L’appel de 70 médecins :
« Il est manifeste que Vincent Lambert n’est pas en fin de vie»

70 professionnels de santé de diverses spécialités publient une tribune dans Le Figaro pour dénoncer une «euthanasie qui ne dit pas son nom». Ils demandent que Vincent Lambert soit transféré dans une unité spécialisée.

« Nous, médecins et professionnels spécialisés dans la prise en charge de personnes cérébro-lésées en état végétatif ou pauci-relationnel (EVC-EPR), tenons à exprimer, en notre âme et conscience, notre incompréhension et notre extrême inquiétude au sujet de la décision d’arrêt de nutrition et hydratation artificielles concernant M. Vincent Lambert. Un tissu d’incertitudes et d’hypothèses, ainsi que des jugements contradictoires concernant le niveau de conscience, les capacités de relation et de déglutition, le pronostic, fondent une sanction dramatique, incompréhensible. Certains d’entre nous ont une expérience de trente à quarante ans de soins et de réflexion autour de ces personnes. La circulaire du 3 mai 2002, qui a marqué une étape essentielle pour l’organisation et la qualité de la prise en charge des personnes EVC-EPR, constitue une référence toujours d’actualité.

La plupart d’entre nous ne connaissent pas personnellement M. Vincent Lambert, sinon par ce qui est dit de lui dans les médias, de façon partisane, quant à l’application à son égard de la loi relative aux droits des patients et à la fin de vie.

Certains d’entre nous ont pu visionner une courte vidéo, de séquences tournées en juin 2015, permettant d’affirmer que M. Vincent Lambert est bien en état pauci-relationnel, à savoir qu’il n’est pas dans le coma, ne requiert aucune mesure de réanimation et qu’il a des capacités de déglutition et de vocalisation. […] »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 commentaires

  1. Sancenay says:

    A vos chapelets camarades ! Car en ce moment même les avocats de VIncent livrent un combat homérique contre les forces de mort. Et je suis sidéré du manque de réaction proportionné presque général des cathos de toutes “chapelles” propgros ou pas ,” ultra ” ou entre deux eaux.Tout ce passe comme si l’éteignoir bernardinesque pour tous avait fonctionné comme sur des roulettes !

    « Je suis Vincent Lambert. »
    En premier lieu parce que pour toute atteinte portée à Vincent, c’est le Christ qui est crucifié une nouvelle fois.
    Car il faut bien avoir conscience que bien avant que ne soit appliquée le cas échéant la funeste décision du Docteur Sanchez, à savoir l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent, celui-ci est littéralement séquestré au CHU de Reims, privé en sus des soins appropriés de rééducation que son état de grand handicapé pauci relationnel justifie.
    A ce titre il est victime de l’acharnement idéologique des sectes libertaires dont l’ADMD ( Association pour le droit de mourir dans la « dignité ») est l’instrument de propagande intensive avec, bien évidemment le concours des media institutionnels.
    L’objet de l’ADMD, est d’imposer à la société la légalisation et la banalisation de l’euthanasie afin de franchir une nouvelle étape de la révolution anthropologique proposée il y a plus de deux siècles par les philosophes des obscures « Lumières ».
    C’est, pour les tenants de la révolution permanente une bataille essentielle pour le renversement et l’effacement définitifs de l’empreinte dont la civilisation chrétienne a marqué l’humanité.
    A leurs yeux, l’homme ne doit être considéré que sous un angle utilitariste et non pas dans une acception transcendantale chrétienne qui consacre la dimension sacrée de toute vie humaine.
    L’homme selon les « Lumières », en opposition frontale avec la Lumière (les « fêtards » lyonnais comprendront encore mieux que les autres ! ) n’est qu’une ressource parmi tant d’autres.
    Ainsi, la société peut –elle user des ressources humaines avec la même « délicatesse », si j’ose dire, qu’elle usera des ressources énergétiques .L’actualité brûlante nous montre à cet égard combien le monde moderne est en proie à de constantes et dangereuses convulsions dans la lutte pour tenter d’accaparer les unes et les autres, là où le respect de la Loi naturelle serait à tous égards sensiblement mieux à même d’encourager la préservation de l’ordre naturel voulus par le Créateur.
    Et c’est bien le rejet de l’une et de l’autre qui conduit inévitablement au chaos et, partant, à la destruction de toute humanité et de son environnement.
    C’est précisément dans cet esprit délétère que la Loi Clayes-Léonetti a été conçue par ses auteurs , qui reprend de la Loi Léonetti de 2005 la tromperie sémantique écrite dans la plus parfaite tactique révolutionnaire : l’assimilation de soins élémentaires tels que l’alimentation et l’hydratation à des « traitement s » . Dès lors le tour de bonneteau était joué pour ouvrir tout grande la porte à l’euthanasie : le disciple d’Hippocrate ne tue pas, il « arrête les traitements » ! Il sera même concocté alors pour « faire avancer le progrès » la douce locution « d’euthanasie passive » censée moins choquer le chaland que l’euthanasie tout court.
    Mais cela n’épargne pas pour autant que je sache l’insoutenable souffrance morale et physique d’un être humain qui se sent abandonné à une lente agonie devant ses proches empêchés par force de le secourir !
    En conclusion, tel serait hélas, non seulement pour Vincent, mais à terme pour l’humanité toute entière , si nous perdions la bataille, le triste nouvel « aboutissement » de la révolution, comme le disait triomphalement Madame Taubira lors du vote à l’Assemblée nationale du « mariage pour tous ».
    Triste aboutissement dont les chrétiens fidèles et raisonnables seraient comptables devant Dieu s’ils ne s’ opposaient pas de toute leur force et de toute leur âme à ce que Vincent devienne demain une nouvelle victime sacrificielle de la révolution.

