Quelques heures avant la folle décision de Donald Trump de bombarder de missiles une base militaire syrienne, Peter Ford, ancien ambassadeur britannique en Syrie, avait accordé une interview à Sky News qui mérite attention.

Peter Ford : Il faut se demander à qui profite (le crime). Clairement, ce n’est pas le régime syrien ou les Russes qui en bénéficient, et je considère comme hautement improbable l’hypothèse que l’un ou l’autre soient derrière tout ça.

Il y a plusieurs possibilités.

La première, c’est que tout ça soit des fake news, les images, les vidéos, les informations viennent toutes de sources de l’opposition, et non de journalistes indépendants crédibles.

Il est également possible que les images montrent les suites d’un bombardement qui aurait frappé un dépôt djihadiste de munitions chimiques. Nous savons de source sûre que les djihadistes stockaient des armes chimiques dans des écoles à Alep-Est car elles ont été vues ensuite par des journalistes occidentaux. C’est une autre possibilité.

Sky News : Quoi qu’il en soit, ceux qui prennent ces informations pour argent comptant soulèvent la question d’une intervention contre le régime d’Assad.

En réalité, nous n’apprenons jamais. Les (prétendues) armes chimiques de l’Irak, vous vous en souvenez ? On en a été matraqués (pour nous forcer à intervenir). À Alep, on nous a dit qu’un holocauste était en train de se produire, des massacres… Mais rien de tel ne s’est produit. Des reporters indépendants y sont allés après et n’ont trouvé aucune preuve de massacre. Ce que nous avons vu, ce sont des combattants se faire évacuer en bus calmement. Et nous avons découvert par la suite que beaucoup d’images étaient fausses.

Il y a aussi ce qui ont dit « OK, on en est là maintenant, mais une intervention en 2013 aurait pu changer les choses ».

Il n’est pas constructif de débattre de ce qui aurait pu se passer si ou si… Personnellement, je pense qu’en 2013, il était judicieux de ne pas intervenir aux côtés des djihadistes. Peut-être que je me trompe, mais je pense que la plupart des gens, lorsqu’ils y ont réfléchi une seconde, se sont demandés ce qui allait remplacer Assad et le régime séculier qui protège les minorités, les chrétiens, les droits des femmes… Je ne pense pas que les islamistes auraient constitué un meilleur pari, et c’est encore plus le cas aujourd’hui.

Ayez bien à l’esprit le fait qu’Idlib, où cela s’est produit, est un nid de vipères des djihadistes les plus extrémistes.

(Les interventionnistes) sont (comme) des chiens qui reviennent à leur propre vomi. Ils ont commis toutes ces erreurs – l’Irak, la Libye –, ils n’apprennent jamais, ils veulent reproduire le même scénario en Syrie. Heureusement, l’administration Trump a finalement évolué la semaine dernière, et cela peut être significatif, elle a finalement évolué la semaine dernière pour désavouer la politique d’Obama consistant à essayer de renverser le régime syrien, l’entourage de Trump a dit qu’ils sont plus intéressés par l’éradication de Daech, que telle est leur priorité.

Et il est significatif que cette attaque se produise à peine quelques jours après. Si les djihadistes voulaient compliquer la tâche de Trump visant à rationaliser la politique américaine, ils auraient justement, sans aucun doute, essayé de monter des fausses informations comme cela.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

19 commentaires

  1. raslebol says:

    Opérations en Syrie !

    « Les aveux du criminel John Kerry »
    par Thierry Meyssan

    « La diffusion par The Last Refuge de l’enregistrement complet de la rencontre entre le secrétaire d’État John Kerry et des membres de la Coalition nationale (22 septembre 2016 à la délégation des Pays-Bas aux Nations unies) remet en cause ce que nous avons cru comprendre de la position US vis-à-vis de la Syrie [1].

