L’exécution par le Japon de deux criminels de droit commun le 13 juillet (le tueur en série d’hôtesses de bar, Masakatu Nishikawa, 61 ans, condamné à mort en 1995 et Koichi Sumida, 34 ans, assassin d’une collègue de travail en 2011), fait ressurgir le débat sur la peine de mort. Où en est-on actuellement dans le monde .?

– Etats abolitionnistes pour tous les crimes (sauf celui de vouloir naître…) : tous les pays d’Europe (sauf la Belarus et la Russie), tous les pays d’Océanie (sauf la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Tonga), le Canada, le Mexique, le Honduras, le Costa Rica, le Nicaragua, Panama,  la Colombie, l’Equateur, le Venezuela, la Bolivie, le Paraguay, l’Argentine, l’Uruguay, Haïti, la République Dominicaine,  Porto Rico, la Turquie, Cap-Vert, le Sénégal, la Guinée Bissau, la Côte d’Ivoire, le Togo, Sao Tomé, le Gabon, le Congo, l’Angola, le Rwanda, le Burundi, la Namibie, l’Afrique du Sud, Madagascar, le Mozambique, l’Ile Maurice, les Seychelles, Djibouti, l’Arménie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan, l’Ouzbékistan, le Turkmenistan, le Kirghizistan, la Mongolie, le Népal, le Bhoutan, Hong Kong, Macao, le Cambodge, les Philippines et le Timor-Oriental.

– Etats abolitionnistes pour tous les crimes sauf cas exceptionnels  (crimes de guerre ou contre l’humanité, actes terroristes…) : le Salvador, le Pérou, le Chili, le Brésil, le Surinam, la Guinée, Israël et le Kazakhstan.

– Etats non-abolitionnistes mais n’ayant plus exécuté depuis au moins dix ans : la Grenade, le Guatemala, la Russie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Tonga, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, le Mali, la Mauritanie, le Niger ; le Burkina Faso, le Liberia, le Sierra Leone, le Ghana, le Bénin, le Cameroun, la Centrafrique, l’Erythrée, le Kenya, la Tanzanie, la Zambie, le Malawi, le Swaziland, le Tadjikistan, le Sri Lanka, la Corée du Sud, les Maldives, le Laos et  Brunei.

– Etat pratiquant encore la peine de mort : Etats-Unis, Cuba, la Jamaïque, la Barbade, le Belize, la Dominique, Saint-Christophe-et-Niévès, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Sainte-Lucie, Trinité-et-Tobago, le Guyana, le Belarus, la Libye, l’Egypte, le Tchad, le Soudan, le Soudan du sud, l’Ethiopie, la Somalie, l’Ouganda, la République Démocratique du Congo, la Gambie, la Guinée Equatoriale, les Comores, le Botswana, le Zimbabwe, le Lesotho, le Liban, la Palestine, la Syrie, l’Irak, la Jordanie, l’Arabie Saoudite, le Koweït, Bahreïn, le Qatar, les Emirats Arabes Unis, le Yémen, Oman, l’Iran, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Inde, le Bangladesh, le Myanmar, la Thaïlande, le Vietnam, la Malaisie, Singapour, l’Indonésie, Taiwan, la Chine, la Corée du Nord et le Japon.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

7 commentaires

  1. Perlimpinpin says:

    Mouais, il manque une catégorie pour que cet article soit complet à mon goût si je puis me permettre sur ce sujet, celle des états européens et d’autres qui pratiquent la peine de mort officieusement bien qu’interdite comme celle de Roberto Succo par exemple ou de Jacques Mesrine, et de tant d’autres encore. Parce que lorsqu’un type comme Mesrine ou un autre casse les bonbons des politiques dans leur machinerie bien huilée, ils n’hésitent pas à s’en débarrasser. D’ailleurs, ce serait tout intéressant de recenser les pays appartenant à l’UE qui ne respectent pas les soi-disants droits de l’homme par montant de l’amende payée comme pour El Shennawy qui a fait condamné la France pour fouilles intégrales etc. Bref, les droits de l’homme, c’est quand ils veulent et parfois ils préfèrent payer une amende plutôt que les respecter.

  2. Pour nous, catholiques, il nous suffit de nous rappeler que l’Eglise (la bi-millénaire, pas celle du berguignol!) autorise la peine de mort, dans certaines conditions parfaitement établies.
    Lire notamment saint Thomas d’Aquin.

  3. Saint-Plaix says:

    Il manque une catégorie de pays à cette excellente recension : celle des pays actuellement sous statut abolitionniste où la population est majoritairement en faveur de la restauration de la peine de mort.
    La France est bien entendu au nombre de ceux-ci.
    De ce point de vue il est clair que cette sentence devrait être appliquée de façon systématique à des praticiens dont l’activité est particulièrement nuisible à nos concitoyens.
    On pourrait citer en tout premier lieu – sans que l’ordre qui suit traduise une préférence quelconque dans l’appréciation de l’urgence du péril induit:
    – les psychanalystes ,
    – les nutritionnistes,
    – les journalistes.
    Certes, cette liste n’est pas exhaustive et pourra certainement être étendue, notamment aux membres de la classe politique.
    On se souviendra d’un roman de Nicole Avril, bien oublié aujourd’hui, qui connut une célébrité certaine il y a une quarantaine d’année lors de sa parution: « Les gens de Misar ».
    L’action se passe dans une contrée totalement égalitariste dont le chef d’état, élu pour un an, est exécuté à la fin de son mandat…Ce qui évite évidemment les grenouillages, l’arrivisme et la prévarication…
    Ce n’est qu’une fiction évidemment…
    Quoique, aujourd’hui, quand on voit certain(e)s ministres à l’œuvre, cela pourrait donner des idées…
    Enfin ce que j’en dis…
    http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/droit-du-travail/quatre-questions-sur-la-plus-value-de-1-13-million-d-euros-de-la-ministre-muriel-penicaud-apres-un-plan-social-chez-danone_2302433.html

  4. Guy de la Croix says:

    Oui et c’est urgent , comme l’Eglise Catholique a toujours été pour la peine de mort , il faut militer pour réécrire la constitution en France en particulier pour remettre dans la Loi la peine de mort et mettre fin au chaos provoqué par sa suppression…

    • cadoudal says:

      » le bien commun est meilleur que le bien particulier d’un seul . »

      « on peut donc retrancher le bien particulier pour que soit préservé le bien commun. »

      « Or la vie de certains hommes corrompus fait obstacle au bien commun, qui est la concorde de la société humaine. »

      « les hommes de ce genre doivent donc être retranchés par la mort de la société des hommes. »

      ….

      « le médecin agit bien et utilement en coupant un membre gangrené , si le corps est à cause de lui menacé de corruption.

      « c’est justement et sans péché que le gouverneur de la Cité met à mort les hommes corrompus, pour que ne soit pas troublée la paix de la cité »

      (St Thomas d’ Aquin- somme contre les gentils- tome 3- ch 146 – il est permis aux juges d’infliger des peines)

      l ‘intrus Imbroglio détruit la doctrine catholique pour servir la Révolution talmudique.

  5. Le Sommelier says:

    La peine de mort n’ a jamais été abrogée en France .

    Enfumage, enfumage, enfumage !
    Pas de fumée éternelle sans feu éternel !

    La peine de mort n' a jamais été abrogée en France .

    C' est un fait chronologique historique indéniable . Prétendre le contraire, c' est tomber dans le piège du Grand Dialecticien enfumeur .
    Avec la complicité tacite de la hiérarchie de la Secte conciliaire, qui occupait déjà à cette époque les sièges d' autorité de l' Eglise, par la torture de l' avortement la Gueuse républicaine a transféré la peine de mort du meurtrier à l' innocent .
    Transfert n' est pas abrogation . Dans ce cas là, transfert a été inversion .
    L' inversion des fondements de la civilisation Chrétienne est le maître mot de la Révolution qui positionne l' homme cul par dessus tête .
    La République, c' est le cul par dessus la tête, et sans chapeau .
    Et tout n' est pas encore totalement inversé ...

    Le processus totalitaire d’ inversion est en marche vers l’ abîme, En Marche .

    La peine de mort n' a jamais été abrogée en France .

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com