    Sancenay,
    Paray-le-Monial, cité du Sacré-Cœur, le 18 avril 2018

    • Derouan says:

      Bcp de soutien pr V.Lambert sur twitter . Que savez vous des catholiques qui ne réagirait pas ? On signe catholique en dessous?
      Quelle connerie !

      • Sancenay says:

        @derouan
        apparemment la courtoisie ne vous étouffe pas davantage que les fautes de grammaire !
        où avez-vous vu que les officines BCBG, cornaquées par le rouge Wauquiez et qui “ne lâchent rien” on appelé à une manif géante comme pour le mariage pour personne ? Ne s’agit-il pas pourtant d’un point non négociable au moins aussi important ? Vous êtes de la CEF ? un p’tit tweet et puis s’en vont ?

  2. balaninu20 says:

    Je n’arrête pas de l’écrire : TOUS AUX ROSAIRES !!!!!! et malheureusement dans d’autres pays décérébrés il y a de nombreux parents qui se battent pour faire sortir leurs enfants des hôpitaux qui les séquestrent.
    Et moi aussi je suis sidérée d’entendre ce silence de la part des ecclésiastiques de tous bords … Aide-toi le Ciel t’aidera ! certes ces médecins (enfin) se décident à réagir, mais que cela est long cette attente.
    Alors il faut prier, prier beaucoup. Ste Lucie n’a-t-elle pas dit elle aussi, que par le Rosaire on obtient absolument tout ? Mais il faut aussi que les voix s’élèvent contre cet acharnement de la mort programmée de tout un chacun, puisque lorsqu’il sera décidé que nous ne sommes pas ou plus utiles, il sera organisé un décret de mort. Dieu seul a ce droit.

  3. sabinaki says:

    Je sais qu’un Rosaire a été organisé dimanche dernier en l’église de Collioure, dans les Pyrénées Orientales, car l’église, parait-il, est dédiée à St Vincent et qu’il s’y trouve des reliques de ce saint..
    Le Rosaire a été dit pour Vincent et sa famille, et pour contrecarrer la loi sur l’Euthanasie.
    Il a été récité par une trentaine de personnes…

  4. Saint-Plaix says:

    Voici la liste complète des signataires qui n’est pas accessible aux non abonnés…

