Suède – L’évêque luthérien Fredrik Modeus, a annoncé son soutien aux musulmans de la ville de Växjö qui souhaitent pouvoir diffuser par haut-parleur l’appel à la prière – la voix du muezzin – dans la ville chaque vendredi !

Cet évêque luthérien a diffusé sur Twitter un message approuvant la demande des musulmans de la ville et déclarant qu’il avait « hâte » d’entendre ces appels à la prière musulmane dans sa ville.

Quant au dirigeant musulman local, Imam Ismail Abu Helal, il a déclaré que l’appel à la prière permettrait aux musulmans de… mieux s’intégrer dans la société suédoise !

« Nous voulons juste que la Suède permette aux musulmans de Växjö de se sentir encore plus chez eux. La communauté islamique devrait être fière de sa culture et ne pas se sentir obligée de se cacher », a-t-il déclaré.

Dans un article paru dans le journal régional Barometern quelques jours plus tôt, l’évêque luthérien Modeus a également exprimé ses opinions en faveur de l’accueil des immigrés et déclaré que la Suède devrait se considérer comme une « superpuissance humanitaire« , estimant qu’il faudrait permettre aux jeunes immigrés non-accompagnés de rester. « Pas temporairement mais définitivement « , a-t-il ajouté.

Les prises de position délirantes de l’église luthérienne suédoise, qui dispose aussi d’une archevêque lesbienne, ont entraîné la désaffection massive de leurs temples. Certaines études très récentes évaluent qu’environ un million de Suédois vont abandonner l’église luthérienne. Plusieurs temples luthériens ne sont déjà plus en mesure de payer leurs factures.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. Guillaume says:

    Les Suédois vont vite se lasser :
    https://www.youtube.com/watch?v=pie6L9lw_GE

  2. Pierre Sanders says:

    Ce sera quoi la prochaine revendication des musulmans de Växjö pour se sentir encore plus chez eux ? L’interdiction des tenues féminines « indécentes » ?

  3. La dhimitude de certains islamo-collabos n’a aucune limite…

  4. Boutté says:

    Luthérien ou Luciférien , même combat .

  5. Daniel Daflon says:

    Encore un beau salopard.

  6. Il n’-y- a d’évêques réellement que dans la succession apostolique, les guillemets doivent donc être employés pour ces prétendus prélats de prétendues églises qui ne sont en fait que des sectes petites ou grandes.
    Entendre hurler les versets agressifs coraniques en arabe jour et nuit est extrêmement pénible quand on n’est pas musulman ou même pour un musulman même ! C’est une « avancée conquérante », ni plus ni moins, pour l’islam en terre jadis Chrétienne, tout comme les habits féminins ou masculins, l’exigence alimentaire dans les cantines, les restaurants et commerces « hallal », notamment l’abattage cruel et les boucheries manquant d’hygiène mais incontrôlables sous peine d' »islamophobie » ou « racisme ». Les idiots utiles du modernisme conciliaire, hélas, ne valent pas mieux dans l’aplatissement collaborationniste que les protestants, les catholiques ont cessé de fréquenter leurs paroisses et de faire baptiser leurs enfants peu à peu avec les réformes grotesques et suicidaires ! Dans mon village natal, plus de prêtre depuis longtemps et le presbytère est transformé en salles d’expositions « cu-culturelles » tandis que l’église est fermée à clé.
    Voilà, les « fruits du Concile » et ceux de la Réforme et de ses divisions multiples, les fruits des « Lumières » et de toutes les sociétés de « progrès » qui ont volé au peuple désarmé le seul trésor qu’il possède, transmis par Notre Seigneur Lui-même.

  7. Mauki says:

    Se pasteur a employé le bon terme :
    La communauté islamique devrait être fière de sa culture et ne pas se sentir obligée de se cacher
    « La communauté islamique » !
    c’est bien de l’islam qu’il est question est non de la religion musulmane, ou alors ce pasteur ne connaît pas les mots qu’il emploi.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com