islam-suisse

Suisse – Dans un état de huit millions de personnes où les musulmans sont officiellement environ 400.000 personnes, soit 5% de la population totale, les Suisses sont de plus en plus inquiets à l’idée de perdre leur mode de vie traditionnel. Dans la région de Bâle, une école de la ville de Therwil a permis à deux étudiants musulmans de refuser de serrer la main d’un enseignant, comme cela se fait habituellement en Suisse, si celui-ci est une femme.

Les jeunes musulmans ont affirmé que l’islam ne leur permettait pas d’avoir un contact physique avec les femmes autres que leur femme ou les membres de leur famille et c’est pourquoi ils ont refusé de se conformer aux règles d’avoir à serrer la main de leurs professeurs. L’école a accepté cette exigence et s’est justifiée en précisant qu’il permettait cette attitude en dépit qu’elle ne soit pas «entièrement satisfaisante». Les autorités éducatives ont préféré éviter une controverse avec les musulmans.

Comme c’était prévisible, cette attitude s’est propagée dans d’autres établissements scolaires suisses.  Des voix politiques ont averti que ces «accommodements» permettaient aux musulmans d’ériger une «société parallèle». D’autre part, des associations d’enseignants ont également critiqué ces mesures particulières. 

Le Parlement suisse s’est emparé du sujet. Le député Felix Muri, président de la Commission parlementaire de la science, de l’éducation et de la culture,  s’est dit très préoccupé par ces « accommodements » autorisés aux musulmans, car ils pourraient conduire à créer une « société parallèle qui ne fait pas partie de notre culture ».

Par ailleurs, les musulmans modérés demandent de ne pas accéder aux demandes de ces étudiants et se sont exprimés durement contre cette attitude. Saida Keller-Messahli, président du Forum pour un Islam progressiste, affirme que «nous ne sommes pas en Arabie Saoudite. Il ne faut pas céder aux exigences des extrémistes, car cela signifie ouvrir la porte à toutes les exigences de l’islam politique».

En 2009, 57% de la population suisse avait appuyé la motion interdisant les minarets parce qu’ils étaient un « symbole apparent d’une revendication politico-religieuse « .

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. Tchetnik says:

    La schizophrénie de ces « migrants » qui veulent les richesses que leur civilisation est incapable de produire, tout en conservant le mode de vie du bled est sidérante.

    Avoir le beur et l’argent du beur.

  2. pamino says:

    ‹ En 2009, 57% de la population suisse avait appuyé la motion interdisant les minarets parce qu’ils étaient un « symbole apparent d’une revendication politico-religieuse « .›

    Vous faites bien de rappeler ce fait. Mais voici une communication de la police linguistique :
    ‹ « une école de la ville de Therwil a permis à deux étudiants musulmans de refuser de serrer la main d’un enseignant »
    ‹ Un écolier n’est pas un étudiant et un élève ne l’est pas normalement non plus. Vous avez utilisé probablement une source américaine (ou anglaise américanolâtre). ›

    « ils ont refusé de se conformer aux règles d’avoir à serrer la main de leurs professeurs ».
    Oui, c’est regrettable, mais vu qu’ils avaient l’habitude de serrer la main de leurs institutrices, tout n’est pas perdu.

    • Geneviève says:

      ‹ En 2009, 57% de la population suisse avait appuyé la motion interdisant les minarets parce qu’ils étaient un « symbole apparent d’une revendication politico-religieuse « .›

      Autre mauvaise traduction ou interprétation : il ne s’agit pas d’une motion, mais d’une initiative populaire fédérale, donc le résultat d’un vote de tous les Suisses, c’set-à-dire ceux qui sont allés aux urnes !

  3. Daniel PIGNARD says:

    C’est tout bon pour ces enseignantes, elles seront quitte de se laver les mains après.

  4. Elieja says:

    Qu’est-ce que ça peut faire ?
    Pour moi, c’es D. qui envoie un contre-balancier à l’occident-satano-gauchisant-mondialiste-décadent.

  5. François ALLINE says:

    Des étudiants, donc des jeunes. Ils ont raison. Il faut les soutenir. Dans peu de temps si vous serrez la main d’une femme qui ne le souhaite pas, elle vous accusera d’agression sexuelle.
    Dans cette guerre des sexes orient/occident, ils ont juste un peu d’avance. Rien de plus….

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com