Le Kremlin a déploré lundi l’absence de coopération avec les Etats-Unis dans la lutte contre les djihadistes de l’Etat islamique qui ont repris le contrôle de la cité antique de Palmyre en Syrie.

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a déclaré :

« Nous regrettons qu’il n’y ait toujours pas de coordination des actions ni de coopération réelle avec les autres pays, en premier lieu avec les Etats-Unis qui ne veulent pas coopérer. » 

« Cette coopération nous aurait permis d’empêcher de telles attaques de la part des terroristes. »

« Le risque de perdre Palmyre nuit à l’image de toute l’humanité civilisée, qui (…) ne fait rien pour lutter contre les terroristes internationaux de l’EI. »

Le porte-parole du Kremlin a également accusé les Etats-Unis d’avoir provoqué « la fuite d’Irak de groupes assez importants de terroristes, ce qui leur a permis de former des groupements importants sur le territoire syrien et passer à l’offensive ».

Dimanche, l’Etat Islamique a repris le contrôle de la cité antique de Palmyre (centre), neuf mois après en avoir été chassé par l’armée syrienne et son allié russe. 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

3 commentaires

  1. Daniel Daflon says:

    coucou! un petit tour et les revoilà.

  2. L’exfiltration de milliers de djihadistes de Mossoul – si elle vraie – ne peut pas être le fruit du hasard.
    Leur retour en force à Palmyre non plus : sur carte, on voit bienque c’est une étape sur une des routes vers Deir el Zor (?) et Raqqa.

    A défaut de virer le président de Syrie, l’objectif minimum, de substitution, c’est pour Israël, les USA (+ leurs complices et leurs valets) d’imposer une partition de la Syrie.

    Ainsi, l’administration Obama fait faire le forcing (autant que les Russes, mais dans l’autre sens) par ses amis (les bandits islamistes) pour créer des « faits nouveaux, accomplis » en faveur de leur projet, qui soient d’une importance comparable à la reprise d’Alep.

    Qui payera le prix humain de cette volonté belliciste israélo-américaine (+ les complices et les valets) ? Le peuple syrien et en premier lieu ses diverses minorités.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com