    « Premièrement, nous avons cru que si Washington avait lancé l’opération dite du « Printemps arabe » pour renverser les régimes arabes laïques au profit des Frères musulmans, il avait laissé ses alliés entreprendre seuls la Seconde Guerre contre la Syrie à partir de juillet 2012. Ceux-ci poursuivant leurs propres buts (recolonisation pour la France et le Royaume-Uni, conquête du gaz pour le Qatar, expansion du wahhabisme et vengeance de la Guerre civile libanaise pour l’Arabie saoudite, annexion du Nord du pays pour la Turquie sur le modèle chypriote, etc.), l’objectif initial aurait été abandonné. Or, John Kerry affirme dans cet enregistrement que Washington n’a jamais cessé de chercher à renverser la République arabe syrienne, ce qui implique qu’il a contrôlé à chaque étape le travail de ses alliés. De fait, durant les quatre dernières années, les jihadistes ont été commandés, armés et coordonnés par l’Allied LandCom (commandement des Forces terrestres) de l’Otan basé à Izmir (Turquie)… »
    http://www.voltairenet.org/article194943.html

  2. D’où la nécessité absolue pour la France et pour les pays européens qui veulent sauver leur nation de sortir de l’OTAN, de L’EUROPE et de l’EURO comme l’explique si intelligemment François Asselineau qui n’a d’autre préoccupation que de rendre la France aux Français car cet homme intègre refuse de se vendre au terrorisme financier de la Planète.

    Voter Asselineau: c’est sauver notre peau!

    Votons tous Asselineau pour sauver notre peau

    • Christine says:

      Je suis d’accord avec vous. C’est le seul qui a une stature de chef d’état et c’est le seul qui milite pour la souveraineté de la France, inscrite dans la constitution, et pour la liberté des Français.

      C’est également le seul qui a une parfaite compréhension des rouages de l’état et des relations internationales.

      Y’en a pas d’autres ! Tous les autres sont européistes et mondialistes et donc soumis à l’oligarchie de la finance et des multinationales ! Ils mentent tous !

    • Ses propositions sont séduisantes, mais demeure un très très gros problème que vous ne pouvez éluder, Asselineau est pro-islamisation de notre pauvre France qui ne peut ignorer leur conquête par la démographie, puis en nombre suffisant, la soumission pour tous à leur charia des cavernes. Est-ce ce que vous voulez ???

    • Vous devriez poser la question à Asselineau pourquoi il met le drapeau des Nations Unies à coté du dra

    • Vous devriez poser la question à François Asselineau, qui a fait un presque parfait copier coller du programme de Marine sur le Frexit, pourquoi il met un drapeau des Nations Unies juste à côté du drapeau français, notamment lors de sa conférence à Marseille.
      Ne serait ce pas quitter l’Union Européenne, et l’affaiblir au profit des Nations Unies qu’il rallierait ensuite s’il était élu ?…
      Soit quitter un cheval borgne pour un aveugle.
      En attendant, voter pour lui, c’est diminuer d’autant les chances de Marine de passer au premier tour, et d’éviter la gabegie des autres élections au second tour.

      • suis allée l ecouter hier:j ai ete surprise par le drapeau de l onu….ne serions nous pas de ce fait « directement du producteur au consommateur? »on est en droit de se poser la question…
        tout comme NDA bien que son discours soit plus eclairant,ils divisent le camp souverainiste…

      • Girondeaud says:

        Vous avez 100% raison. Tous les crétins, les incultes qui ne comprennent pas cela ont vraiment un petit poids à la place d’un cerveau. Les gens intelligents vivent selon les proverbes, comme celui-ci : « Entre deux maux, choisir le moindre ».

    • LANKOU RU says:

      Meilleure solution pour la FRANCE .

  3. raslebol says:

    Savoir où nous conduit notre retour dans l’Otan !!!! Petit rappel nécessaire.

    « La Syrie – entre guerre civile et guerre mondiale »
    par Wolfgang van Biezen

    « …Lorsqu’au début des années 70, l’entreprise Shell découvrit, lors de forage pétrolier d’exploration au Qatar d’immenses gisements de gaz naturel, les experts étaient loin de soupçonner qu’il s’agissait du plus grand gisement de gaz naturel au monde. Mais les experts savaient qu’en raison de la localisation de plus d’un tiers du gisement sous le sol iranien, cela présentait inévitablement un immense potentiel conflictuel.
    […] L’émir qatari d’alors Ahmad ibn Ali Khalifa ibn Hamad ne voulait rien entendre d’un partage et médita sur la façon de tirer à lui seul profit de ce gisement de gaz naturel et d’exclure le plus habilement possible son voisin iranien. Il misa sur la carte anglo-américaine et pris ainsi en compte le risque d’un Casus belli.

    Bien que le Qatar fût à l’époque un petit Emirat, il ne redoutait pas l’Iran. La deuxième guerre du Golfe rejeta l’Iran des décennies en arrière dans ses capacités d’extraction de pétrole, et lorsque l’ONU décréta un embargo économique contre ce pays, tout semblait se dérouler à la perfection pour le Qatar. Lorsque les Etats-Unis établirent en 1998 dans ce pays leur quartier général et donc la centrale de commandement pour les guerres du Proche-Orient, le Qatar commença à s’activer sur la scène politique mondiale.
    Pour les Etats-Unis, les immenses gisements de gaz naturel qataris semblaient être une excellente occasion d’évincer la Russie du marché pétrolier vers l’Europe, car elle y était reliée uniquement par l’oléoduc «North Stream» aboutissant en Allemagne.

    Malgré sa situation géopolitique favorable – et de bons contacts avec l’Arabie saoudite, la Jordanie, ses alliés anglo-américains et, incompréhensible pour beaucoup, avec Israël –, il resta pour le Qatar un sérieux problème. Suite à sa position géographique dans le golfe Persique, il lui fallait fluidifier le gaz naturel dans de propres installations, l’embarquer sur des cargos pour l’offrir sur le marché mondial après un acheminement lent et coûteux. L’alternative était la construction d’un gazoduc traversant l’Arabie saoudite, la Jordanie et la Syrie aboutissant dans le port méditerranéen turc de Ceyhan. Cependant, pour lancer ce projet, il fallait obtenir le consentement du gouvernement syrien de Bashar al-Assad.
    Par solidarité envers la Russie, celui-ci s’y refusa, ce qui était son droit en tant que président d’Etat démocratiquement élu et en concordance avec le droit et la justice internationale. En outre on a appris qu’Assad voulait permettre à la Russie de construire un pipeline traversant l’Iran et le territoire syrien en direction de la Turquie. Ainsi, il contrecarrait le plan soigneusement développé avec les Etats-Unis de remilitariser le Qatar et d’approvisionner en contrepartie le marché avec du gaz naturel bon marché.

    Aussitôt que le plan d’un gazoduc syrien-russe-iranien fut connu, des minorités sunnites de la petite ville Daraa au sud de la Syrie furent instrumentalisées par la Jordanie, l’Arabie saoudite et la Turquie avec de l’aide logistique des Américains pour créer une guerre civile (contraire au droit international), dans le cadre du dit «printemps arabe». Comme en Tunisie, en Libye et en Egypte, ces activités déguisées, bien orchestrées et médiatisées pour influencer l’opinion publique, s’étendirent rapidement dans la région…

    […] Si la création d’un Etat du Kurdistan, privilégié par Hillary Clinton devenait réalité, les Etats-Unis pourraient de là contrôler la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran. Israël a un intérêt crucial au renversement de Bashar al-Assad, car, ce pays a découvert des gisements de gaz naturel dans la Méditerranée orientale et à donc besoin d’un gazoduc traversant la Syrie (plateau de Golan); il se trouve donc devant un problème similaire que le Qatar. L’Arabie saoudite veut construire un port d’embarquement dans la petite ville portuaire d’Al Makalla au Yémen et tente donc de se frayer le chemin en bombardant le pays. »
    http://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2017/no-6-6-mars-2017/la-syrie-entre-guerre-civile-et-guerre-mondiale.html

  4. Tous nos gouvernements viennent s’abreuver à la manne du terrorisme d’Etat pour grossir leur portefeuille et assurer la pérennisation de leur crime qu’ils nous vantent en vertu patriotique. Aux yeux populaires qui leur donne le droit de nous mépriser au nom de l’élite internationale à laquelle ils appartiennent, ces gens de Non-Droit relèvent du terrorisme le plus monstrueux, de la mafia la plus criminelle. Prenant le génocide de la Planète, ils représentent l’archaïsme encore jamais atteint pour réduire l’humanité à l’esclave au nom de la Démocratie universelle , slogan par lequel toute vérité devient MENSONGE.

  5. raslebol says:

    « Le rôle de l’Allemagne dans le conflit syrien »

    Peu après le début du conflit en Syrie, tout observateur put se rendre compte qu’il ne s’agissait pas d’un soulèvement populaire mais d’une guerre par procuration, une dite «proxy war». Il n’était pas non plus difficile de reconnaître les forces impliquées dans ce conflit meurtrier.
    Toutefois, il y a deux Etats qui participent également à ce triste concert; leur rôle n’est cependant guère discuté publiquement. Ce sont Israël et l’Allemagne. Les deux sont de proches alliés des Etats-Unis. Israël agit dans son propre intérêt poursuivant un plan très clair tandis que l’Allemagne se soumet à la volonté de la politique américaine en agissant de manière désintéressée, parfois même à l’encontre de ses propres intérêts, afin de prouver sa fidélité à l’alliance…

    Dans les guerres et les conflits déclenchés par les Etats-Unis, certains pays doivent assumer les travaux de nettoyage. Un des Etats principaux est l’Allemagne.

    En assumant cette tâche, la politique allemande tente de faire croire qu’elle le fait librement et de manière autonome. Elle présente ses activités comme étant humanitaires ou comme aide au développement prétendant aider la population civile de ces pays.[…]
    Dans le cadre du conflit syrien, l’Allemagne ne s’est pourtant pas montré «humanitaire» comme d’habitude, mais dès le début de plus en plus fortement impliquée dans toutes les actions déstabilisantes contre l’Etat syrien.

    Quelles ont été les activités détaillées de l’Allemagne?

    L’Allemagne a participé à la création des prétendus «amis de la Syrie». C’est un regroupement de nombreux Etats occidentaux et arabes sous la direction des Etats-Unis ayant comme seul but le renversement du gouvernement syrien de Bachar al-Assad. Ces pays ont des conceptions et agendas diverses notamment en ce qui concerne le développement futur de la Syrie après le renversement du gouvernement.

    Dans le cadre de ses activités en tant que membre des «amis de la Syrie», l’Allemagne a contribué de manière importante à déstabiliser l’Etat syrien et à apporter un soutien massif aux rebelles… »

    suite

    http://www.zeit-fragen.ch/fr/ausgaben/2017/nr-6-28-februar-2017/die-rolle-deutschlands-im-syrien-konflikt.html

  6. raslebol says:

    « Le rôle de l’Allemagne dans le conflit syrien »

    Peu après le début du conflit en Syrie, tout observateur put se rendre compte qu’il ne s’agissait pas d’un soulèvement populaire mais d’une guerre par procuration, une dite «proxy war». Il n’était pas non plus difficile de reconnaître les forces impliquées dans ce conflit meurtrier.

    Toutefois, il y a deux Etats qui participent également à ce triste concert; leur rôle n’est cependant guère discuté publiquement. Ce sont Israël et l’Allemagne. Les deux sont de proches alliés des Etats-Unis. Israël agit dans son propre intérêt poursuivant un plan très clair tandis que l’Allemagne se soumet à la volonté de la politique américaine en agissant de manière désintéressée, parfois même à l’encontre de ses propres intérêts, afin de prouver sa fidélité à l’alliance.

    Dans les guerres et les conflits déclenchés par les Etats-Unis, certains pays doivent assumer les travaux de nettoyage. Un des Etats principaux est l’Allemagne.

    En assumant cette tâche, la politique allemande tente de faire croire qu’elle le fait librement et de manière autonome. Elle présente ses activités comme étant humanitaires ou comme aide au développement prétendant aider la population civile de ces pays. L’histoire de la construction d’écoles pour filles en Afghanistan est entre-temps largement connue.
    Dans le cadre du conflit syrien, l’Allemagne ne s’est pourtant pas montré «humanitaire» comme d’habitude, mais dès le début de plus en plus fortement impliquée dans toutes les actions déstabilisantes contre l’Etat syrien.

    Quelles ont été les activités détaillées de l’Allemagne?

    L’Allemagne a participé à la création des prétendus «amis de la Syrie». C’est un regroupement de nombreux Etats occidentaux et arabes sous la direction des Etats-Unis ayant comme seul but le renversement du gouvernement syrien de Bachar al-Assad. Ces pays ont des conceptions et agendas diverses notamment en ce qui concerne le développement futur de la Syrie après le renversement du gouvernement.

    Dans le cadre de ses activités en tant que membre des «amis de la Syrie», l’Allemagne a contribué de manière importante à déstabiliser l’Etat syrien et à apporter un soutien massif aux rebelles… »

    suite
    http://www.zeit-fragen.ch/fr/ausgaben/2017/nr-6-28-februar-2017/die-rolle-deutschlands-im-syrien-konflikt.html

  7. Soupape says:

    Les remarques de ce diplomate sont judicieuses et apportent une bouffée d’air frais.

    Il y a encore des diplomates sérieux … (quoique anglais !)

    Mais ce diplomate a 70 ans, et appartient à la vieille école : celle du respect de la Vérité.

    Aujourd’hui il s’agit, toujours et partout, de créer des images …
    et de s’abonner au Mensonge, … en vivant perpétuellement dans l’illusion !

    La génération d’après 1968 est comme Pilate : … elle ne sait PAS ce qu’est la Vérité …
    Notion totalement absente des consciences …

    A la place, elle vante le pragmatisme : ce qui est bon, ce n’est pas la Vérité, mais ce qui « réussit ».
    Donc tous les coups sont permis.

    Cette ignorance volontaire de la Vérité, c’est la morale frimassonne : casser pour casser.

    Que Dieu nous débarrasse du Mensonge !

  8. champar says:

    Bombardement chimique « par l’armée syrienne » : l’Information semble aussi sérieuse que celle qui signalait l’existence des armes de destruction massives en Irak !

    • LANKOU RU says:

      Encore une « histoire » montée de toutes pièces par hollande ,merkel et leur clique dont trump fait maintenant partie !
      que la FRANCE ressorte vite de l’ Organisation Terroriste Anti Nations

  9. phebus says:

    Il est curieux d’observer l’apparition, sur la scène internationale, un « attentat » qui scandalise l’opinion internationale, donnant « carte blanche » aux grands pour en découdre. L’attentat « chimique » profite aux ennemis de Bachard, c’est clair. Je doute que ce dernier ait pris le risque d’une telle folie. Les auteurs sont ailleurs.

  10. GUY DE LA CROIX says:

    Quand les européens vont ils ouvrir les yeux sur la vérité qui est quand même flagrante depuis que les amerlocs juifs distillent à longueur de jour les mensonges pour foutre la merde partout en Europe car chez eux c’est foutu …

  11. L’évidence? trop gros pour être crû! Nos propagandistes le savent et manipulent à gogo cette triste vérité:

    « plus c’est gros, plus ça passe ». Le mécanisme de « l’incroyable »-ne peut être vrai- se révèle une arme redoutable utilisée d’une manière récurrente par l’armée des médias aux mains des criminels intouchables qui dictent à nos gouvernements la conduite qu’ils doivent adopter s’ils veulent rester au pouvoir.

    Seule la sortie immédiate de l’Europe, de L’OTAN, de l’Euro, peut nous offrir la chance d’enrayer cette rhétorique de mort que tente de nous imposer les financiers qui entendent conduire le Monde à la survie de leur seule espèce, la fameuse élite qui entend délivrer la Planète de cela masse populiste qui rend la terre nauséabonde

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com