    Hélène Alessandri, psychologue ; Luce Bardagi, médecin ; Djamel Ben Smail, PUPH ; Cécile Bernier, ergothérapeute ; Anne Boissel, maître de conférences ; Marie-Hélène Boucand, médecin ; Patricia Bourgogne, médecin ; Joseph Bou Lahdou, médecin ; Françoise Canny-Vernier, médecin ; Hélène Carriere-Piquard, médecin ; Mathilde Chevignard, praticien ; Emmanuel Chevrillon, médecin ; Pauline Coignard, médecin ; Florence Colle, médecin ; Floriane Cornu, kinésithérapeute ; Hélène Curalluci, médecin ; François Danze, neurologue ; Danielle Darriet, neurologue ; Xavier Debelleix, médecin ; Jacques Delecluse, médecin ; Monique Delwaulle, encadrante ; Philippe Denormandie, chirurgien ; Jean-Pascal Devailly, médecin ; Xavier Ducrocq, neurologue ; Marc Dutkiewicz, neuro-psychanalyste ; Nadine Ellahi, secrétaire médicale ; Michel Enjalbert, médecin ; Alain Faye, chirurgien ; Catherine Fischer, neurologue ; Louis Fromange, médecin ; Jean-Yves Gabet, neurologue ; Laure Gatin, chirurgien ; Christine Greselin, aide-soignante ; Lysiane Hatchikian, psychologue ; Alain Hirschauer, chef de service ; Marie-Hélène Jean, orthophoniste ; Bernard Jeanblanc, médecin ; Catherine Kiefer, médecin ; Isabelle Laffont, PUPH ; Françoise Lagabrielle, psychiatre ; Hervé Lautraite, médecin ; Sonia Lavanant, médecin ; Bernard Lange, neurologue ; Jean-Luc Le Guiet, médecin ; Marc Lestienne, médecin ; Emma Lozay, ergothérapeute ; Pascale Lublin-Morel, médecin ; Marie-Paule Mansour, infirmière ; Jérôme Martin-Moussier, médecin ; Daniel Mellier, professeur émérite ; Samir Mesbahy, docteur ; Sabrina Monet, aide-soignante ; Dominique Norblin, cadre de rééducation ; Dominique Papelard, médecin ; Frédéric Pellas, médecin ; Philippe Petit, médecin ; David Plantier, médecin ; Bruno Pollez, médecin ; Bénédicte Pontier, médecin ; Perrine Quentin, médecin ; Chantal Regnier, gériatre ; Edwige Richer, neurologue ; Dalila Solal, médecin ; Brigitte Soudrie, praticien hospitalier ; Hélène Staquet, neurochirurgien ; François Tasseau, médecin ; Jean-Luc Truelle, professeur ; Hélène Turpin, orthophoniste ; Hervé Vespignani, neurologue ; Yves-André Vimont, médecin ; Jean-Bernard Witas, médecin.

    Que constate-ton? Qu’il s’agit de professionnels d’horizons très divers dont tout de même une majorité de médecins, mais moins que les “70 médecins” annoncés, à l’arrivée…
    D’où juste une remarque: combien il y a-t-il de milliers de médecins en France?
    Juste histoire de faire un ratio?

  5. Sancenay says:

    Apparemment il ne devait pas y avoir beaucoup de médecins dans le fameux million de la “Manif pour tous ” ! Ou alors Ludovine, , il est vrai, ex porte parole de la Conférence des Evêques de France aura “oublié” de les solliciter pour un combat situé, en principe du moins, exactement sur le même terrain de la défense des “points non négociables” ?
    Et où sont les rouges Wauquiez, les Bourges, les “Tugudu”, et autres résistants salonnards qui défendaient tant âprement l’exclusivité de l’accès à la tribune ?
    Oups , je sens que je pourrais bien être dénoncé par quelque mitre bernardinesque pour propos “violents”. A l’ère du catho rose bonbon, il en faut si peu !

  6. Cadoudal says:

    euthanasie ordonnée par une République maçonnique , qui fait ce qu’elle reproche au Dr Mengele et aux socialistes allemands.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

9 % 31.850 € manquants

3150 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.850 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !