et la miséricorde, motivée par le respect de cette fausse dignité, personnaliste et naturaliste, doit avoir pour objet principal de la redonner à ceux qui en sont privés. C’est d’ailleurs ce que déclare le pape à deux reprises, aux numéros 15 et 16. Qu’est-ce alors que la conversion, sinon un retour non plus à Dieu mais à l’homme et à sa dignité ? On ne saurait prêcher la miséricorde comme une œuvre de conversion et prôner la fausse dignité de l’homme. La démarche du pape François repose ici sur une deuxième contradiction à laquelle nous ne pouvons souscrire.

Troisième raison : la principale œuvre de miséricorde spirituelle est d’instruire les ignorants en leur donnant la connaissance de la vérité. Et de quelle vérité doit-il s’agir en tout premier lieu, sinon de la vérité de la vraie foi, unique vérité religieuse de la foi catholique, dont la profession est indispensable au salut. Or, tout en affirmant au numéro 15 la nécessité des œuvres de miséricorde spirituelle, le pape François renonce à affirmer cette primauté et cette exclusivité de la foi catholique, puisqu’il déclare au numéro 23 que la valeur de cette miséricorde « dépasse les frontières de l’Eglise », car elle est « le lien avec le Judaïsme et l’Islam, qui la considèrent comme un des attributs les plus significatifs de Dieu ». Et de conclure : « Que cette Année Jubilaire, vécue dans la miséricorde, favorise la rencontre avec ces religions et les autres nobles traditions religieuses. Qu’elle nous rende plus ouverts au dialogue pour mieux nous connaître et nous comprendre ». On ne saurait en même temps prêcher les œuvres de miséricorde spirituelle et prôner l’indifférentisme religieux. La démarche du pape François repose sur une troisième contradiction tout à fait inacceptable.

Il est en outre à craindre que cette démarche, qui doit entrer en vigueur le 8 décembre prochain, à l’issue du prochain Synode annoncé pour l’automne, serve de caution aux décisions, qui auront été prises lors de cette assemblée. Si, ce qu’à Dieu ne plaise, celle-ci renie la morale et la discipline de l’Eglise sur plusieurs de ses points essentiels, en acceptant de donner la communion eucharistique aux divorcés remariés et adoptant une vision plus positive à l’égard des couples homosexuels, il est clair que les catholiques auront une quatrième bonne raison de contester le bien-fondé de la démarche annoncée par le pape François. Car alors, celle-ci apparaîtra comme la garantie d’un scandale public, auquel nul catholique ne saurait donner son approbation.

L’esprit empoisonné du concile n’en finit donc pas de souffler. Décidément rien ne lui échappe, il corrompt et stérilise tout ce qu’il imprègne. Ce Jubilé sera donc bel et bien « extraordinaire »…

Abbé Christian BOUCHACOURT, Supérieur du District de France de la FSSPX, le 23 juin 2015 en la vigile de saint Jean Baptiste

Merci monsieur l’abbé.

Xavier Celtillos

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Denis says:

    Au-delà de tout le reste, encore et toujours cette obsession de l’ennemi qu’on laisse même vous menacer chez vous, au Vatican…
    Et cela ne lui a toujours pas servi de leçon?
    Même si Dieu doit m’en punir, jamais je n’accorderai ma miséricorde, mon pardon ou de la pitié à un musulman.
    Contrairement à d’autres, je n’achèterai jamais le salut de mon âme, par compromission ou charité calculée.

  2. Vieux Jo says:

    @ Denis : que de dures paroles vous avez là. Pensez alors à la Très Sainte Vierge Marie au pied de la Croix où est suspendu son Fils : »Est-il une douleur pareille à la mienne ! »
    Certes, elle a des vertus hautes, très hautes, que nous n’avons pas à ce degré héroïque. Mais nous les avons dans notre coeur, dans notre âme. Vous êtes enfant de Dieu, ne l’oubliez pas. Et Jésus Lui-Même nous demande de pardonner à nos ennemis, Il l’a fait et nous pouvons le faire : « Père, pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Par ailleurs, forcez-vous à laisser de côté toute la haine que vous inspirent les cruautés monstrueuses de ces barbaresques et vous verrez que vous recouvrez alors la paix de l’âme. C’est tout ce que nous demande Notre Père céleste. C’est cela « tendre l’autre joue », rien de plus.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com