A la fin du XIIe siècle, l’Église de France était ravagée par l’hérésie des Albigeois, qui, non contents d’enseigner des doctrines monstrueuses, pillaient les églises et massacraient les prêtres.
Dieu suscita alors Dominique de Guzman qui, par ses prédications, devait faire face au mensonge et à l’erreur et embraser de nouveau le monde du feu de la foi. Sa mère eut, une vision où son fils lui fut montré sous la forme d’un petit chien qui tenait dans sa gueule une torche embrasée, et en 1215, le pape Innocent III vit en songe les murs de Saint-Jean-de-Latran s’écrouler, mais un moine, qui n’était autre que saint Dominique, les soutenir de ses épaules puissantes.
Appelé Dominique, parce que ses parents attribuèrent sa naissance en 1170 aux prières du saint Abbé bénédictin Dominique de Silos, dès son enfance, il appartint vraiment au Seigneur, comme l’indique son nom. Né en Espagne près de Burgos, de la noble famille des Guzman, il se distingua toute sa vie par sa pureté, rappelée par le lys qu’on lui met d’ordinaire dans les mains.
Témoin des maux sans nombre causés par les hérétiques, dans le midi de la France en 1201, il suscita pour les combattre l’Ordre des Frères-Prêcheurs, auquel il donna pour armes le bouclier de la vérité pour enseigner la doctrine et le glaive de la parole pour la prêcher. Les Dominicains et Dominicaines comptent de nombreux saints et saintes qui s’appliquèrent, comme leur fondateur, à pénétrer la parole de Dieu dans l’Évangile, « le livre de la charité » comme l’appelait saint Dominique, et à se faire les prédicateurs de la doctrine révélée.
Dans sa grande dévotion envers la sainte Vierge, saint Dominique fut un ardent promoteur de la dévotion au Rosaire. Il mourut le 6 août 1221.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :