centre-hospitalier-d-Annecy

La spirale mortifère continue dans le secteur de la médecine. Désormais, certains hôpitaux vont être habilités à transplanter des organes prélevés sur des décédés, après l’arrêt du maintien en vie, autrement dit euthanasiés.
C’est FranceInfo qui a révélé la nouvelle. Le Centre hospitalier d’Annecy Genevois fait partie des premiers à pratiquer l’intervention. Une intervention rendue possible grâce à une convention spéciale signée entre l’Agence de la biomédecine et ledit hôpital.

Comment les choses se passent-elles concrètement ? Des patients, plongés dans un coma profond voire irréversible, voient leurs soins de maintien en vie diminués ou complètement stoppés. C’est ce que l’on appelle une euthanasie passive. Le décès, consécutif à cette diminution ou cet arrêt, permet à un autre service d’intervenir pour prélever les organes.

Il paraît qu’un protocole très strict a été mis en place pour éviter les dérives. Et une étanchéité complète entre les services est exigée pour éviter que la forte demande en greffons d’un service n’influence un autre où se trouvent des personnes maintenues en vie…

Le centre hospitalier d’Annecy a été le premier à signer ce genre de convention. Mais manifestement d’autres devraient lui emboiter le pas.

Roxane Dulac

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

close
Pour recevoir MPI gratuitement chaque semaine !

36 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !